Partagez | 
 

 D'une folie. |Brad Murdoch [FINI]

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t30-un-demi-elfe-n-est-plus-un-elfe http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t51-all-those-friendly-faces http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t52-keep-the-streets-empty-for-me
Gif : Admin pas content being like...
Race : Demi-aik
Age : 132 ans
Statut : Chasseur / Ermite
Avis sur la Chasse : Il hait aussi bien les hommes que la Faërie, mais ce n'est pas pour autant qu'il cautionne ces massacres.
De fait, il ne prendra les armes contre aucun de ces peuples et se sent bien mieux à l'écart de leurs querelles.

Style de combat : N'est pas un combattant, autant qu'il le peut se contente d'utiliser ses armes pour la chasse. Arc / Dague
Pseudo : Sieben
Posts : 454
Points : 156
DC : Fearghas McCóigreach / Daerrion'lyr Tsadeer
Avatar : Alexandre Astier
Crédits : Nekorse (dessin)

MessageSujet: D'une folie. |Brad Murdoch [FINI]  Ven 2 Mar - 19:09
D’une folie
La peste soit des hommes et leur inconscience.

 
Calmer sa respiration. Mesurer son souffle. Se fondre dans la masse, disparaître et oublier toute contrainte matérielle. Se laisser porter par le bruissement du vent sur sa peau, devenir aussi léger que les feuilles mortes qui jonchent le sol, se perdre.

Mesurer son souffle.

Un, deux, trois. Et encore. Un, deux, trois.

Ralentir son cœur, ne faire qu’un avec la nature. Surtout être silencieux, toujours plus silencieux, interdiction du moindre bruit qui puisse trahir sa présence, mettre en pratique des années de dissimulation, des années passées à traquer discrètement ses proies.

Mais c’est là toute la différence ; cette fois le semi-elfe n’a pas le luxe d’être le chasseur. Il n’a pas le droit à l’erreur, car au moindre faux pas, à la moindre brindille écrasée, ce ne sera pas son repas du soir qui s’envolera devant lui mais sa propre vie. Instincts en alertes, tous les sens en émoi, une seule pensée, simple, primitive. Survivre. Echapper aux drows, les amener sur son territoire, les semer. Trop nombreux pour les abattre, de toute manière il n’est pas un guerrier à peine plus qu’un chasseur, si son arc est une arme de valeur il préfère se mêler aux ombres afin d’éviter le danger plutôt que le provoquer. Surtout pas lorsqu’il est question d’elfes noirs. Là où est un drow, un autre le suit toujours. Abattez-en un et soudainement ils se rueront sur vous plus nombreux qu’une famille de cafards. Non, mieux vaut garder son arc sur son dos et fuir.

Ce qu’il a fait. Malheureusement ils l’avaient repéré avant qu’Eoh n’ait conscience de leur présence, c’était alors une course à la mort qui s’en était suivi. Un duo vieux comme le monde, celui du chasseur et de sa cible. Désagréable lorsque les rôles s’inversent. Il s’en était fallu de peu avant qu’ils ne l’attrapent, heureusement le semi-elfe gardait un avantage non négligeable ; la connaissance du terrain. Jusque-là, il n’avait réussi à leur réchapper que grâce à cela, eurent-ils été trop loin de son territoire qu’il leur servirait d’ores et déjà d’encas.
C’était d’ailleurs étrange qu’ils s’aventurent aussi loin de leurs terres en si petit nombre, quoique sûrs de leur supériorité les raids fréquents qu’ils organisaient contre les villes humaines avaient au moins la prudence d’être suffisant en nombre pour ne pas risquer d’être défaits... or ils étaient là trop nombreux pour une simple chasse, mais pas assez pour aller harceler une énième fois les humains. Qu’est-ce que cela pouvait bien cacher ?

Il n’eut pas le temps d’y songer plus avant qu’un bruit soudain raviva tous ses sens déjà aux aguets. Des pas. Lointains, audibles seulement de ses sens elfiques. Trop bruyants pour quiconque de censé lorsque pèse une menace drow. De toutes les races, même les nains, pourtant hermétiques à la magie, étaient capable de ressentir la froide corruption qu’insufflait pareille présence sur un lieu. Seule une était suffisamment sotte dans sa complaisance pour se croire supérieur aux autres et ne pas prêter gare aux signes de dangers… Ce ne pouvait être qu’un humain.

Un instant, la doucereuse tentation de livrer cet intrus en pâture à ses ennemis afin de profiter de la diversion pour s’enfuir tenta Eoh. Après tout, c’était la loi du plus fort. Il n’était déjà pas certain de pouvoir se sauver lui-même, alors une deuxième personne…
Peste !
Il en était tout bonnement incapable. A chaque seconde qui passait la présence de l’humain se faisait de plus en plus tangible et c’était déjà un miracle que ses ennemis ne l’aient pas encore remarqué. Il ne pouvait tout simplement pas rester ainsi passif… de quelque manière que ce fut, il n’était pas un meurtrier.

La peste soit des hommes et leur inconscience. Comment allait-il s’y prendre, maintenant ? Mesurer son souffle. Maîtriser sa respiration. Réfréner la subite colère que l’arrivée de cet intrus avait provoquée. Le moindre faux pas et c’était la mort assurée. Il lui fallait arriver suffisamment près de lui, sans pour autant être détecté des elfes noirs… Tout sauf une mince affaire.
Lentement, le plus précautionneusement au monde, Eoh recommença à se mouvoir, passant d’arbres en arbres, profitant des feuillages balayant le sol et autres racines à l’allure d’excroissances pour se camoufler du mieux qu’il lui était possible, jusqu’à ce qu’enfin l’homme paraisse à portée de mains.

Se dépêcher, pas d’abri à proximité, trouver un lieu sûr. Vite.

D’un mouvement souple, le semi-elfe quitta sa cachette, attrapa l’inconnu –une main lui couvrant la bouche afin de l’empêcher d’émettre le moindre son, la moindre protestation- et l’entraîna dans le creux de racines qu’il avait repéré un instant auparavant. La protection était certes bien trop rudimentaire pour Eoh, il lui était impossible de trouver quoi que ce fût de plus sophistiqué dans la situation actuelle.

Tenant toujours fermement l’homme, une main posée sur sa bouche qui, il ne le réalisa pas immédiatement, l’empêchait peut-être par là même de respirer, une autre enroulée autour de sa taille afin de l’empêcher de se débattre, un grognement aussi discret qu’il se le permettait fut la seule indication verbale qui était censée lui faire comprendre qu’il valait mieux, pour leur vie à tous deux, qu’il se taise. Tant pis pour les manières.

 
propulsed by VANKA



Présence réduite pour une durée indéterminée.

Out into the darkness peering, long I stood there wondering, fearing,
Doubting, dreaming dreams no mortal ever dared to dream before
©️ FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t30-un-demi-elfe-n-est-plus-un-elfe http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t51-all-those-friendly-faces http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t52-keep-the-streets-empty-for-me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t60-be-who-i-want-you-to-be-terminee http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t61-love-me-or-love-me http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t62-lets-play-i-m-gonna-win
Brad Murdoch
Gif :
Race : Humain
Age : 48 ans
Statut : Comte
Avis sur la Chasse : Un excellent moyen pour lui de détruire. Quoi, il fallait préciser son camp ?

Style de combat : L'utilisation des mots. Parfois ça peut être plus efficace qu'un poignard acéré. Mais il a aussi un poignard acéré dans sa manche et quelques fioles de poison, on ne sait jamais.
Pseudo : Megumi
Posts : 530
Points : 169
DC : Dunstan - Alak - Lobhach
Avatar : Aidan Gillen
Crédits : Solosand

MessageSujet: Re: D'une folie. |Brad Murdoch [FINI]  Ven 2 Mar - 22:18
D’une folie
La peste soit des hommes et leur inconscience.

 
Qu’est-ce que c’était que cette embrouille ?

A peine le temps de dire ouf qu’ils étaient tous morts. Sans exception. Du moins, Brad ne se faisait pas d’illusion, il savait depuis longtemps que ce n’est pas parce qu’il y avait aucun cadavre qu’il n’y avait pas de mort.

Ça n’aurait pas du se passer comme ça. Quoi exactement ? Pourquoi lorsqu’il voulait se déplacer d’un point A à un point B, toute sa garde finissait invariablement par se faire dévorer, qu’il soit impliqué ou non ?

Des Drows cette fois. Il pouvait les sentir. Il faisait toujours plus froid, toujours plus sombre en leur présence. Mais il ne se laisserait pas avoir, enfin du moins il allait lutter pour sauver sa vie, somme toute bien plus importante que celles des gardes qui y étaient passé. D’ailleurs c’est sur ça que jouait sa stratégie, d’un point de vue purement logique, les Drows devaient être occupés à...Les dévorer... ? Peut être que du coup il ne s’intéresseraient pas à lui ? Il ne manquait plus que ça.

Il y avait un autre problème. Il était relativement loin de chez lui, là. Arriver en un seul morceau. Un réel challenge donc. Dire qu’il faisait le fier serait un peu mentir...Mais il aimait mentir. Il ne voyait rien autour de lui. Et il détestait ça. Ses sens n’étaient pas aussi développés qu’il aurait pu le souhaiter, mais ça suffirait. Il n’allait pas s’abaisser à ça maintenant. Un pas après l’autre, en douceur...Il n’avait pas beaucoup de temps, et à la fois les minutes traînaient en longueur alors qu’une petite goutte de sueur venait perler le long de sa nuque.

Puis il sentit quelque chose arriver sur lui. Bien trop tard pour pouvoir réagir, quelque chose lui bloqua la bouche, étouffant son cri de surprise, puis on le tira vivement en arrière dans une cavité crée par les racines d’un arbre centenaire. Ça avait peut être le mérite d’être à couvert...Mais qu’est-ce que l’endroit était dégoûtant. Une fois n’est pas coutume, ce n’est pas ce qui intéressa Brad. Une chose était sûre, ce n’était pas un Drow. Trop pur, pas assez sombre non plus et surtout, pourquoi s’embarrasserait-il à se cacher comme ça ?

Mais il y avait autre chose. La chose, l’homme -Brad ne déterminait pas encore à quoi il avait affaire- serrait sa bouche avec force, certes, mais il avait les doigts trop près de son nez. Beaucoup trop près. Le comte commençait à suffoquer. Le comble quand même, il avait évité les Drows pour se retrouver dans les bras d’un inconnu qui lui coupait le souffle. Au sens littéral. Evité les Drows ? Ca non plus ce n’était pas sûr...

Mais il y avait une autre urgence là, et c’était, de faire comprendre à l’abruti qui -nom de dieu mais c’était pas possible, il allait avoir une sacré trace de main en travers de la figure- était en train de le tuer qu’il était justement en train de le tuer. Il plissa les yeux, lutant comme il pouvait contre les engourdissement qu’il commençait à ressentir à l’extrémité de ses membres. Puis il lança, dans un effort désespéré, son coude en arrière, visant les cotes de l’inconnu, histoire de lui faire au moins lâcher un peu prise, il n’avait tellement plus les idées claires qu’il se mit également à mordre. Il serra les mâchoires de toute ses force sur le maximum de peau qu’il pouvait attraper.

Il fallait absolument que ça marche. Il ne tiendrais pas dix secondes de plus.

 
propulsed by VANKA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t60-be-who-i-want-you-to-be-terminee http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t61-love-me-or-love-me http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t62-lets-play-i-m-gonna-win
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t30-un-demi-elfe-n-est-plus-un-elfe http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t51-all-those-friendly-faces http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t52-keep-the-streets-empty-for-me
Gif : Admin pas content being like...
Race : Demi-aik
Age : 132 ans
Statut : Chasseur / Ermite
Avis sur la Chasse : Il hait aussi bien les hommes que la Faërie, mais ce n'est pas pour autant qu'il cautionne ces massacres.
De fait, il ne prendra les armes contre aucun de ces peuples et se sent bien mieux à l'écart de leurs querelles.

Style de combat : N'est pas un combattant, autant qu'il le peut se contente d'utiliser ses armes pour la chasse. Arc / Dague
Pseudo : Sieben
Posts : 454
Points : 156
DC : Fearghas McCóigreach / Daerrion'lyr Tsadeer
Avatar : Alexandre Astier
Crédits : Nekorse (dessin)

MessageSujet: Re: D'une folie. |Brad Murdoch [FINI]  Dim 4 Mar - 19:43
D’une folie
La peste soit des hommes et leur inconscience.

 
Maudit humain ! N’était-il donc pas capable de rester en place un instant, se pensait-il tellement supérieur à tous les dangers de la forêt qu’il croyait pouvoir se payer le luxe de gesticuler dans tous les sens et provoquer un raffut pareil pour toute oreille elfique ? En voilà une, de grande idée. Sauvez un homme : il vous le rendra en vous faisant partager la mort inéluctable à laquelle il s’était de toute manière exposé !
Au premier coup de coude, heureusement trop maladroit pour être réellement douloureux, Eoh resserra d’instinct son emprise sur son ‘protégé’, réaction incontrôlée du corps dont les muscles se bandent soudainement afin d’amortir tout nouveau contact à venir. Un nouveau grognement fut également à peine plus audible que son prédécesseur bien qu’il contint cette fois-ci une connotation bien plus de mise en garde que de prévention, il n’allait certes pas s’amuser à esquiver les coups tout en restant le plus silencieux possible et continuellement aux aguets quant à la précarité beaucoup trop importante de leur cache de fortune.
Maintenant, il était question de faire comprendre tout ceci à l’humain sans utiliser de mots. Et il ne semblait pas avoir appris à reconnaître les subtiles nuances émotionnelles d’un grognement.

Une vive douleur à la main manqua de le faire se trahir mais, une fois encore, les instincts primitifs qu’il ne cherchait plus à réfréner depuis qu’il vivait en ermite prirent les devants sur la logique et la raison.
De la surprise de la morsure, il éloigna d’un mouvement brusque sa main des dents hostiles, mais il lui fallait ne pas émettre le moindre son. Et il avait eu mal. Avant qu’il n’ait même le temps de se rendre compte de ce qu’il faisait, sa mâchoire se resserra sur l’épaule de son supposé protégé. Réflexe presqu’animal que celui de rendre une morsure pour une morsure. Il lui fallut quelques instants pour reprendre ses esprits et se rendre compte de ce qu’il faisait, libérant la chair qu’il devinait très aisément rougie sous les épaisseurs de tissu.

« Merde ! » lâcha-t-il dans le mouvement, mi-grognement mi-guttural.

 
propulsed by VANKA



Présence réduite pour une durée indéterminée.

Out into the darkness peering, long I stood there wondering, fearing,
Doubting, dreaming dreams no mortal ever dared to dream before
©️ FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t30-un-demi-elfe-n-est-plus-un-elfe http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t51-all-those-friendly-faces http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t52-keep-the-streets-empty-for-me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t60-be-who-i-want-you-to-be-terminee http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t61-love-me-or-love-me http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t62-lets-play-i-m-gonna-win
Brad Murdoch
Gif :
Race : Humain
Age : 48 ans
Statut : Comte
Avis sur la Chasse : Un excellent moyen pour lui de détruire. Quoi, il fallait préciser son camp ?

Style de combat : L'utilisation des mots. Parfois ça peut être plus efficace qu'un poignard acéré. Mais il a aussi un poignard acéré dans sa manche et quelques fioles de poison, on ne sait jamais.
Pseudo : Megumi
Posts : 530
Points : 169
DC : Dunstan - Alak - Lobhach
Avatar : Aidan Gillen
Crédits : Solosand

MessageSujet: Re: D'une folie. |Brad Murdoch [FINI]  Dim 4 Mar - 21:21
D’une folie
La peste soit des hommes et leur inconscience.

 
Premier réflexe de Brad lorsqu’enfin, l’étrange personnage -qu’il n’avait, on s’en souvient, toujours pas identifié- lâcha sa bouche, fut de prendre une gosse bouffée d’air. Là il se fichait un peu de faire du bruit ou non parce que dans tous les cas, s’il ne le faisait pas, il serait mort. Mais quelque chose l’empêcha de remplir complètement ses poumons.

L’homme l’avait mordu. Il venait à l’instant de refermer ses mâchoires sur son épaule. Il. L’avait. Mordu.

Suffisamment pour le faire glapir de douleur, à tel point qu’il plaqua lui même sa main contre sa bouche pour étouffer la plainte. Non mais c’était quoi ce type, un loup garou ? Il ne manquerait plus que ça tiens. Il sembla se rendre compte de ce qu’il faisait au bout de quelques instants désespérément longs pour Brad, qui sentait ses yeux s’humidifier à cause de la douleur qui se propageait à cause des nerfs dans tout son bras, et se redressa, crachant une obscénité.

De son coté, Brad se mordilla légèrement l’intérieur de la joue pour retenir une exclamation, cette fois d’agacement. Qu’est-ce qui lui avait prit exactement de l’attraper comme ça, de l’étouffer à moitié, de l’attirer dans un recoin douteux et de le mordre ? Quel était le but de la manoeuvre ? Une sorte de fétichisme ? Et là, le comte réalisa. Aussi gauchement qu’il était possible de le faire, l’autre homme semblait essayer...De le sauver... ? C’est ce que devaient vouloir dire les grognements gutturaux qu’il entendait depuis le départ et qu’il avait préféré ignorer jusqu’à lors, tentant de se concentrer sur sa survie. Mais quel genre de personne s’adressait aux autres de cette façon ?! Comment pouvait il s’imaginer une seconde que ça pouvait être un dialecte évident ?! Brad retint un soupir à fendre l’âme et décala son corps sur le coté pour pouvoir se retourner légèrement sans pour autant quitter la poigne de son ravi...Sauveur...Ce qui semblait peine perdue de toute façon étant donné qu’il avait même raffermi sa prise. Et, enfin, il put lui adresser un regard. Son visage reflétait exactement sa pensé, à savoir que tout ceci n’avait aucun sens et que, de toute façon, il était blasé. Comme ce qu’il lui avait fait subir jusqu’à présent le présageait, l’homme n’était pas exactement du genre propre sur lui comme pouvait l’être Brad, il ressemblait à...Oui, à un loup sauvage. Son apparence lui coupa le souffle, au sens figuré cette fois, encore heureux, il ne trouva rien à dire ou à faire tant ça lui semblait étrangement irréel. La première chose qu’il capta ce fut évidemment ses yeux, il réalisa donc que l’homme avait l’air aussi paumé que lui, voir bien plus. Duo de choc, donc.

Mais autre chose attira son attention...Des bruits...Des frottements, des feulements, des craquement...Ils étaient foutus. Ces bruits ne pouvaient provenir que d’une source. Les Elfes noirs. Et si, contrairement à leurs habitudes, ils ne s’embarrassaient plus à être discrets et silencieux, c’est qu’ils étaient sûr de pouvoir leur tomber dessus et encore plus de parvenir à leur fin. Leur faim en l’occurrence. Brad tenta de se redresser, mais il se retrouva retenu par l’homme qui le serrait toujours fort à la taille. Il pinça les lèvres et lui adressa un autre regard.

Meilleur. Sauvetage. Au monde.

 
propulsed by VANKA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t60-be-who-i-want-you-to-be-terminee http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t61-love-me-or-love-me http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t62-lets-play-i-m-gonna-win
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t30-un-demi-elfe-n-est-plus-un-elfe http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t51-all-those-friendly-faces http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t52-keep-the-streets-empty-for-me
Gif : Admin pas content being like...
Race : Demi-aik
Age : 132 ans
Statut : Chasseur / Ermite
Avis sur la Chasse : Il hait aussi bien les hommes que la Faërie, mais ce n'est pas pour autant qu'il cautionne ces massacres.
De fait, il ne prendra les armes contre aucun de ces peuples et se sent bien mieux à l'écart de leurs querelles.

Style de combat : N'est pas un combattant, autant qu'il le peut se contente d'utiliser ses armes pour la chasse. Arc / Dague
Pseudo : Sieben
Posts : 454
Points : 156
DC : Fearghas McCóigreach / Daerrion'lyr Tsadeer
Avatar : Alexandre Astier
Crédits : Nekorse (dessin)

MessageSujet: Re: D'une folie. |Brad Murdoch [FINI]  Lun 5 Mar - 0:41
D’une folie
La peste soit des hommes et leur inconscience.

Qu’est-ce qu’il lui avait pris mais qu’est-ce qu’il lui avait pris enfin ? Bien évidemment que mordre l’inconnu était l’une des pires choses qu’il aurait pu faire dans des circonstances pareilles ! Quoi de mieux pour attirer directement sur soi l’attention des créatures les plus féroces de la région que de blesser soi-même son partenaire d’infortune, créant ainsi le bruit que l’on tenait absolument à taire ?

Eoh était complètement dépassé par les événements. Comment les choses avaient-elles pu prendre une tournure si catastrophique en à peine quelques secondes de temps, alors que son plan paraissait si simple ? Récupérer l’inconnu, l’empêcher de faire du bruit à cause de la surprise, se dissimuler jusqu’à ce que les drows disparaissent –l’humain n’étant pas assez discret pour se déplacer sans être repéré. Et non. Par il ne savait quelles séries de circonstances dignes uniquement de sa malchance ils se retrouvaient tous deux encore plus exposés qu’ils ne l’avaient été jusqu’à présent, à se regarder dans le blanc des yeux avec cette même expression béate de ceux qui ne comprennent pas ce qu’il se passe.

Et puis des bruits. Le sang du semi-elfe se glaça, bien trop conscient de ce que cela impliquait. La chasse reprenait. Pire encore, ils étaient persuadés de parvenir à attraper leur gibier. Eux.
Fuir. Vite.
Eoh relâcha enfin la pression qu’il exerçait sur la taille de l’homme afin de libérer l’arc accroché à son dos. Machinalement, il passa une main à sa ceinture afin de vérifier que sa dague y était bien toujours, elle aussi. Bon. Tout était en place. Les attaquer de front serait impossible, d’autant que son protégé ne semblait pas être un homme d’armes. Lui-même avait beau être un chasseur agile, la demi-douzaine de drows (du moins lui semblait-il qu’ils étaient ce nombre) qui les pistaient n’auraient aucune difficulté à le soumettre. Son seul atout était donc sa connaissance quasi-parfaite du terrain.
Il lui faudrait donc trouver une manière de faire diversion, suffisamment importante pour couvrir leurs bruits de fuite… ce qui n’était clairement pas une mince affaire. S’ils avaient été moins nombreux, peut-être aurait-il pu attirer leur attention lui-même pour les perdre plus profondément dans la forêt, mais le risque qu’ils aient un sorcier à leurs côtés rajoutait un degré de danger non négligeable.
Au moins, ils n’étaient plus trop loin de zones de la forêt généralement trop exposées et proches des villes pour que les elfes noirs osent s’y risquer en petit nombre. Du moins fallait-il l’espérer.

Faire diversion…

D’une manière toute aussi délicate qu’il en avait fait preuve avec l’humain jusque-là, Eoh se dégagea de derrière lui et lui fit prendre sa place, de sorte à ce qu’il apparaisse légèrement plus dissimulé. Ce n’était qu’un abri de fortune qui ne le cacherait que de loin, mais il lui faudrait attendre un peu avant d’en trouver un autre.

« Restez là jusqu’à ce que vous entendiez du bruit, attendez un peu et courez dans le sens opposé. »

Aussitôt ses recommandations données, il prit congé de son protégé. Tant pis pour les risques, il n’avait pas d’autre solution ; il lui fallait les attirer dans la direction opposée aux lieux habités. Pour cela, il redoubla de vigilance tandis qu’il longeait les arbres. Finalement, il put tourner en sa faveur le manque de rigueur dont les chasseurs faisaient preuve car il lui était ainsi très aisé de repérer leurs emplacements voire leur équipement.
Quatre en tout. Encore moins qu’il ne le pensait, parfait. Enfin arrivé en position, il encocha un flèche à son arc et tira sur l’elfe le plus proche ; qu’il parvint malgré tout à toucher au bras gauche. Alertés par ses cris, ses compagnons ne tardèrent pas à le rejoindre et c’était là que la partie la plus délicate débutait pour Eoh. Plan : Survivre.

propulsed by VANKA




Présence réduite pour une durée indéterminée.

Out into the darkness peering, long I stood there wondering, fearing,
Doubting, dreaming dreams no mortal ever dared to dream before
©️ FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t30-un-demi-elfe-n-est-plus-un-elfe http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t51-all-those-friendly-faces http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t52-keep-the-streets-empty-for-me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t60-be-who-i-want-you-to-be-terminee http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t61-love-me-or-love-me http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t62-lets-play-i-m-gonna-win
Brad Murdoch
Gif :
Race : Humain
Age : 48 ans
Statut : Comte
Avis sur la Chasse : Un excellent moyen pour lui de détruire. Quoi, il fallait préciser son camp ?

Style de combat : L'utilisation des mots. Parfois ça peut être plus efficace qu'un poignard acéré. Mais il a aussi un poignard acéré dans sa manche et quelques fioles de poison, on ne sait jamais.
Pseudo : Megumi
Posts : 530
Points : 169
DC : Dunstan - Alak - Lobhach
Avatar : Aidan Gillen
Crédits : Solosand

MessageSujet: Re: D'une folie. |Brad Murdoch [FINI]  Lun 5 Mar - 1:30
D’une folie
La peste soit des hommes et leur inconscience.

 
Brad se tendit, il en était toujours à se demander comment il allait s’en sortir cette fois et ne prétait plus attention à son acolyte jusqu’à ce que celui-ci se mette à bouger. Avec une délicatesse tout à fait relative -il le tira tellement vivement en arrière qu’il lui coupa le souffle à nouveau, Brad était en train de se dire qu’il ne fallait pas que ça devienne une habitude- l’homme échangea leur place, le jetant dans le creux des racines. Donc il était assit par terre quasiment sous un arbre et il fixait avec de grands yeux ronds l’homme qui lui faisait face. Là il pouvait le détailler un peu mieux, mais ce n’était pas le moment de se perdre en contemplation -même si la vue n’était pas désagréable, pas du tout il pouvait dire.

Il l’entendit vaguement lui dire quelque chose puis disparaître avant même qu’il n’ait le temps de remettre en place dans sa tête les mots qu’il avaient perçus. Visiblement, l’inconnu avait un plan et ça allait se jouer sur une diversion. Soit. Mais...Pourquoi au juste ? Brad fronça les sourcils en se tapissant un peu plus au fond de la cavité -au point où il en était de toute façon- et prit une profonde inspiration. Il ne savait pas quoi penser de cet homme étrange, ça oscillait entre un altruisme absolument hors des bornes du censé ou...Un simple suicidaire...Mais peu importe, il lui laissait une chance de s’en sortir et Brad allait la saisir à deux mains. On dit bien que les plantes les plus dures à éradiquer sont les mauvaises herbes.

Aussi il tendit l’oreille, prêtant attention au moindre son qui aurait pu servir de "signal". Soudain un cri déchirant de douleur résonna ainsi qu’une clameur tandis que les Drows devaient se diriger, vitesse grand V, vers l’origine de l’exclamation. Brad sursauta, il lui fallait maintenant retrouver assez de courage pour sortir de là et courir. Il attendit encore quelques instants, histoire d’être sûr que tous les elfes aient quitté leur emplacement stratégique puis il s’élança.

Il n’était pas mauvais à la course pour un noble, on se demandait pourquoi. L’exercice n’était pas sa tasse de thé et il n’était pas apprêté pour l’occasion mais, bon sang, ce qui importait, là, tout de suite, c’était de sauver sa vie. Il devait s’assurer aussi de courir dans la bonne direction, il ne se baladait jamais seul en forêt à vrai dire, c’eut était un comble s’il s’était perdu ou qu’inconsciemment il se soit dirigé droit dans le traquenard.

Mais non, il pouvait toujours entendre la clameur derrière lui, c’est qu’il était sur le bon chemin.
Il ne comptait pas vraiment les minutes mais il lui semblait s’être bien éloigné, le bruit s’atténuait de plus en plus, et il était à bout de souffle. Le corps humain sans entraînement était tout sauf conditionné pour l’endurance.

Il se força cependant à continuer encore un peu. Il ne voulait pas mourir. Ce n’est même pas qu’il ne le voulait pas, c’est qu’il en était absolument hors de question.

Visiblement le destin ne devait pas trop l’aimer. Il allait presque se mettre en sécurité lorsqu’un des elfes noirs, visiblement trop loin pour avoir envie de rejoindre la lutte, sauta brusquement sur le chemin de Brad. Le comte s’immobilisa et se redressa, le souffle court et les yeux grands ouverts. Le Drow était à une vingtaine de mètres, pas plus, et Brad se prit à l’observer. La rencontre était aussi terrifiante que fascinante, il n’en avait jamais vu d’aussi près. La créature était captivante tant par son allure que par sa dangerosité. Soudain, une tension semblable à un choc électrique s’empara du corps du comte, il n’était pas là pour regarder ! Une poussée d’adrénaline lui redonna un coup de puissance et il tourna vivement les talons pour repartir dans le sens inverse. Il ne tiendrait sûrement pas longtemps avant que le Drow ne le rattrape mais peu importe, il devait essayer.

Et bien, si ce n’était pas la dernière journée de sa vie, ça serait au moins la pire.

 
propulsed by VANKA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t60-be-who-i-want-you-to-be-terminee http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t61-love-me-or-love-me http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t62-lets-play-i-m-gonna-win
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t30-un-demi-elfe-n-est-plus-un-elfe http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t51-all-those-friendly-faces http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t52-keep-the-streets-empty-for-me
Gif : Admin pas content being like...
Race : Demi-aik
Age : 132 ans
Statut : Chasseur / Ermite
Avis sur la Chasse : Il hait aussi bien les hommes que la Faërie, mais ce n'est pas pour autant qu'il cautionne ces massacres.
De fait, il ne prendra les armes contre aucun de ces peuples et se sent bien mieux à l'écart de leurs querelles.

Style de combat : N'est pas un combattant, autant qu'il le peut se contente d'utiliser ses armes pour la chasse. Arc / Dague
Pseudo : Sieben
Posts : 454
Points : 156
DC : Fearghas McCóigreach / Daerrion'lyr Tsadeer
Avatar : Alexandre Astier
Crédits : Nekorse (dessin)

MessageSujet: Re: D'une folie. |Brad Murdoch [FINI]  Lun 5 Mar - 2:26
D’une folie
La peste soit des hommes et leur inconscience.

Bon, les drows avaient mordu à l’hameçon. Peut-être un peu trop bien, tout compte fait. Si celui qu’il avait blessé se tenait un peu à la traîne, ses comparses gagnaient un peu trop de terrain à son goût et l’un d’entre eux risquait même de devenir un danger immédiat encore plus grand que ce qui l’avait menacé jusque-là. C’est dire. Comme il regrettait qu’Yggdral ne soit pas avec lui ! A eux deux peut-être auraient-ils pu leur tenir tête, au moins de quoi les affaiblir. Pas le moment de se languir. Courir. Essayer de décocher une flèche en mouvement n’aurait fait que le ralentir, et là ce dont il avait besoin était surtout de les distancer jusqu’à pouvoir se cacher de nouveau pour repartir en sens inverse. Inéluctablement, le drow se jeta sur lui et il ne parvint à l’esquiver qu’au dernier moment car il s’était attendu à une telle attaque.

Ce qui signifie forcément qu’il ne prêtait pas attention à son côté gauche. Tandis qu’il chutait sur les feuilles mortes (ce qu’il ne tarderait sûrement pas à être lui aussi), il se souvint un peu tard de la raison qui poussait une meute à chasser ensemble… ironiquement, la diversion. Heureusement il fut assez vif pour se rouler sur le dos et récupérer sa dague dans le même mouvement qu’il envoya en plein sur le visage de l’elfe. Pas létal, mais suffisant pour qu’elle relâche sa prise juste assez longtemps pour qu’Eoh l’envoie valser plus loin, le temps ensuite pour lui de se redresser et reprendre sa course. Juste à temps avant que le troisième prédateur ne lui tombe dessus à son tour. Les choses commençaient sérieusement à se corser, et le semi-elfe ne parvenait que de peu à les tenir en respect.

Enfin sa salvation se présenta. Tandis qu’il était parvenu à récupérer une assez dérisoire avance, ses yeux acérés avaient repéré des masses étrangères à des habitants de la forêt entre deux arbres. Il bifurqua dans sa route pour s’en rapprocher, jusqu’à distinguer qu’il s’agissait là d’humains, des hommes d’armes. Morts. Rien d’étonnant à ce qu’ils n’aient pas su contrer une attaque de drows, mais leur malheur faisait finalement sa fortune. Il les enjamba sans s’arrêter et, priant pour que de la chair encore fraîche soit suffisant pour qu’ils cessent leur traque, partit se dissimuler au milieu de buissons juste assez loin pour qu’il se sente presque en sécurité. Ses poursuivants ne tardèrent pas à arriver et, premier bon signe, marquèrent en effet un léger arrêt à la vue des corps humains –sans pour autant sembler prêts à abandonner leur gibier. Pour autant, une autre opportunité ne se présenterait pas car ils ne semblaient pas certains de la direction à suivre. Eoh ramassa la plus grosse pierre qu’il trouva et la lança de toutes ses forces dans une mauvaise direction, plus conscient que jamais de ses maigres chances que cela marche…

Mais le piège prit. Sans demander son reste, le semi-elfe commença à rebrousser chemin, d’abord silencieusement, puis de plus en plus rapidement à mesure qu’il lui commençait à trouver la distance entre ses chasseurs et lui respectable.

Il ne lui fallut pas très longtemps pour retrouver les immenses racines où il avait laissé l’humain un peu plus tôt, et retrouver sa trace fut chose aisée pour ses talents de pisteur.

Du bruit venu de droit devant commença à lui parvenir et il redoubla de vitesse pour le rejoindre, récupérant au passage l’arc sur son dos qu’il encocha d’une flèche. Très vite il distingua la silhouette de l’humain qui se précipitait à son encontre comme s’il avait la mort aux trousses. Ce qui ne voulait dire qu’une chose ; c’était très probablement le cas.
Eoh arrêta finalement sa course, prêt à bander son arc dès que le drow serait en vue. Bingo. A peine quelques secondes plus tard et il apparaissait à son tour dans son champ de vision. Problème, le fuyard était dans l’axe. Tant pis.

« Baisse-toi ! »

Hurla-t-il à son attention tout en bandant son arc, espérant qu’il serait prompt à obéir. Dès que ce fut le cas il décocha une première flèche, qui n’atteignit pas l’elfe. Une seconde toucha son flanc. Avant de décocher la troisième, Eoh attendit qu’il soit presque sur l’humain pour décocher. Entre les deux yeux. La créature s’effondra. Reprenant enfin son souffle, le semi-elfe alla à l’encontre de l’homme qu’il aida à se relever et le traîna par le bras afin de le presser d’avancer. Les drows devaient normalement être loin mais il était hors de question qu’il encourt encore le moindre infime petit risque. Il relâcha son bras et commença à marcher à son propre rythme, ne faisant pas attention s’il le suivait. L’adrénaline commençait à le quitter, il était essoufflé, son bras le lançait, il n’avait même pas besoin de le regarder pour savoir qu’il était en sang, sans compter les contusions et diverses plaies qu’il devait avoir sur le reste du corps, petit souvenir de ses altercations avec les drows avant et après avoir secouru l’humain.

Bon, peut-être n’arrivait-il pas à marcher aussi vite qu’il le pensait finalement…

propulsed by VANKA




Présence réduite pour une durée indéterminée.

Out into the darkness peering, long I stood there wondering, fearing,
Doubting, dreaming dreams no mortal ever dared to dream before
©️ FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t30-un-demi-elfe-n-est-plus-un-elfe http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t51-all-those-friendly-faces http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t52-keep-the-streets-empty-for-me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t60-be-who-i-want-you-to-be-terminee http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t61-love-me-or-love-me http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t62-lets-play-i-m-gonna-win
Brad Murdoch
Gif :
Race : Humain
Age : 48 ans
Statut : Comte
Avis sur la Chasse : Un excellent moyen pour lui de détruire. Quoi, il fallait préciser son camp ?

Style de combat : L'utilisation des mots. Parfois ça peut être plus efficace qu'un poignard acéré. Mais il a aussi un poignard acéré dans sa manche et quelques fioles de poison, on ne sait jamais.
Pseudo : Megumi
Posts : 530
Points : 169
DC : Dunstan - Alak - Lobhach
Avatar : Aidan Gillen
Crédits : Solosand

MessageSujet: Re: D'une folie. |Brad Murdoch [FINI]  Lun 5 Mar - 13:48
D’une folie
La peste soit des hommes et leur inconscience.

 
Pur réflexe, lorsqu’il avait entendu son compagnon d’infortune lui dire de se baisser, il s’était exécuté à la seconde même. En fait ça tombait bien parce qu’il commençait à vraiment manquer de souffle et de force, donc s’écrouler à genoux ne pouvait pas lui paraître être une mauvaise idée.

La suite, il ne la comprit pas vraiment pour être honnête. De là où il était il pouvait voir l’homme décocher et entendre le Drow crier et râler de douleur, mais il se rapprochait toujours. Et soudain, une exclamation interrompue, un bruit sourd et le silence. Plus rien. Brad eut à peine le temps de se demander s’il était sauvé que l’autre homme lui fondit dessus pour l’aider à le relever. Enfin, pas vraiment, en fait il le tira et le remit sur ses pied sans la moindre douceur. Brad osa alors se retourner et constata que l’elfe noir était mort. Il aurait aimé s’attarder un peu pour en apprendre d’avantage, étudier la créature peut être. Mais visiblement son sauveur n’était pas du même avis puisqu’il l’entraîna avec lui, la main solidement enroulée autour de son avant bras. D’ailleurs elle serrait à l’en faire mal. Rustre.

Brad se dégagea vivement. Il était assez grand pour marcher tout seul de toute façon, et c’était encore un peu tôt pour les contacts physiques non ? Il soupira. A priori, l’homme ne semblait pas en avoir quoi que ce soit à faire de toute façon, il poursuivait son chemin, d’un pas qui se voulait sûrement rapide et vif mais qui manquait cruellement de vigueur. Et Brad comprit pourquoi en voyant le sang. Même de là où il était, un peu en retrait derrière lui, il pouvait distinguer la profonde entaille.

Lui même était sauf, sans trop de séquelles à part les quelques égratignures provoquées lors de sa fuite, mais on pouvait tout sauf en dire autant de son sauveur et pendant un moment, Brad se demanda comment réagir et il en profita pour détailler un peu plus son vis-à-vis. Contrairement à ce qu’il s’était imaginé de part sa carrure, il était plutôt petit. Une dizaine de centimètres de moins que lui...Bon, peut être pas autant, mais pas loin. Mais il percevait autre chose : malgré cette apparence un peu rustre et ses blessures qui devaient être sacrément douloureuses, il se déplaçait avec grâce et agilité. C’en était presque étonnant.

Mais Brad comprenait qu’il n’était en vie que grâce à lui et que son sauvetage avait visiblement coûté assez cher. Pourtant, d’un autre coté, est-ce que c’était son problème à lui ? Il n’avait jamais demandé à ce type de le sauver et encore moins d’y laisser son bras. Il se mordilla légèrement la lèvre. D’un autre coté, il était suffisamment fou pour avoir tenté et suffisamment doué pour s’en être sorti. Il valait quelque chose, c’était évident. Après un soupir, il accéléra pour réduire à néant la distance qu’il y avait entre eux et appuya la main sur son épaule, la gauche évidemment, opposée à la blessure.

« Attendez. » Ordonna-t-il avec douceur. Il avait la gorge sèche à cause de la course et la peur, sa voix était donc un peu éraillée, mais ce n’était pas vraiment important pour le moment. Il tira légèrement sur l’épaule qu’il tenait pour retourner son sauveur vers lui puis il le lâcha pour plutôt attraper son autre bras avec délicatesse. Ses gestes étaient sûrs et méthodique. Il n’était pas médecin mais, pour des raisons évidentes de survie, il avait appris les rudiment des premiers secours.

« Il va falloir désinfecter ça...Mais en attendant laissez moi d’abord arrêter le flot... » Reprit-t-il, concentré. Il déchira une bande de tissus de son propre vêtement, déjà entaillé par une branche lors de sa course dans la forêt, et l’enroula fermement autour du bras, directement sur la plaie, pour endiguer le saignement. Il avait penché la tête pour voir ce qu’il faisait, mais, lorsqu’il acheva son office rudimentaire mais qui permettrait au moins à l’autre homme de ne pas se vider complètement de son sang, il la releva pour lui adresser un regard, les yeux plongés dans les siens pendant quelques instants.

« Merci... »

 
propulsed by VANKA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t60-be-who-i-want-you-to-be-terminee http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t61-love-me-or-love-me http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t62-lets-play-i-m-gonna-win
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t30-un-demi-elfe-n-est-plus-un-elfe http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t51-all-those-friendly-faces http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t52-keep-the-streets-empty-for-me
Gif : Admin pas content being like...
Race : Demi-aik
Age : 132 ans
Statut : Chasseur / Ermite
Avis sur la Chasse : Il hait aussi bien les hommes que la Faërie, mais ce n'est pas pour autant qu'il cautionne ces massacres.
De fait, il ne prendra les armes contre aucun de ces peuples et se sent bien mieux à l'écart de leurs querelles.

Style de combat : N'est pas un combattant, autant qu'il le peut se contente d'utiliser ses armes pour la chasse. Arc / Dague
Pseudo : Sieben
Posts : 454
Points : 156
DC : Fearghas McCóigreach / Daerrion'lyr Tsadeer
Avatar : Alexandre Astier
Crédits : Nekorse (dessin)

MessageSujet: Re: D'une folie. |Brad Murdoch [FINI]  Lun 5 Mar - 18:04
D’une folie
La peste soit des hommes et leur inconscience.

Eoh était absolument exténué, chaque pas qu’il parvenait à aligner devant l’autre lui demandait de redoubler d’effort et il lui fallait rester concentré sur sa route pour ne pas s’effondrer à tout instant. Il avait passé beaucoup trop de temps à fuir les drows… Trop long, trop fatigué. Heureusement qu’il connaissait cette forêt comme sa poche et savait ainsi instinctivement la marche à suivre afin de regagner sa cabane, sinon il n’était pas sûr qu’il ne se serait pas perdu au milieu des bois. Ce qui aurait tout de même été assez cocasse après avoir survécu à une attaque drow.

Lorsqu’il sentit une main se poser sur son épaule, le semi-elfe ne put réprimer un léger sursaut, prêt à tirer sa dague de son fourreau. Heureusement le visage de l’humain ne tarda pas à arriver dans son champ de vision et il se détendit, très légèrement. Si en si peu de temps il était déjà parvenu à occulter la présence de son protégé derrière lui, ce n’était vraiment pas pour le rassurer quant à son état. Une fois n’est pas coutume, il ne chercha pas à se débattre et obéit calmement à son injonction –il était de toute manière trop fatigué pour se permettre d’être aussi têtu qu’à son habitude. L’humain attrapa son bras avec une délicatesse qui parvint presque à surprendre Eoh qui, pourtant, avait été élevé au milieu des elfes, tandis que lui-même se contentait de rester stoïque, la tête légèrement tournée sur le côté et le visage fermé. Il n’était que trop conscient de la proximité de l’homme et en était absolument mal à l’aise. Il n’était plus habitué à ce que quoi que ce soit de vivant, Yggdral mise à part, s’approche autant de lui sans représenter une menace et laisser docilement les mains d’un inconnu courir le long de son bras ne lui était pas chose aisée. Il avait bien remarqué que la plaie était plus profonde qu’il ne l’avait initialement pensé et les soins rudimentaires qu’il l’aiderait à faire étaient plus que bienvenus cependant… une vie de solitude reste ce qu’elle est. Les habitudes qui vont avec aussi. D’autant qu’à une telle distance, et avec l’humain qui était légèrement plus grand que lui, il ne pouvait qu’avoir une conscience suraiguë de la forme de ses oreilles dont il espérait que ses cheveux soient toujours suffisamment volumineux pour les cacher. C’est à peine s’il osait bouger la tête, incapable de deviner ce qu’il en était et si, à l’inverse, il ne se trahirait pas par un tel mouvement.

Il n’eut pas le loisir de continuer à se poser la question lorsque le tissu se serra autour de son bras, lui arrachant un sifflement de douleur qu’il ne put retenir. Ses yeux se posèrent sur le lambeau dont déjà une tâche carmin commençait à se propager, les poings serrés mais collés le long de son corps afin de l’empêcher d’avoir un énième réflexe stupide. Bien sûr, tourner la tête vers l’humain, ça aussi ç’avait été un réflexe stupide. Maudite douleur. Parce que qui disait même direction et proximité disait inévitablement gêne et comble du bonheur échange de regards encore plus gênant.
Eoh était donc planté là, le corps aussi raide que la corde de son arc lorsqu’il la tendait, absolument incapable de savoir ce qu’il était supposé faire ou ne pas faire, priant tous les dieux anciens et nouveaux de le sortir de ce tourment. Les choses étaient tellement plus simples lorsqu’il était seul dans sa cabane, pourquoi ne pouvait-il pas être seul dans sa cabane là, maintenant, tout de suite ?

Le point d’orgue de son malaise fut sans doute lorsque l’humain se décida en fait à parler, pour le remercier. Ce fut ce qui sortir le semi-elfe de son espèce de torpeur qui coupa le contact visuel en détournant et baissant légèrement la tête, avant de mi-grogner mi-grommeler une courte série de sons qui s’apparentait, pour lui, à un « de rien ». Tant pis s’il n’y avait que lui pour le comprendre. Finalement, il ne supporta plus la pression de cette proximité et dégagea son bras d’un mouvement un peu trop sec qui le fit grimacer de douleur et tourna les talons pour reprendre sa route d’un pas déterminé –donc à l’allure très lente, maximum de la vitesse dont il était présentement capable. Avant de s’arrêter, visiblement en plein débat intérieur, et de se retourner vers l’humain –dont il n’était même pas sûr qu’il l’ait suivi.
Maintenant qu’il n’était plus en situation de crise, parler semblait réellement lui être un calvaire et il lui était pratiquement impossible de maintenir un semblant de contact visuel plus de quelques secondes. On était loin de l’allure sûre de lui qu’il avait encore en plein milieu du combat, là où il savait précisément où était sa place.

« La ville la plus proche est dans cette direction, dit-il en lui désignant le chemin qu’il avait alors suivi. Il n’y en a même pas pour une heure de route, ça… vous ne devriez pas en avoir pour trop longtemps. A marcher. »

propulsed by VANKA




Présence réduite pour une durée indéterminée.

Out into the darkness peering, long I stood there wondering, fearing,
Doubting, dreaming dreams no mortal ever dared to dream before
©️ FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t30-un-demi-elfe-n-est-plus-un-elfe http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t51-all-those-friendly-faces http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t52-keep-the-streets-empty-for-me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t60-be-who-i-want-you-to-be-terminee http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t61-love-me-or-love-me http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t62-lets-play-i-m-gonna-win
Brad Murdoch
Gif :
Race : Humain
Age : 48 ans
Statut : Comte
Avis sur la Chasse : Un excellent moyen pour lui de détruire. Quoi, il fallait préciser son camp ?

Style de combat : L'utilisation des mots. Parfois ça peut être plus efficace qu'un poignard acéré. Mais il a aussi un poignard acéré dans sa manche et quelques fioles de poison, on ne sait jamais.
Pseudo : Megumi
Posts : 530
Points : 169
DC : Dunstan - Alak - Lobhach
Avatar : Aidan Gillen
Crédits : Solosand

MessageSujet: Re: D'une folie. |Brad Murdoch [FINI]  Lun 5 Mar - 19:24
D’une folie
La peste soit des hommes et leur inconscience.

 
Bon, certes, la réaction de l’individu semblait tendue et...Complètement bizarre...Si on voulait son avis, il sur jouait.

Mais est-ce que ça allait dissuader Brad d’en apprendre plus ? Certainement pas. Au moins ça confirmait sa théorie qui impliquait sa folie. Ce type avait sérieusement un problème. Au fur et à mesure qu’il l’observait, il l’analysait. Il grogna quelque chose à mi chemin entre les mots et les marmonnements animaux et Brad fronça les sourcils d’incompréhension totale.

« Pardon... ? » S’enquit-il, relevant un sourcil cette fois. Puis, soudainement, l’homme se détacha violemment de lui -le blessant encore évidemment- puis il tourna les talons pour continuer son chemin. Brad l’observa en clignant bêtement des yeux pendant quelques secondes. Il ne savait pas s’il devait le suivre ou non, mais puisqu’il était complètement perdu, il n’avait pas trop le choix. Il lui emboîta donc le pas, tachant de, cette fois, garder une certaine distance de sécurité. Puis l’homme sembla hésiter et il s’immobilisa. Perplexe, Brad fit de même. Il se retourna et sembla tenter avec toute les peines du monde de s’adresser à lui. Patiemment, Brad attendit qu’une phrase complète ne quitte la bouche de l’individu. Il y parvint finalement et le comte suivit des yeux la direction qu’il lui montrait. rentrer en ville, oui c’était une bonne idée. Il devait se laver, se changer et oublier toutes ces péripéties. Mais s’il le faisait, cela voulait dire qu’il perdait définitivement la trace de son sauveur. Il n’était même pas sûr que, dans l’état où il se trouvait, il s’en sortirait.

Il fut prit d’un débat intérieur pendant un moment. Après tout il se fichait bien de savoir si ce sauvage allait s’en tirer ou non pas vrai ? Et en même temps...Cet homme était exceptionnel sous plusieurs aspects et il savait se batte visiblement, il encaissait bien et il avait une idée de stratégie également, des atouts utiles à qui savait s’en servir. C’eut était dommage de se priver de tout ça, il ne connaissait même pas son nom...Alors il secoua négativement la tête avant de la retourner vers l’homme. Il soupira.

« Je ne peux pas vous laisser comme ça...Regardez-vous, vous tenez à peine debout et vous vous videz de votre sang...A cette allure-là vous n’atteindrez jamais votre destination... » Lâcha-t-il d’une voix un peu traînante. D’habitude il faisait preuve de bien plus de tact, mais il savait s’adapter à son publique. Il savait parfaitement que faire de longues phrases alambiquées ne ferait que braquer un peu plus son vis à vis. À éviter, donc.

« Ecoutez, je peux vous aider à vous soigner mieux que ça, comme ça vous pourrez repartir en meilleure forme... » Proposa-t-il. « Et puis...Vous m’avez sauvé la vie...Je peux bien essayer de payer ma dette... »

Avança-t-il. Payer sa dette. Voila qui le fit rire intérieurement, même si son visage restait impassible. Comme s’il lui était déjà arriver de payer quoi que ce soit. Il détourna la tête et se passa la langue sur les lèvres le temps de réfléchir un peu, puis il soupira de nouveau en se reconcentrant sur son sauveur.

« Qui êtes-vous... ? »

Il demanda avec lenteur. C’est évident qu’il aurait du commencer par là, mais à vrai dire il ne savait plus trop où il en était lui non plus, le choc de l’attaque peut être, le fait d’être passé si près de la mort, la pression qui retombait...Tout ceci n’aidait absolument pas, en plus du fait qu’il ne voulait pas braquer plus que ça l’ours des cavernes qu’il avait en face de lui.  
propulsed by VANKA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t60-be-who-i-want-you-to-be-terminee http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t61-love-me-or-love-me http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t62-lets-play-i-m-gonna-win
❝ Contenu sponsorisé ❞

MessageSujet: Re: D'une folie. |Brad Murdoch [FINI]  
Revenir en haut Aller en bas
 
D'une folie. |Brad Murdoch [FINI]
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» '1 grain de bravoure pour 3 grains de folie.' (FINI)
» [Validée]Godwrath D. Alexander [Fini]
» L’argent conduit à la folie !
» Crise de folie... |Libre|
» ~ Lorsque la folie danse la valse de la Vie ~

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Corvus Corax RPG :: HIGHLANDS, ECOSSE :: Forêts-
Sauter vers: