Partagez | 
 

 L'aurore apporte-t-elle la lumière? |Avec Puck

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
En ligne
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Race : Humain
Age : 45 ans
Statut : Nonne renégate
Avis sur la Chasse : Elle considère que les membres de la faërie sont également des créatures de Dieu, et que c'est donc un fratricide de les exterminer.

Style de combat : Pacifiste, elle se livre à la violence si elle ne peut fuir.
Pseudo : Tunglskin
Posts : 52
Points : 114
Avatar : Annelise Hesme
Crédits : /

MessageSujet: L'aurore apporte-t-elle la lumière? |Avec Puck  Mer 9 Mai - 15:31
Notre père qui êtes aux cieux...
... j'ai levé les mains vers toi, pourquoi n'as-tu jamais répondu?

 

Siobhàn ouvrit les yeux soudainement au fond de son lit. La lune jetait une lumière argentée dans la petite chambre mais l'obscurité était dense. Elle était désorientée: si la raison lui disait qu'elle était chez elle, il lui semblait ne plus rien reconnaître. Ses draps trempés de sueur lui paraissaient une fournaise et sa respiration était aussi précipitée que si elle avait couru. La religieuse se redressa péniblement sur ses coudes. De l'autre coté de la pièce, Arielle dormait profondément dans le lit jumeau, tournée vers le mur. D'habitude, c'était plutôt elle qui voyait son repos troublé par les cauchemars.

Étonnée de porter la croix de sa novice, Siobhàn se laissa retomber sur sa paillasse. En même temps, ils vivaient dans des temps où tous devaient faire des mauvais rêves. Les yeux rivés au plafond, elle se signa en marmonnant les quatre vers de la bénédiction pour ne pas réveiller sa disciple. La pauvre avait déjà fort à faire avec ses propres démons, la religieuse ne voulait pas l'angoisser encore plus et elle la protégeait du mieux qu'elle pouvait des inquiétantes nouvelles qui leur arrivait de l'extérieur.

Malgré sa fatigue, Siobhàn peinait à se rendormir. Elle n'avait aucun souvenir de son cauchemar, mais une terreur glacée somnolait toujours dans sa poitrine. De guerre lasse, elle fini par se lever pour s'installer dans la cuisine, pieds nus et en chemise de nuit, un châle jeté sur les épaules pour se tenir chaud. Un bol de tisane à la main, la religieuse fit quelques pas devant sa porte, sans chaussures dans l'herbe douce. Elle avait tout de même dû dormir encore un peu, car si l'obscurité était totale quand elle s'était réveillée, le ciel tirait désormais au bleu.

L'aurore se levait sur le monde, mais finirait-elle par éclairer le cœur des hommes et des drows? Car ils étaient les deux seules races à sembler trouver du plaisir dans l'extermination des autres... Et ce faisant, ils attisaient des haines millénaires. Siobhàn écarta les bras, prenant le ciel à témoin dans sa plainte silencieuse. Elle s'épuisait à défendre coûte que coûte ce qu'elle jugeait bon et bien, alors qu'elle aurait pu être en sécurité dans les hauts murs de la ville d'Eaglesham, au chaud dans la confortable bibliothèque du cloître. Elle aurait pu si elle avait accepté de faire profil bas et de laisser le Grand Massacre avoir lieu.

Pourquoi était-elle l'objet d'une si grande mise à l'épreuve, elle qui s'efforçait de faire partie des Justes? Sa souffrance était une chose, mais alors pourquoi lui avoir envoyé pour lui servir de fille, un être plus doux et plus craintif qu'un agneau d'un jour? Pourquoi Dieu dans sa bonté, n'avait pas laissé Arielle vivre heureuse et à l'abri, plutôt que de la jeter dans les tourments de ce monde en ignorant la blancheur absolue de cet être? Sans qu'elle s'en rende compte, les pas de Siobhàn l'avaient menée vers les portes de la chapelle.

Un moment la religieuse resta là avec sa mise défaite. En chemise de nuit, pieds nus et tête nue, son ancienne Mère Supérieure l'aurait probablement qualifiée d'intolérablement indécente. Mais debout, ici dans la forêt matinale, ses cheveux frisés livrés par la brise à une sarabande délirante et les mollets fouettés par l'air frais, Siobhàn songeait que ça devait plutôt être les voiles raides et contraignants des nonnes qui étaient une invention du Diable et non les prières en chemise de nuit.

Et après tout, personne ne pouvait lui interdire d'entrer dans son église, même nue comme au jour de sa naissance. La religieuse ouvrit en grand la porte, pour faire rentrer la sombre chapelle romane un peu de la lumière du jour. Les lieux s'illuminèrent de la lumière grise de l'aurore et Siobhàn avança dans l'allée entre les deux rangées de bancs, y déposant au passage son bol. Ils n'étaient jamais occupés, mais elle ne perdait pas l'espoir d'entendre un jour les réponds raisonner dans des dizaines de bouches dévotes depuis ces bancs.

Elle se laissa tomber à genoux devant le modeste autel. Sous cette dalle, une cache. Dans cette cache, ses écrits. Tout son savoir sur les Faëries compilées sur des tablettes d'argile, à jamais à l'abri des mains mal animées. Siobhàn resta assise quelques instants, les mains croisées dans son giron, puis fini par les lever vers la grande croix qui s'adossait au mur du Cœur. Elle pria d'abord pour Arielle, qu'elle garde force et courage, qu'elle trouve le repos. Puis pour que ses écrits ne tombent pas entre de mauvaises mains, et une pensée pour Sainte Marie, patronne de cet ermitage pour se préserver des attaques de drows.

Mais même la paix intérieur se refusait à elle en ce pourtant radieux petit-matin. A nouveau, elle écarta les bras: contrairement au Christ, sa souffrance ne pouvait rien pour les hommes, alors pourquoi Dieu lui imposait-il cela?

 
propulsed by VANKA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Puck
Gif :
Race : Faune
Magie : Métamorphose
Age : Indéterminé
Statut : Voyageur, Ancien, Conseiller.
Avis sur la Chasse : Protecteur de la Forêt, il ne peut voir la Chasse d'un bon œil, à cause de toutes les souffrances et les destructions qu'elle engendre.

Pseudo : /
Posts : 16
Points : 63
Avatar : Faune_Doug Jones
Crédits : Le Labyrinthe de Pan (2006_Guillermo del Toro)

MessageSujet: Re: L'aurore apporte-t-elle la lumière? |Avec Puck  Mer 9 Mai - 20:24
Notre père qui êtes aux cieux...
... j'ai levé les mains vers toi, pourquoi n'as-tu jamais répondu?

 

Dans l'univers, toute parole et toute pensée provoquent de puissants échos, imperceptibles pour les mortels, mais raisonnant d'une énergie vibrante immense, positive ou négative, finalement renvoyés à leur émetteur.rices par des retombées concrètes...
Il y a des conséquences à de tels appels, et quelqu'un.e ou quelque chose les entend, même si ce n'est pas toujours ce qu'on croit...

Dans les profondeurs de la forêt, bien à l’abri de la haine humaine, l'aurore s’élevait sur un écho silencieux, un cri déchirant, triste et plein de douleur. Telle une prophétie que seules certaines oreilles pouvaient percevoir.
Deux yeux d'opale, clairs comme la lune, s'ouvrirent et se tournèrent en direction de cet appel, le regard intense, les oreilles tendues... Pourtant, à cette aube pâle, on n'entendait que le bruissement du vent dans les feuilles des arbres, et le chant vif des oiseaux du matin.

Contre toute attente, il y avait une créature dans la forêt qui avait été sensible à la prière pleine de douleur de Siobhàn. Alors, son corps changeant s'anima, et ses larges sabots se déplacèrent en direction de l’ermitage d'un pas leste.
La texture des pieds animaliers était étrangement mouvante et s'altérait, comme indéterminée : parfois semblable à de la fourrure, parfois ressemblant aux rides boisées d'un tronc d'arbre solide.
A chaque pas de la créature, des fleurs nouvelles et rares poussaient à sa suite, comme si son contact immédiat rendait la terre d'une fertilité et d'une vitalité incroyable. La vie s'animait à son passage...

Proche de la chapelle, un son étrange s'éleva, lointain et complexe. D'abord, le chant des oiseaux s'intensifia doucement, comme s'ils parlaient entre eux et annonçaient la venue de quelque personnage fantastique. Puis, on entendit des cris d'animaux plus massifs : le brame du cerf, le hululement de la chouette, l'aboiement du chevreuil, le grognement du sanglier, le cri du renard...
Tout ceci dans un ensemble étrangement calme, mystérieux et agréable. Il n'y avait pas d'alerte ni de crainte dans ces cris. Les créatures de la forêt chantaient leur joie comme on agite les cordes d'une harpe enchantée. Enfin, des rires d'enfants raisonnèrent furtivement, ainsi que des musiques de fête légères, où on percevait des flûtes de pan et des percussions.

A quelques pas de la chapelle se dressait désormais un cerf massif immobile, dépassant la taille normale d'un tel animal. Son dos était recouvert de mousse, d'herbes et de fleurs de couleurs intenses. Cette végétation était la constituante majoritaire de son pelage, et paraissait en constante pousse, caressée par une brise imperceptible qui la faisait presque danser en douceur. Ses longues et puissantes pattes ressemblaient à s'y méprendre à des troncs anciens, dont les rides évoluaient incessamment, de façon surnaturelle et intimidante. Ses bois défiaient également l'imagination par leur taille, leur puissance et leur complexité. De la mousse et des lianes pendaient de-ci de-là.
Ce cerf mi animal, mi végétal irradiait d'une énergie quasi cosmique, et appelait à lui toute vie, toute créature, comme un état d'être naturel. A sa suite, gambadaient des écureuils et des lapins. Sur ses bois se perchaient des oiseaux, et sur son pelage butinaient des abeilles.
Cette créature était accueillante comme un refuge, et respirait la paix et le bonheur.


 
propulsed by VANKA


[Musique d'ambiance: Endless Legend OST: Auriga's Song (Auriga= Mère Nature) ]



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
En ligne
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Race : Humain
Age : 45 ans
Statut : Nonne renégate
Avis sur la Chasse : Elle considère que les membres de la faërie sont également des créatures de Dieu, et que c'est donc un fratricide de les exterminer.

Style de combat : Pacifiste, elle se livre à la violence si elle ne peut fuir.
Pseudo : Tunglskin
Posts : 52
Points : 114
Avatar : Annelise Hesme
Crédits : /

MessageSujet: Re: L'aurore apporte-t-elle la lumière? |Avec Puck  Jeu 10 Mai - 12:36
Notre père qui êtes aux cieux...
... j'ai levé les mains vers toi, pourquoi n'as-tu jamais répondu?

 

Siobhàn quitta sa posture christique pour joindre à nouveau les mains dans une prière plus conventionnelle. Elle s'était un peu affaissée vers l'avant, marmonnant encore et encore le Pater noster à toute vitesse faute de trouver la force de prier pour quelque chose en particulier. Puis quelque chose changea dans l'atmosphère des lieux. A travers ses paupières obstinément closes, la religieuse avait l'impression que la lumière se faisait plus vive et elle ne parvenait pas à mettre cela sur le seul compte du lever du soleil.

Mais Siobhàn ne perdit pas sa concentration et entonna une fois de plus sa prière. Sans qu'elle s'en aperçoive, elle s'était redressée alors que sa voix s'était faite plus lente et plus forte, articulant soigneusement pour redonner son poids sacré à chaque mot. La brise s'engouffra dans la chapelle, ébouriffant une fois de plus ses cheveux et portant à l'intérieur les chants des oiseaux. Cette fois, la concentration de la religieuse vacilla: ce n'était pas leurs chants habituels, si elle reconnaissait les cris distinctifs de chaque espèce leurs trilles s'organisaient d'une façon qu'elle n'avait jamais entendue.

Sa prière s'était réduite à un murmure, presque plus fredonnée qu'articulée. Les autres animaux de la forêt s'étaient joint au chœur des oiseaux sans que ça parvienne à réellement étonner Siobhàn. Elle avait l'impression de faire partie de ce Tout mouvant en chantonnant sa prière. N'était elle pas elle aussi une créature de la forêt, après plus de quinze ans en ces lieux? Ils attendaient quelque chose et elle attendait avec eux voilà tout. Quoi au juste, la religieuse n'en avait aucune idée mais elle était envahie d'une certitude méditative de recevoir une visite d'ici peu.

La nature de cet invité lui était inconnue et étrangement, elle ne s'en préoccupait pas. Sa rationalité reprit le dessus une seconde: la religieuse n'avait aucune idée de ce qui agitait ainsi les animaux sauvages, mais elle s'était un peu emportée dans sa méditation. D'imperceptibles accords de lyre montèrent à ses oreilles comme pour achever de la convaincre qu'elle était à l'aube d'un moment mystique. Un rire d'enfant lui rappela Arielle quand elle n'était encore qu'une petite fille dont les trop rares sourires rendaient magiques tout ses moments de joie.

Les lèvres de Siobhàn s'étirèrent en un fin sourire mélancolique et enfin, elle trouva la volonté de tourner la tête pour regarder à travers la porte de chapelle ce qui s'était passé dans son dos. Debout au milieu des modestes tombes aux croix de bois, se détachant dans la lumière du soleil levant se tenait une créature... indéfinissable. Lentement, sans perdre l'apparition des yeux, la religieuse se leva sur ses jambes engourdies puis se retourna. Il lui semblait qu'il aurait disparu si elle battait des paupières.

Ce cerf était le roi d'entre les rois, tant par sa taille et sa ramure que par son port et son aura. Siobhàn eut immédiatement envie de s'en approcher, mais n'osa pas de peur de l'effrayer. Puis elle se raisonna: ce n'était pas n'importe quel cerf, il accepterait certainement qu'elle s'approche pour le contempler. Elle n'avait été si intimidée devant les seigneurs et les évêques. Un pas après l'autre, elle s'approcha jusqu'à s'arrêter juste sous le porche de la chapelle, sortant de l'ombre pour s'offrir à la lumière du petit matin.

L'apparition ressemblait à une de ces formes que l'ont croit discerner dans les bois à la faveur d'un tronc aperçu du coin de l’œil. Ses yeux n'étaient pas ceux d'un cerf ordinaire, ni même ceux d'une créature qu'elle avait pu voir auparavant. L'air était embaumé du parfums de fleurs inconnues, d'une saveur qui n'était pas de ce monde. Siobhàn s'arracha à la contemplation pour fermer à nouveau les yeux et inspirer longuement par le nez. Quand elle rouvrit les paupières, elle avait prit une décision qu'elle avait instantanément oublié. Alors elle resta là, bras ballants pour se perdre dans sa vision.

 
propulsed by VANKA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Puck
Gif :
Race : Faune
Magie : Métamorphose
Age : Indéterminé
Statut : Voyageur, Ancien, Conseiller.
Avis sur la Chasse : Protecteur de la Forêt, il ne peut voir la Chasse d'un bon œil, à cause de toutes les souffrances et les destructions qu'elle engendre.

Pseudo : /
Posts : 16
Points : 63
Avatar : Faune_Doug Jones
Crédits : Le Labyrinthe de Pan (2006_Guillermo del Toro)

MessageSujet: Re: L'aurore apporte-t-elle la lumière? |Avec Puck  Jeu 10 Mai - 19:50
Notre père qui êtes aux cieux...
... j'ai levé les mains vers toi, pourquoi n'as-tu jamais répondu?

 

Dans l'atmosphère, le son des musiques s'étaient tus, laissant place à un silence solennel ; mais on entendait encore parfois des carillons lointains et des tambours sourds. La lumière du soleil transparaissait à travers les feuilles des arbres intensément, et tamisait les lieux d'une lueur mystérieuse et mystique. Toutes les couleurs de la nature avaient l'air plus vives, plus éclatantes, plus vibrantes. On pouvait aussi sentir un parfum dans l'air, délicieux et relaxant.
Agréablement chanteurs, les oiseaux faisaient la fête dans les bois du cerfs extraordinaire, piaillant de joie, comme heureux par sa présence.

Ce petit moment d'immobilité sur le sol avait suffit pour que de jeunes pousses et des fleurs atteignent déjà le haut de ses sabots massifs. Cela avait pour conséquence de créer l'illusion convaincante que ses très grandes pattes boisées s'enracinaient dans la terre.

Le cerf majestueux ouvrit la gueule légèrement, et expira un souffle gorgé de particules dorées et nourricières. C'était du pollen. Cela attira plusieurs papillons qui tournèrent autour de sa tête massive. Un Azuré du Serpolet, magnifique papillon bleu-azur, se posa sur son nez sans crainte, et battit doucement des ailes, comme butinant une fleur délicieuse.




Avec lenteur, et sans perturber aucun animal ou insecte installé sur son corps, la créature géante tourna sa tête massivement boisée en direction de la nonne qui l'observait silencieusement. Ses yeux d'opale brillaient d'un éclat surnaturel comme deux étoiles millénaires.

Sa gueule s'ouvrit à nouveau, et une voix étrange retentit. Cette voix n'avait rien d'humain, et semblait à la fois lointaine mais parfaitement audible. Elle était douce comme la brise, intense comme la roche, ancienne comme les montagnes, et profonde comme les océans.
Un seul mot fut prononcé :

_ Siobhàn.


 
propulsed by VANKA


Musique d'ambiance: Ori and the blind forest.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
En ligne
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Race : Humain
Age : 45 ans
Statut : Nonne renégate
Avis sur la Chasse : Elle considère que les membres de la faërie sont également des créatures de Dieu, et que c'est donc un fratricide de les exterminer.

Style de combat : Pacifiste, elle se livre à la violence si elle ne peut fuir.
Pseudo : Tunglskin
Posts : 52
Points : 114
Avatar : Annelise Hesme
Crédits : /

MessageSujet: Re: L'aurore apporte-t-elle la lumière? |Avec Puck  Dim 13 Mai - 18:07
Notre père qui êtes aux cieux...
... j'ai levé les mains vers toi, pourquoi n'as-tu jamais répondu?

 

Siobhàn était incapable de bouger, comme enracinée entre les dalles du porche. Elle avait l'impression d'entrer dans une des enluminures de ses livres. La scène semblait baignée dans la lumière des encres dorées, toutes les formes, des puissantes jambes du cerf à la courbure délicate des pétales des fleurs semblaient dessinés par la main habile d'un scribe. Son cauchemar semblait s'être transformé en rêve enchanté, mais la pierre froide sous ses pieds lui semblait étrangement réel.

Mais d'un autre coté, cette végétation de jardin d'Eden apparue au milieu des tombes avait un goût onirique. Et le cerf aux yeux d'opale, enraciné à la place d'honneur, donnait à ce rêve quelque chose d'une vision mystique. Tout fourmillait de vie autour de lui, non seulement les plantes qui semblaient pousser à une vitesse miraculeuse autour de lui, mais également les petits animaux de la forêt qui se pressaient dans son sillage et les oiseaux qui se perchaient dans ses bois.

Plusieurs papillons virent nimber sa tête, comme sortis de nul part pour couronner le Roi de la forêt. Le plus coloré d'entre eux, d'un très beau bleu, vint se poser sur le museau du cerf. Siobhàn eut l'illusion de contempler une monumentale statue de bois au nez enchâssé d'un saphir. L'illusion prit fin quand l'apparition tourna son regard vers elle, deux lunes brillantes nullement ternies par l'aube. C'était bel et bien un être vivant qui la regardait et c'était bel et bien un être vivant qui appela son nom.

La voix raisonna autour d'elle, à la fois portée par la brise et grondée par la terre, sans venir d'un point particulier mais il lui semblait certain que c'était le cerf qui l'avait ainsi nommée. La religieuse fit un pas en avant, son pied nu rencontrant enfin l'herbe humide de rosée. Chaque brin semblait plus long, plus vigoureux, plus souple que lorsqu'elle était entrée dans la chapelle, formant un tapis sous lequel elle ne sentait presque plus la terre.

Presque timidement, son visage fasciné tourné vers l'apparition, Siobhàn avança son autre pied qui se posa lui aussi sur l'herbe. Elle ne comprenait pas ce qu'il attendait d'elle et n'osa pas s'approcher plus malgré son envie de voir ce prodige de près. Après une brève hésitation, elle osa répondre dans un souffle:

"C'est à ce nom que je réponds."

Il ne l'avait pas appelée par son titre, ni même par son nom de famille, comme si ils se connaissaient de longue date. La religieuse ne s'en offusqua pas: elle avait l'impression de connaitre, elle aussi l'apparition. Quelque chose se dégageait de cette figure tout droit sortie d'une lettrine, une énergie toute particulière qui semblait présente partout, tout en irradiant de lui. Siobhàn eut envie de se laisser tomber à genoux, comme pour prier mais utilisa cet élan pour faire un pas un peu plus long vers le miracle.

 
propulsed by VANKA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Puck
Gif :
Race : Faune
Magie : Métamorphose
Age : Indéterminé
Statut : Voyageur, Ancien, Conseiller.
Avis sur la Chasse : Protecteur de la Forêt, il ne peut voir la Chasse d'un bon œil, à cause de toutes les souffrances et les destructions qu'elle engendre.

Pseudo : /
Posts : 16
Points : 63
Avatar : Faune_Doug Jones
Crédits : Le Labyrinthe de Pan (2006_Guillermo del Toro)

MessageSujet: Re: L'aurore apporte-t-elle la lumière? |Avec Puck  Dim 13 Mai - 22:58
Notre père qui êtes aux cieux...
... j'ai levé les mains vers toi, pourquoi n'as-tu jamais répondu?

 


La simple présence de cette entité de la Nature avait des conséquences sur tout, autour d'elle, englobant un périmètre large. Comme si toute vie végétale et animale recevait soudain une énergie nutritive puissante, et une force de vie énorme, faisant de l'épanouissement et l'abondance la règle. Un peu plus loin, le potager de Siobhàn bénéficiait également de cet effet, et montrait des signes de pousse visibles à l'oeil nu. Ses légumes étaient précoces, et d'une taille étonnante. Ils étaient plus riches en nutriments, et plus nourrissants.  

La créature géante observait en silence chaque pas de la religieuse, constatant son courage et son humilité. De son regard ancien, il pouvait aussi percevoir l'humaine au delà de son enveloppe charnelle : son aura, sa vibration émotionnelle, la fluidité de son énergie faisaient partie des perceptions qu'il avait de chaque créature. Cela lui permettait d'embrasser l'aspect multi-dimensionnel de chaque être. De fait, la créature assistait au changement émotionnel chez Siobhàn, depuis qu'elle l'avait vu à la porte de sa chapelle, et n'en était pas surpris.
C'est alors que l'humaine lui répondit pour confirmer son identité, et renforça ainsi cette impression de bravoure que n'importe qui aurait aisément constaté en la voyant faire face à une créature presque monstrueuse, malgré le fait qu'elle transpire la bienveillance. N'importe qui d'autre ce serait enfuit...

Le cerf géant inclina très légèrement sa vaste tête boisée, en signe d'assentiment.
Soudain, ses sabots antérieurs quittèrent le sol et la créature se redressa avec une certaine grâce, malgré son poids impossible. Alors, dans ce geste, tout son corps changea et se métamorphosa.

Ses bois diminuèrent et plusieurs oiseaux durent quitter provisoirement leur perchoir mouvant ; son museau s'écourta, tandis que sa tête changeait de forme ; son dos se redressa et s'adapta pour la position debout ; ses pattes postérieures se renforcèrent et furent à même de soutenir un être nouvellement bipède.
Les bois se divisèrent en deux et s'enroulèrent de chaque côté de sa tête dans un mouvement de spirale quasi-artistique, devenant ainsi des cornes de bélier moussues.

Son corps était à présent transformé et se rapprochait davantage de l'humain, tout en gardant la moitié inférieure semblable aux caprins.
La créature avait désormais l'apparence d'un authentique Faune, bien que plus grand que la moyenne. Cependant, à la différence des autres, le végétal continuait à recouvrir son corps d'une fourrure verte-brune.

Les oiseaux, comme impatients, revirent investir les cornes du faune, et se bousculèrent sous leur surnombre. Leurs piaillements et leurs bagarres furent résolues quand une grande main pourvue de cinq doigts presqu'humains, mais tapissée de mousse et de bois ridé, se leva gentiment vers les cornes et fit, d'un geste doux, s'envoler une partie des oiseaux.

Suite à cela, on entendit un rire clair. Le faune avait un visage souriant et radieux.
Les traits de son visage n'étaient pas tout à fait humains, ni complètement animaliers. Il y avait un équilibre inattendu des deux. De longs cheveux couleur bois encadraient son visage, dans lesquels pointaient ça et là des feuilles et des fleurs qui attiraient les insectes. Sur son visage et son corps étaient dessinées des figures étranges et mystérieuses qui évoluaient doucement.

Le faune adressa un sourire amical et joyeux à Siobhàn. Cette créature avait l'air très ancienne, pourtant, ses rires et son attitude trahissaient une vitalité et une jeunesse sans pareille, au-delà des apparences.
C'est alors qu'il reprit la parole. Cette fois, sa voix était moins aérienne, plus nette et profonde, comme si ses cordes-vocales étaient davantage adaptées à la parole :


_Chère Siobhàn, je suis heureux de vous rencontrer enfin.

Il avait parlé avec beaucoup de douceur, trahissant une affection profonde et une grande joie.
Un écureuil quitta une branche attenante pour atterrir sur sa tête, et le faune rit à nouveau.


 
propulsed by VANKA


Musique d'ambiance: Cécile Corbel, "BlackBird".



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
En ligne
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Race : Humain
Age : 45 ans
Statut : Nonne renégate
Avis sur la Chasse : Elle considère que les membres de la faërie sont également des créatures de Dieu, et que c'est donc un fratricide de les exterminer.

Style de combat : Pacifiste, elle se livre à la violence si elle ne peut fuir.
Pseudo : Tunglskin
Posts : 52
Points : 114
Avatar : Annelise Hesme
Crédits : /

MessageSujet: Re: L'aurore apporte-t-elle la lumière? |Avec Puck  Lun 14 Mai - 14:05
[quote="Puck"]
Notre père qui êtes aux cieux...
... j'ai levé les mains vers toi, pourquoi n'as-tu jamais répondu?

 

Sous ses pieds, l'herbe semblait croitre à une vitesse surnaturelle, s'agitant comme douée de la capacité à se mouvoir selon sa propre volonté. Siobhàn osa regarder timidement à gauche et à droite, sans oser quitter franchement le cerf des yeux de peur qu'il ne disparaisse. A nouveau, elle fit un pas timide: elle avait la stupide impression de... gêner l'herbe en lui marchant dessus et n'osait pas rester trop longtemps au même endroit. Les mains nouées sur la poitrine, la religieuse jeta un petit coup d’œil désolé à la végétation rase qu'elle dérangeait dans sa pousse miraculeuse.

Enfin, Siobhàn leva à nouveau la tête vers l'arbre-cerf, qui se tenait toujours solidement enraciné là comme si il occupait cette place depuis qu'il était une pousse-faon. Pendant quelques secondes, il garda son immobilité minérale, puis sembla acquiescer en inclinant majestueusement son immense tête. Et alors qu'elle croyait avoir vu en l'espace de quelques instants suffisamment de prodiges pour toute une vie, le cerf se mit à changer. Le souffle coupé, la religieuse l'observa alors qu'il se redressait avec une étonnante grâce.

Ce n'était pas une transformation rapide, soudaine, comme la métamorphose d'Arielle en lièvre. Le changement, sans être lent, se faisait par étapes que Siobhàn pouvait nettement distinguer. La forme générale qui se faisait bipèdes, les bois qui devenaient cornes, l'énorme mufle qui se transformait en visage... Sous ses yeux médusés, le cerf s'était changé en un faune d'une taille exceptionnelle. Le silence n'était brisé que par les pépiements furieux des oiseaux privés de leurs perchoirs. Le visage de l'inconnu était avenant, mais il gardait la même aura mystique et quelque chose de cryptique dans son allure.

Il éclata de rire, renforçant encore la surprise de Siobhàn qui ploya le genou, se remémorant enfin les bonnes manières. Elle aussi était heureuse de le rencontrer... enfin, elle supposait. Un écureuil sauta de sa branche sur la tête du mystérieux faune, brisant ainsi la tension. Le geste du rongeur paru si insolite à la religieuse qu'elle sourit, puis éclata tout à fait de rire quand elle croisa le regard malicieux de la petite bête rousse, une main devant la bouche pour masquer son hilarité.

 
propulsed by VANKA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Puck
Gif :
Race : Faune
Magie : Métamorphose
Age : Indéterminé
Statut : Voyageur, Ancien, Conseiller.
Avis sur la Chasse : Protecteur de la Forêt, il ne peut voir la Chasse d'un bon œil, à cause de toutes les souffrances et les destructions qu'elle engendre.

Pseudo : /
Posts : 16
Points : 63
Avatar : Faune_Doug Jones
Crédits : Le Labyrinthe de Pan (2006_Guillermo del Toro)

MessageSujet: Re: L'aurore apporte-t-elle la lumière? |Avec Puck  Lun 14 Mai - 18:12
Notre père qui êtes aux cieux...
... j'ai levé les mains vers toi, pourquoi n'as-tu jamais répondu?

 


A partir du moment où la créature se changea en faune, l'atmosphère devient légère et propice au rire et à la joie. De nouveaux animaux s'approchèrent sans crainte de lui, notamment une biche solitaire, un couple de putois mignons, une laie et ses petits marcassins adorables. Certains d'entre eux vinrent renifler le lapin déjà présent, qui se cachait maintenant entre les pattes du faune.

Contre toute attente, ce dernier connaissait les usages de la courtoisie humaine, et vouvoyait la religieuse avec assurance. S'il n'était pas natif de ce langage, rien ne le laissait présager.
Grâce à l'intervention facétieuse de l’écureuil, ils partagèrent ce moment d'hilarité et rirent ouvertement ensemble.


_Votre amusement me ravi sincèrement !

Approuva-t-il, plein de gaieté, avant d'ajouter :

_J'espère que mon apparence animalière ne vous a pas effrayée, très chère Siobhàn. Voyez-vous, les oiseaux apprécient particulièrement de se percher sur mes bois quand ils sont grands, et j'aime leur faire plaisir. Leur bonheur fait chanter mon cœur d'allégresse !

Il rit encore, d'excellente humeur. Tout semblait propice à l'enjouer.
Bien-sûr, malgré sa question, il savait déjà ce que la religieuse pouvait éprouver, mais cela ne l'empêchait pas de se montrer affable et soucieux de son bien-être. De plus, il souhaitait la rassurer en étant ouvertement amical.

D'un pas léger, mais pas trop rapide pour ne pas lui faire peur, il approcha gentiment de Siobhàn, se pencha légèrement vers elle et lui tendit sa grande main.


_Je vous en prie, vous n'avez pas besoin d'être si formelle avec moi. Nous sommes tous égaux dans la Nature.

Son intention était de l'aider à se relever. Mais une petite fleur de bleuet poussa de façon imprévue sur sa paume. D'abord surprit, le faune éclata à nouveau de rire. Puis, il retira la fleur de sa main et l'offrit au petit lapin qui l'avait suivit jusqu'à ses pieds. Ce dernier renifla la fleur, puis la mangea tranquillement.
Après cet entracte, le faune offrit de nouveau sa main à son interlocutrice.



 
propulsed by VANKA


Musique d'ambiance: Le Seigneur des Anneaux - La Communauté de l'Anneeau, "Concerning Hobbits".



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
En ligne
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Race : Humain
Age : 45 ans
Statut : Nonne renégate
Avis sur la Chasse : Elle considère que les membres de la faërie sont également des créatures de Dieu, et que c'est donc un fratricide de les exterminer.

Style de combat : Pacifiste, elle se livre à la violence si elle ne peut fuir.
Pseudo : Tunglskin
Posts : 52
Points : 114
Avatar : Annelise Hesme
Crédits : /

MessageSujet: Re: L'aurore apporte-t-elle la lumière? |Avec Puck  Mar 15 Mai - 12:07
Notre père qui êtes aux cieux...
... j'ai levé les mains vers toi, pourquoi n'as-tu jamais répondu?

 

Le faune éclata de rire avec Siobhàn, soulagée de ne pas s'être montrée inconvenante en riant sans retenue. Mais l'écureuil, petit bouffon des forêts, s'était montré si irrévérencieux qu'il était impossible de ne pas en rire. Comment ne pas s'attendrir sur ce petit diable roux? Et le faune se montrait d'une exquise courtoisie, s'exprimant avec l'élégance d'un courtisan. L'extrême solennité des premiers instants s'était dissipée, il s'adressait à elle comme à une amie. La religieuse fut reprise de l'impression troublante qu'il la connaissait déjà.

Il s'amusait des oiseaux qui se perchaient dans ses cornes et riait souvent. Siobhàn le trouva charmant, il semblait aussi honnête que bon et son verbe était enchanteur. D'un pas gracieux, il s'approcha d'elle, toujours à moitié agenouillée dans les fleurs extravagantes. Le plus joli lapin qu'elle n'ai jamais vu sautillait sans peur entre ses énormes sabots fendus, mais elle gardait un œil sidéré sur la laie et ses petits qui s'ébattaient un peu plus loin. Certes, les marcassins étaient adorables et pas plus gros que des chats, mais leur mère était autrement plus menaçante surtout en cette saison.

La religieuse était donc étonnée de ne pas la voir dans une attitude plus défensive. Le faune semblait les rassurer car la laie n'était pas agressive du tout et jouait avec ses enfants comme si personne ne les regardait. Rassurée, Siobhàn s'apprêtait à accepter la main tendue du faune.

"C'est que j'ai cru à une apparition divine!" justifia-t-elle.

Puis un bleuet s'épanouit dans l'immense paume de son fantastique invité. La religieuse sursauta légèrement, puis rit avec le faune de ce petit miracle. Elle n'était même pas réellement étonnée et s'amusa de plus belle des mouvements frénétiques du nez du lapin qui dévorait sa friandise. Siobhàn avait l'impression de retrouver la légèreté et l'insouciance d'une jeune femme. Elle posa sa longue main noueuse dans celle du faune où elle disparaissait presque.

Ses genoux qui grincèrent quand elle se releva achevèrent de lui rappeler qu'elle n'avait plus vingt ans, mais le poids qu'elle portait sur ses épaules semblait s'être dissipée. La religieuse se sentait l'énergie de courir jusqu'à Eaglesham juste pour enfoncer le visage du duc dans son porridge matinal.

 
propulsed by VANKA

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Puck
Gif :
Race : Faune
Magie : Métamorphose
Age : Indéterminé
Statut : Voyageur, Ancien, Conseiller.
Avis sur la Chasse : Protecteur de la Forêt, il ne peut voir la Chasse d'un bon œil, à cause de toutes les souffrances et les destructions qu'elle engendre.

Pseudo : /
Posts : 16
Points : 63
Avatar : Faune_Doug Jones
Crédits : Le Labyrinthe de Pan (2006_Guillermo del Toro)

MessageSujet: Re: L'aurore apporte-t-elle la lumière? |Avec Puck  Mar 15 Mai - 19:23
Notre père qui êtes aux cieux...
... j'ai levé les mains vers toi, pourquoi n'as-tu jamais répondu?

 

S'il ne riait pas déjà, le faune l'aurait fait de plus belle en réaction à la remarque de Siobhàn. Il ne jugea pas utile de la détromper de vivre voix, mais était convaincu de n'avoir rien en commun avec toute comparaison de divinité. C'était un concept purement humain, et relevant d'une hiérarchie structurelle extrême qui n'avait pas cours dans la nature sauvage. Néanmoins, il comprenait parfaitement ce que cela pouvait signifier pour les croyantes et croyants .

La religieuse déposa en confiance sa main dans celle du faune géant, et une connexion subtile s'établit entre eux. La texture de sa très grande main était à la fois douce et accueillante comme la mousse, et rugueuse et sécurisante comme du bois. La peau étrange de la créature n'était ni vraiment chaude ni froide, bien qu'elle vibrait de vie. Même pour une simple humaine, la sensation était perceptible. Par ce contact physique, des sentiments ostensibles se révélaient; comme le fait d'être aimé profondément, et protégé...

Le faune l'aida à se relever et observa silencieusement l'usure dans les articulations de Siobhàn. D'un geste subtil, son autre vaste main passa rapidement devant ses genoux et leur délivra une énergie chaude et bienfaisante. Cela n'avait rien de miraculeux, mais avait le mérite d'offrir un répit provisoire pour que les gestes de la vie quotidienne lui soient moins pénibles.

Puisque l'humaine et le faune étaient à présent proches, elle pouvait percevoir une légère senteur émanant de la créature : un doux mélange de bouquet de fleurs fraîches, mêlé au miel et au pollen. C'était très discret.
A présent, il fit quelques pas en arrière pour laisser une courtoise distance entre eux, et reprit :


_Pardonnez ma venue impromptue, chère Siobhàn. Il m'a semblé être temps de vous rendre visite...

 
propulsed by VANKA



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Contenu sponsorisé ❞

MessageSujet: Re: L'aurore apporte-t-elle la lumière? |Avec Puck  
Revenir en haut Aller en bas
 
L'aurore apporte-t-elle la lumière? |Avec Puck
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Corvus Corax RPG :: HIGHLANDS, ECOSSE :: Forêts-
Sauter vers: