Partagez | 
 

 D'une folie. |Brad Murdoch [FINI]

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t30-un-demi-elfe-n-est-plus-un-elfe http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t51-all-those-friendly-faces http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t52-keep-the-streets-empty-for-me
Gif : Eoh is having none of your shit.
Race : Demi-elfe
Age : 132 ans
Statut : Chasseur / Ermite
Avis sur la Chasse : Il hait aussi bien les hommes que la Faërie, mais ce n'est pas pour autant qu'il cautionne ces massacres.
De fait, il ne prendra les armes contre aucun de ces peuples et se sent bien mieux à l'écart de leurs querelles.

Style de combat : N'est pas un combattant, autant qu'il le peut se contente d'utiliser ses armes pour la chasse. Arc / Dague
Pseudo : Sieben
Posts : 363
Points : 182
DC : Fearghas McCóigreach
Avatar : Alexandre Astier
Crédits : Vanka

MessageSujet: Re: D'une folie. |Brad Murdoch [FINI]  Mer 7 Mar - 12:54
D’une folie
La peste soit des hommes et leur inconscience.

Naïvement, Eoh avait sagement cru (espéré) que l’inconnu se contente de son explication sur l’itinéraire à suivre puis partirait sans demander son reste. C’était sans compter sur sa malchance naturelle. Bon, il n’avait pas totalement tort non plus lorsqu’il assumait l’état assez pitoyable dans lequel il se trouvait actuellement… mais. Mais accepter sa présence plus longtemps signifiait lui révéler l’emplacement de sa cabane. Avec un peu de chance il serait incapable de s’y rendre sans que le semi-elfe le guide, mais le risque demeurait. Et il rechignait véritablement à y introduire de nouvelles personnes, même Yggdral avait dû parvenir à la trouver seule –c’était dire.
En même temps, à rester ainsi statique à se tenir debout ; il tanguait. Sa respiration était toujours laborieuse, et il ne parvenait pas à trouver une zone de son corps qui ne soit douloureuse. Il fallait à tout prix qu’il écourte cette entrevue, quelle qu’en fut la résolution. Il fallait absolument qu’il rentre chez lui, la seule zone hospitalière de tous les alentours.

A dire vrai, il n’avait même pas vraiment enregistré tout ce que lui avait dit l’inconnu. Il en avait compris l’idée, quelque chose à propos de son état bien sûr, mais également des soins… Aussi, il fit l’une des choses les plus récurrentes pour qui s’adresse à lui : ignorer la plupart des questions posées. La dernière, en revanche, il ne la manqua pas. Ce fut sans doute celle qui le convainquit de fuir cet homme au plus vite. Il ne voulait pas parler de lui, ni savoir qui il était, ni rien de tout cela. Sa vie d’ermite lui convenait très bien, ce n’était pas pour se mettre à tisser des liens avec la première personne venue merci.

« Personne d’important. Ecoutez… il parlait avec le plus d’assurance que son état le lui permettait, restez ou allez où vous voulez je m’en fiche, mais moi je ne resterai pas plus longtemps aussi près des drows. »

Sur ces belles paroles il tourna une fois encore les talons, plus déterminé cette fois, et entama son trajet jusqu’à sa cabane.

Mais sa tête tournait… de plus en plus le monde bougeait autour de lui. Le liquide brûlant se remettait à couler le long de son bras, ses sens se brouillaient ses oreilles assourdies par un vacarme sans nom la vue floue qui peine à distinguer l’arbre du buisson.

Et puis noir.

propulsed by VANKA




Présence réduite pour une durée indéterminée.

Out into the darkness peering, long I stood there wondering, fearing,
Doubting, dreaming dreams no mortal ever dared to dream before
©️ FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t30-un-demi-elfe-n-est-plus-un-elfe http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t51-all-those-friendly-faces http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t52-keep-the-streets-empty-for-me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t61-love-me-or-love-me http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t62-lets-play-i-m-gonna-win
Brad Murdoch
Gif :
Race : Humain
Age : 48 ans
Statut : Comte
Avis sur la Chasse : Un excellent moyen pour lui de détruire. Quoi, il fallait préciser son camp ?

Style de combat : L'utilisation des mots. Parfois ça peut être plus efficace qu'un poignard acéré. Mais il a aussi un poignard acéré dans sa manche et quelques fioles de poison, on ne sait jamais.
Pseudo : Megumi
Posts : 453
Points : 218
DC : Dunstan - Alak
Avatar : Aidan Gillen
Crédits : /

MessageSujet: Re: D'une folie. |Brad Murdoch [FINI]  Mer 7 Mar - 21:25
D’une folie
La peste soit des hommes et leur inconscience.

 
Brad poussa un soupir et inclina la tête sur le coté, la secouant légèrement alors qu’il avait contemplé, sans esquisser le moindre mouvement, l’inconnu s’effondrer. Comprenez bien. Ce n’est pas qu’il n’avait pas compris qu’il allait s’évanouir, ni qu’il n’avait pas eu le réflexe de le rattraper, encore moins qu’il n’avait pas été assez rapide pour le faire, non. C’est juste qu’il l’avait regardé sans la moindre envie d’intervenir. Après tout il l’avait bien prévenu de ce qui risquait de lui arriver. Lui qui ne voulait pas rester aussi près des Drows, il n’aurait visiblement pas le choix. Brad se rapprocha et se pencha vers lui, juste pour vérifier son état. Heureusement pour lui, il ne semblait pas s’être blessé dans sa chute. Du moins rien de mortel, sa tête avait l’air en plutôt bon état. Pour le reste, le comte ne pouvait pas en juger sans le toucher. Il s’accroupit pour le regarder d’un peu plus près.

A vrai dire il continuait d’hésiter sur ce qu’il allait faire ensuite. L’option de le laisser à son sort était encore plus tentante maintenant. Mais il voyait le sang continuer de couler et il fallait qu’il arrête l’hémorragie s’il ne voulait pas qu’il ne meure. Pourquoi il ne voudrait pas ? Aucune idée. Mais il ne se posa pas la question. Il tira l’homme pour l’installer un peu mieux par terre histoire de dégager ses voies respiratoires et d’avoir accès à son bras.

Bon, la blessure n’était vraiment pas belle et elle continuait à saigner. Mauvais signe. Brad devait absolument contrer le saignement. Pour ça il devait trouver un endroit sûr où il pourrait se concentrer uniquement sur l’homme et sa blessure, non sur tous les autres bruits qu’il entendait dans la forêt qui étaient tout sauf rassurant compte tenu des circonstances. Il se disait que les Drows devaient être loin maintenant, ils avaient ramené leurs trouvailles au bercail et ils n’allaient pas revenir de sitôt...Mais s’il se trompait...Les conséquences seraient relativement mortelles. Il réfléchissait à toute vitesse en pressant de toute ses forces sur la plaie de ses deux mains pour endiguer le sang.

Soudainement il releva la tête. Avant de s’effondrer, l’inconnu se dirigeait quelque part. Sa démarche, affaiblie et titubante, était pourtant sûre. Il n’allait pas par là par hasard.
De nouveau, Brad hésita. Peut être en aurait-il pour des heures de marche et il ne tiendrait pas longtemps à se trimbaler l’autre homme -il ne savait même pas comment faire d’ailleurs. Mais en même temps, aller dans cette direction les éloignerait forcément des elfes noirs et il y verrait peut être plus clair.

Il baissa les yeux pour regarder la blessure qu’il comprimait toujours. Elle n’avait pas arrêté de saigner, mais le liquide semblait couler moins abondamment. Il tenta d’ajouter une nouvelle couche de tissus qu’il serra un peu plus. Cette fois, le flot semblait endigué. Au moins, son vis-à-vis ne se viderait pas complètement avant d’atteindre leur destination, quelle qu’elle fut. Et il se décida.

Nouveau problème, supporter le poids de son acolyte. Il était, certes, un peu plus petit, mais au niveau de la carrure, il semblait plus robuste, du moins plus musclé à priori. Il était taillé pour la vie sauvage, ce qui n’étais pas le cas de Brad, bien entendu. Il l’appuya d’abord contre un arbre pour le mettre en position assise et le surélever un petit peu. Finalement il l’attrapa par sous les bras pour l’attirer vers lui et pouvoir le hisser par dessus une de ses épaules dans son dos. Il grimaça en forçant sur les jambes pour se redresser. Bon. Pour l’instant il tenait le coup, mais il ne fallait pas que ça dure des heures.

Le plus important était surtout de regarder où il mettait les pieds, il aurait plus manqué qu’il tombe et se retrouve coincé en dessous de l’inconnu. Mais, malgré les apparences, il remarquait qu’il n’était pas si lourd que ça. Ce devait être grâce à sa taille, probablement. Et, à vrai dire il n’avait pas spécialement envie de se poser des questions, là tout de suite. Il se mit finalement en route, suivant la direction qu’avait cherché à emprunter l’inconnu.

Il avait porté -traîné- son sauveur...Du moins son sauveur avant que les rôles s’inversent...Pendant plusieurs minutes, un quart d’heure ou une vingtaine peut être, il ne savait pas trop, le temps semblait s’étirer tant il commençait à être courbaturé et tendu. Finalement il reposa l’inconnu, l’appuyant encore une fois contre un arbre, avec le plus de douceur possible sans pouvoir trop le retenir non plus, le but étant de ne pas lui faire mal et de veiller à ne pas se blesser non plus. Exercice relativement difficile. Après s’être assuré qu’il tenait bien, il vérifia l’état de sa blessure, grimaçant légèrement, puis il se redressa pour regarder autour d’eux. Il avait clairement l’impression d’être perdu et il ne voyait pas trop ce qu’il était en train de faire. Mais soudain quelque chose attira son regard.

Ça ressemblait à une construction assez rudimentaire. Brad inclina légèrement la tête et fronça les sourcils avant d’adresser un regard à l’inconnu. Est-ce que c’était... ?

Peu importe. Il était proche d’un but maintenant. Ce n’était peut être pas le meilleur but possible, mais si c’était là que vivait l’autre homme, Brad y trouverait forcément de quoi le soigner ou au moins désinfecter et nettoyer les plaies. Il prit une profonde inspiration -aller, plus qu’un petit effort- et s’arma de courage pour reprendre l’inconnu contre lui. Il le traîna plus qu’il le souleva cette fois, bien qu’il fit attention à ne pas le blesser d’avantage.

Enfin il arriva devant la porte et la poussa sans trop se poser de question. Heureusement, elle s’ouvrit sans être récalcitrante. Sans prêter attention à l’endroit ni à son état, il entra pour pouvoir installer l’homme sur sa couche.

Ensuite il fit un peu le tour du propriétaire. Un rapide état des lieux lui permit de mettre la main sur une bouteille d’alcool, un fil et une aiguille.

Il s’installa ensuite près du lit et cala le bras de l’inconnu sur ses genoux pour qu’il ne bouge pas de trop. Il lui adressa un regard critique, une légère grimace au coin des lèvres. Au moins son état d’inconscience lui permettrait de ne pas sentir la douleur...Ou alors ça le réveillerait, ce qui était tout aussi positif.

Il inspira pour se calmer et garantir une gestuelle sûre et sans tremblement puis il défit les bandages rudimentaires qu’il avait fait, versa une bonne rasade d’alcool sur la plaie et il se mit à coudre...

 
propulsed by VANKA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t61-love-me-or-love-me http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t62-lets-play-i-m-gonna-win
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t30-un-demi-elfe-n-est-plus-un-elfe http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t51-all-those-friendly-faces http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t52-keep-the-streets-empty-for-me
Gif : Eoh is having none of your shit.
Race : Demi-elfe
Age : 132 ans
Statut : Chasseur / Ermite
Avis sur la Chasse : Il hait aussi bien les hommes que la Faërie, mais ce n'est pas pour autant qu'il cautionne ces massacres.
De fait, il ne prendra les armes contre aucun de ces peuples et se sent bien mieux à l'écart de leurs querelles.

Style de combat : N'est pas un combattant, autant qu'il le peut se contente d'utiliser ses armes pour la chasse. Arc / Dague
Pseudo : Sieben
Posts : 363
Points : 182
DC : Fearghas McCóigreach
Avatar : Alexandre Astier
Crédits : Vanka

MessageSujet: Re: D'une folie. |Brad Murdoch [FINI]  Dim 1 Avr - 22:17
D’une folie
La peste soit des hommes et leur inconscience.

Un cri. Le déchirement sourd d’une émotion brut, dans son habitat le plus naturel que celui du doux abandon de l’inconscient. Lorsque les brumes du sommeil encore se tapissent dans les moindres recoins de l’esprit, troublent la réalité et déforment notre perception du réel, que les sensations sont décuplées et les ressentis impossibles à cacher. Douleur vive et subite qui affole l’instinct. Panique. Avoir mal c’est être en danger. Danger.

Danger ?

La prime animalité prit immédiatement le pas sur la conscience, la douleur un indicateur par trop important pour lui intimer un besoin plus important de survie que de réflexion. Identifier sa source n’était même pas nécessaire, il lui fallait tout d’abord s’en extraire afin de pouvoir se mettre à l’abri. La conscience exacerbée de son environnement lui indiqua une présence emprisonnant son bras droit qu’il lui fallait pouvoir dégager. Allongé sur le dos, il lui suffit d’un instant pour basculer sur le côté insufflant ainsi suffisamment d’élan à son bras gauche pour frapper à l’aveugle l’intrus. Définir ce qu’il allait toucher n’était pas important, tant qu’il atteignait sa cible.
Et visiblement ce fut le cas, puisque l’étreinte sur son membre douloureux ne tarda pas à se desserrer. Il ne lui en fallut pas plus pour se libérer avant de se relever d’un bond, quoi qu’il fût presque immédiatement acculé contre de larges rondins de bois. Des murs en bois… Comme un voile que l’on retire de devant soi, la vision d’Eoh commença à se faire plus nette. La soudaine adrénaline de son réveil commença à retomber, son pouls affolé à se calmer. Il avait reconnu le bois sous ses paumes comme une vieille amie que l’on retrouve et dont l’on se souvient encore des moindres mimiques, il avait lui-même travaillé ces rondins et monté au fil des mois la demeure dans laquelle il se trouvait. Il était chez lui.

Cette simple pensée suffit à le détendre dans un profond soupir, essoufflé. Repos de courte durée, car ses yeux perçants ne tardèrent pas à se fixer sur l’intrus dont il avait presque oublié la présence, son regard de prédateur prêt à défendre sa tanière ne cillant pas. Il avait déjà commencé à évaluer la menace qu’il représentait et comment faire pour s’en débarrasser, mais une sensation désagréable venant de son bras droit le perturbait. Pas la douleur non, ça il connaissait. Plus comme si on… on le tirait ?
S’autorisant à peine plus d’une seconde d’écart, il lança une vive œillade au sujet de sa gêne qui s’avéra être… une aiguille suspendue au bout d’un fil ? Lequel était lui-même attaché à son bras. Enfin, cette vision acheva de lui faire reprendre ses esprits et il se souvint de la chasse des drows, l’homme qu’il avait sauvé… pas son retour ici. Il avait dû s’évanouir. Cela voulait dire que… l’inconnu avait réussi à retrouver le chemin de sa cabane et avait commencé à le soigner ? Mais… comment, pourquoi ? Et…
Merde, qu’est-ce que ses instincts avaient encore fait ? Si son coup l’avait atteint… Eoh se mordit la lèvre, soudainement très –trop- conscient de ce qu’il avait très probablement fait et du nombre record de fois où il aurait réussi à brutaliser son « protégé » en si peu de temps après leur rencontre. Dommage que ses oreilles soient cachées sous sa chevelure, parce qu’elles seraient sans aucun doute apparues baissées de honte. Sauvage oui, mais jusqu’à certaines limites. D’autant plus qu’à son tour l’humain lui avait probablement sauvé la vie.

« Je… »

Il ouvrit la bouche une première fois mais les mots se retrouvèrent bloqués même pas dans sa gorge mais sûrement à des lieues de là. Qu’était-il censé dire, en fait ? Désolé de t’avoir frappé mais merci de m’avoir ramené tu peux rentrer maintenant ? Mouais.
Se racler la gorge (qui était de toute manière très sèche) était une bonne manière de retarder la suite de sa phrase.

« Désolé. » finit-il finalement par dire, le regard fuyant, un peu dépité. Il se laissa glisser le long du mur jusqu’à être assis sur son lit, bien conscient qu’il n’était pas censé s’arrêter là. « Généralement ça… » il illustra ce dernier mot d’un geste de la main droite (lui arrachant une légère grimace lorsque l’aiguille commença à danser au bout du fil) qu’il estimait plus équivoque que ses maladroits mots pour exprimer son léger dérapage. Mots qui mirent encore un temps beaucoup trop long à sortir pour terminer son simulacre de phrase. « …m’aide. »

propulsed by VANKA




Présence réduite pour une durée indéterminée.

Out into the darkness peering, long I stood there wondering, fearing,
Doubting, dreaming dreams no mortal ever dared to dream before
©️ FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t30-un-demi-elfe-n-est-plus-un-elfe http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t51-all-those-friendly-faces http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t52-keep-the-streets-empty-for-me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t61-love-me-or-love-me http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t62-lets-play-i-m-gonna-win
Brad Murdoch
Gif :
Race : Humain
Age : 48 ans
Statut : Comte
Avis sur la Chasse : Un excellent moyen pour lui de détruire. Quoi, il fallait préciser son camp ?

Style de combat : L'utilisation des mots. Parfois ça peut être plus efficace qu'un poignard acéré. Mais il a aussi un poignard acéré dans sa manche et quelques fioles de poison, on ne sait jamais.
Pseudo : Megumi
Posts : 453
Points : 218
DC : Dunstan - Alak
Avatar : Aidan Gillen
Crédits : /

MessageSujet: Re: D'une folie. |Brad Murdoch [FINI]  Dim 1 Avr - 23:10
D’une folie
La peste soit des hommes et leur inconscience.

 
Brad se passa doucement une main sur le visage. Il n'avait pas trop eu le temps de comprendre ce qu'il se passait. Ce qu'il pouvait dire, là, c'est "aie". Il avait entendu un cri puis il s'était littéralement pris une main dans la figure. Oui il pouvait dire sans hésiter que c'était la claque de sa vie. Sonné il avait simplement reculé, lâchant le bras droit de son "sauveur" qui venait toujours de balancer le gauche pour lui en mettre une qui lui aurait retourné la tête si elle avait été horizontale.

Il observa ensuite l'autre homme se redresser, se rasseoir, puis visiblement comprendre ce qu'il venait de faire lorsqu'il remarqua Brad. Après ça il se transforma petit à petit en une espèce de chiot battu qui aurait probablement amusé le noble si il n'avait pas eu la main en travers du visage à essayer de calmer la douleur de son nez. Bon de ce qu'il pouvait en dire il n'était pas cassé, à priori il ne saignait même pas, il ressentait juste une douleur sourde qu'il aurait pu imager par un bourdonnement. Ce qui le surprit le plus en fait c'est lorsque son vis-à-vis se mit à parler. Il avait l'air tellement primitif et...Sauvage, que même si Brad l'avait déjà entendu parler, il avait un peu oublié qu'il en était réellement capable. D'ailleurs lui même semblait aussi en douter tant il avait des difficultés à prononcer le moindre mot. De ce que pouvait en comprendre le noble, il essayait de s'excuser. Enfin c'est ce qu'il pensait, parce qu'il n'était pas sûr de tout saisir. Il ferma les yeux quelques instants le temps de se remettre les idées en place pendant que l'autre continuer à parler. Ça...L'aidait ? Qu'est-ce qui l'aidait ? De mettre des coups de poings ? Il ne savait pas si il était sonné au point de ne pas comprendre ou si c'était l'autre qui avait un problème mais il n'avait pas l'intention de creuser plus loin. Il secoua lentement la tête avant de se rasseoir à coté du lit comme il l'avait fait précédemment. D'un mouvement il désigna le bras droit de l'autre homme.

« Vous devriez me laisser finir. »

Fit-il simplement en guise de réponse alors qu'il tendait la main. Étrangement, malgré tout ce qui s'était passé dans la journée, il n'était pas spécialement touché, plus blasé qu'autre chose. Il voulait juste finir de recoudre son compagnon d'infortune histoire d'avoir la...Conscience tranquille...Et rien d'autre. Il ne savait pas trop quoi penser et encore moins quoi faire ensuite. Il ne doutait pas une seconde qu'il ne tarderait pas à se faire mettre à la porte en vérité. Mais Il avait une étrange empathie envers cet homme. C'était difficile à expliquer, il lui faisait ressentir tout et son contraire dans le même instant. Ou peut être était-ce la claque qui le convainquait de vouloir rester ? Allez comprendre.

 
propulsed by VANKA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t61-love-me-or-love-me http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t62-lets-play-i-m-gonna-win
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t30-un-demi-elfe-n-est-plus-un-elfe http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t51-all-those-friendly-faces http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t52-keep-the-streets-empty-for-me
Gif : Eoh is having none of your shit.
Race : Demi-elfe
Age : 132 ans
Statut : Chasseur / Ermite
Avis sur la Chasse : Il hait aussi bien les hommes que la Faërie, mais ce n'est pas pour autant qu'il cautionne ces massacres.
De fait, il ne prendra les armes contre aucun de ces peuples et se sent bien mieux à l'écart de leurs querelles.

Style de combat : N'est pas un combattant, autant qu'il le peut se contente d'utiliser ses armes pour la chasse. Arc / Dague
Pseudo : Sieben
Posts : 363
Points : 182
DC : Fearghas McCóigreach
Avatar : Alexandre Astier
Crédits : Vanka

MessageSujet: Re: D'une folie. |Brad Murdoch [FINI]  Lun 2 Avr - 1:05
D’une folie
La peste soit des hommes et leur inconscience.

A dire vrai, Eoh était assez surpris que l’inconnu ne soit pas déjà partit sans demander son reste de la cabane, d’autant qu’avec sa période d’inconscience qu’il le ramène chez lui ou non, il en aurait eu tout le loisir. Pourtant là encore, alors qu’il était une fois de plus victime des instincts du semi-elfe, il avait décidé de rester au moins jusqu’à ce qu’il ait terminé de le recoudre. Pas vraiment le genre d’attention à laquelle il était habitué, à part Yggdral plus grand monde ne prenait la peine de s’intéresser à lui plus de quelques instants (non pas qu’il leur laisse la chance de faire beaucoup plus), avec le temps même sa mère se sentait dépassée par la sauvagerie de son fils.
Mais le calme avec lequel avait parlé l’humain semblait d’une certaine manière s’être transmis à lui, coupant court à cette espèce de gêne qui l’avait poussé à s’excuser et il alla plutôt le rejoindre sur le bord du lit, posant non sans quelques réticences son bras blessé sur ses cuisses. Il siffla d’appréhension en le voyant récupérer l’aiguille qui pendait, et agrippa fermement de son bras valide les épaisses peaux recouvrant son lit. Il commençait à connaître la douleur ressentie à se faire recoudre, avait déjà dû se le faire à lui-même, ce n’était ô combien jamais une expérience agréable.

Cette fois-ci n’avait pas changé des précédentes, mais à part quelques grognements et autres soupirs qui avaient rarement réussi à passer outre sa mâchoire serrée, rien n’était venu troubler le lourd silence concentré de l’humain –qui, il est important de le signaler, ne comptait pas de nouvelles blessures à son actif.
Au bout d’un moment il ne sentit enfin plus la déchirure de l’aiguille sur sa peau et lâcha un soupir soulagé en voyant l’homme s’évertuer à faire le nœud final. Il avait beau avoir sombré pendant, quoi, il ne savait même pas, une heure tout au plus peut-être, il ressentait une profonde fatigue. Les séquelles de la course-poursuite, des combats et de ses blessures. Et la présence d’un étranger chez lui ne l’aidait pas à se sentir moins fatigué. Bien sûr il lui était reconnaissant de l’avoir ramené et aidé, mais maintenant qu’ils n’étaient plus concentré chacun sur quelque chose il ne savait de nouveau plus comment agir. Sauf qu’Eoh avait quand même suffisamment de conscience pour savoir qu’il ne pouvait pas le chasser comme ça. Et avec le peu de valeur que les mots avaient pour lui, se contenter de remercier l’humain pour clore l’histoire ne lui effleurait même pas l’esprit.

C’est pourquoi, presque aussitôt son bras refermé et l’aiguille reposée sur la table la plus proche, Eoh se leva et s’éloigna de son infirmier improvisé, sortant de fait de son champ de vision.
La cabane qu’il s’était construit n’était pas très grande et uniquement composée d’une pièce, seulement il avait quand même séparé son lit de la salle principale par une cloison. Cette dernière était assez rudimentairement agencée ; de larges peaux recouvraient les murs en bois afin de conserver la chaleur, divers tonneaux étaient regroupés dans l’un des coins où il conservait principalement sa nourriture dans du sel, proche d’un foyer sur lequel reposait une marmite. Le reste de l’espace était principalement partagé entre des établis sur lesquels il tannait et traitait les peaux des animaux qu’il chassait, et les tables de toute manière jonchées d’ustensiles de travail en tous genres.
Il lui fallut quelques minutes d’exploration au milieu de toutes ces affaires pour remettre la main sur ce qu’il cherchait ; une petite boite en bois foncé. Eoh revint s’asseoir auprès de l’humain et, hésitant, releva le couvercle et récupéra un peu du baume elfique qu’il contenait sur ses doigts. Cadeau d’Yggdral après qu’elle l’ait déjà retrouvé un peu trop blessé à son goût.

« Je peux ? Il montra ses doigts recouverts d’une fine particule. Pour votre nez. Ca calmera la douleur. »

propulsed by VANKA




Présence réduite pour une durée indéterminée.

Out into the darkness peering, long I stood there wondering, fearing,
Doubting, dreaming dreams no mortal ever dared to dream before
©️ FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t30-un-demi-elfe-n-est-plus-un-elfe http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t51-all-those-friendly-faces http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t52-keep-the-streets-empty-for-me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t61-love-me-or-love-me http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t62-lets-play-i-m-gonna-win
Brad Murdoch
Gif :
Race : Humain
Age : 48 ans
Statut : Comte
Avis sur la Chasse : Un excellent moyen pour lui de détruire. Quoi, il fallait préciser son camp ?

Style de combat : L'utilisation des mots. Parfois ça peut être plus efficace qu'un poignard acéré. Mais il a aussi un poignard acéré dans sa manche et quelques fioles de poison, on ne sait jamais.
Pseudo : Megumi
Posts : 453
Points : 218
DC : Dunstan - Alak
Avatar : Aidan Gillen
Crédits : /

MessageSujet: Re: D'une folie. |Brad Murdoch [FINI]  Lun 2 Avr - 14:18
D’une folie
La peste soit des hommes et leur inconscience.

 
Bon, victoire, l'homme avait l'air d'avoir retrouvé une certaine raison. Il consentit à s'installer de nouveau à coté de Brad pour le laisser finir son office. Il était un peu stressé maintenant, recoudre quelque chose de vivant et conscient n'était pas aisé et, vu la démonstration de violence due à la douleur qu'il venait de lui faire, le noble n'avait pas spécialement envie de lui faire mal. Donc il se stoppait à chaque fois qu'il l'entendait grognait ou le voyait grimacer du coin de l'oeil, levant la tête pour lui adresser un regard inquiet et se préparer à esquiver.

Mais non, il s'était tenu tranquille. A vrai dire, Brad aurait été incapable de dire lequel des deux se sentit le plus soulagé lorsqu'il termina enfin le nœud final et coupa le fil en trop. Il déglutit, sans vraiment oser bouger ou parler. D'après ce qu'il avait vu, ce n'était pas la chose à faire. De toute façon, son hôte forcé ne lui laissa pas vraiment le temps de faire quoi que ce soit, il se leva, disparut de son champ de vision, et Brad perçut le remue ménage qu'il était en train de faire. Il leva un sourcil perplexe. Il releva la tête lorsque l'homme revint s'installer près de lui puis jeta un petit coup d’œil au coffret qu'il avait en main.

Il sursauta presque lorsqu'il l'entendit s'adresser à lui. C'était bien la première fois qu'il l'entendait prononcer plus de trois mots dans une seule phrase, à vrai dire il ne s'y attendait presque plus et il mit un petit moment à réagir alors qu'il fixait, presque bêtement, les doigts de son vis à vis. Au point où il en était de toute façon...

« Euh...Allez-y... »

Fit-il avec un petit mouvement d'épaule. Il sursauta et eut un très léger mouvement de recul lorsque les doigts de l'inconnu s'écrasèrent sur son nez dans un geste à l'opposé de la délicatesse. Pourtant, il se força à rester immobile. Il se crispa, grimaça légèrement et ferma les yeux. Mais, au fur et à mesure, il ressentit comme une douce chaleur s'étendre depuis le contact. Bras s'attendait à un baume apaisant, mais pas à ce que ça apaise à ce point là.

La sensation désagréable de bourdonnement qu'il ressentait depuis tout à l'heure fut la première à s'évanouir, comme si elle n'avait jamais vraiment existé, puis c'est la douleur qui s'atténua jusqu'à disparaître. Le noble rouvrit les yeux une fois que l'autre homme cessa de le toucher. Il n'avait jamais reçu de tels soins en vérité. Du moins rien d'aussi rapide et efficace. Bon, la blessure n'était pas grave non plus, mais il s'attendait tout de même à des maux de têtes pendant un bon moment. Et là, plus rien. Alors il fronça les sourcils, jetant encore un coup d’œil au petit coffret.

« Qu'est-ce que c'est... ? »

 
propulsed by VANKA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t61-love-me-or-love-me http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t62-lets-play-i-m-gonna-win
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t30-un-demi-elfe-n-est-plus-un-elfe http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t51-all-those-friendly-faces http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t52-keep-the-streets-empty-for-me
Gif : Eoh is having none of your shit.
Race : Demi-elfe
Age : 132 ans
Statut : Chasseur / Ermite
Avis sur la Chasse : Il hait aussi bien les hommes que la Faërie, mais ce n'est pas pour autant qu'il cautionne ces massacres.
De fait, il ne prendra les armes contre aucun de ces peuples et se sent bien mieux à l'écart de leurs querelles.

Style de combat : N'est pas un combattant, autant qu'il le peut se contente d'utiliser ses armes pour la chasse. Arc / Dague
Pseudo : Sieben
Posts : 363
Points : 182
DC : Fearghas McCóigreach
Avatar : Alexandre Astier
Crédits : Vanka

MessageSujet: Re: D'une folie. |Brad Murdoch [FINI]  Lun 2 Avr - 15:10
D’une folie
La peste soit des hommes et leur inconscience.

Aussi surprenant que cela puisse paraître, Eoh n’était pas exactement ce qu’on pourrait appeler habitué à s’occuper des blessures des autres. Ou des autres tout court, aussi. C’était d’autant moins le cas lorsqu’il était question de soins, puisqu’il ne prenait part à aucune autre tuerie que celles lui permettant de survivre (et c’était généralement de chasse dont il était quesiton) et la seule personne sur laquelle il appliquait généralement des bandages était lui-même. Lorsqu’on ne peut compter que sur ses propres mains pour se rafistoler, on ne s’encombre pas de délicatesses outre mesure car il est déjà suffisamment compliqué de réprimer les réflexes naturels nous empêchant de nous blesser nous-mêmes.
Alors même si son but n’était pas d’aggraver le nez de son invité, il n’y allait pas non plus avec des gants. C’était déjà suffisamment dérangeant pour lui de devoir établir le moindre contact avec, il n’allait quand même pas faire la fine bouche en prime !

Pour l’avoir déjà utilisé de nombreuses fois, Eoh savait que le baume elfique avait des propriétés incroyablement rapides surtout sur des blessures aussi superficielles que celles-ci, il ne fut donc pas surpris de constater la rapidité avec laquelle l’humain se détendit sous son toucher. Pour la première fois depuis qu’il l’avait sauvé, le semi-elfe détailla son visage puisqu’il était enfin débarrassé de son insistant contact visuel. Ses traits étaient bien moins grossiers que ceux des humains qu’il avait pour coutume de fréquenter et, quoi que sans atteindre la beauté des elfes qu’il avait côtoyé toute sa vie, presque agréables à observer. Il y avait d’une manière générale dans sa tenue et ses manières une forme de délicatesse qu’il n’avait encore jamais observé chez son peuple. Si on y ajoutait son accoutrement qui, quoique déchiré par la chasse à laquelle ils avaient réchappé, semblait d’excellente facture… se pouvait-il qu’il fasse partie de la noblesse humaine ?

Cette pensée renfrogna quelque peu Eoh, qui se détacha de l’homme car, hasard du timing, il avait en même temps fini de lui appliquer le baume. Il ne s’y connaissait pas vraiment en fonctionnement humain, mais il en savait suffisamment sur la Chasse et le duc Edoras pour éprouver une méfiance naturelle envers tous ceux qui pouvaient partager son opinion –et semblait-il que les hautes lignées étaient plus promptes à le faire.
La question qui s’en suivit acheva de le mettre sur ses gardes et il referma le couvercle d’un mouvement sec qui rendit bruyant le contact du bois avec le bois. Il se releva brusquement, intimant à l’humain de faire de même.

« Des plantes. »

Fut la seule réponse qu’il daigna lui accorder, reposant le contenu sur la table la plus proche.

« Vous devez partir maintenant. »

Une fois encore il ne mesura pas complètement sa force tandis qu’il poussait presque littéralement l’humain jusqu’à la porte de sortie, ayant suffisamment toléré la présence d’un autre être vivant pour les mois à venir. Parvenus à l’extérieur il le guida sur quelques mètres tout en lui fournissant ses indications pour rejoindre Bruyval, la ville la plus proche :

« Par ici vous continuez tout droit, il y aura un sentier. Vous n’aurez qu’à le remonter vers le nord pour arriver en ville. »

Et aussitôt dit, aussitôt disparu. Rebroussant chemin au milieu des arbres, Eoh s’en retourna à sa cabane lécher ses plaies. Mais plus important encore ; seul.

propulsed by VANKA




Présence réduite pour une durée indéterminée.

Out into the darkness peering, long I stood there wondering, fearing,
Doubting, dreaming dreams no mortal ever dared to dream before
©️ FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t30-un-demi-elfe-n-est-plus-un-elfe http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t51-all-those-friendly-faces http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t52-keep-the-streets-empty-for-me
❝ Contenu sponsorisé ❞

MessageSujet: Re: D'une folie. |Brad Murdoch [FINI]  
Revenir en haut Aller en bas
 
D'une folie. |Brad Murdoch [FINI]
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Corvus Corax RPG :: HIGHLANDS, ECOSSE :: Forêts-
Sauter vers: