Partagez | 
 

 The Poet and the Muse. |Kelda Clair-de-Lune

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t115-lifa http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t135-carnival-of-rust http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t136-my-tongue-shall-become-iron
Le Chant du Paon
Gif : Too fab for ya
Race : Humain
Magie : Illusionniste
Age : 26 ans
Statut : Ménestrel, se complaît particulièrement dans le conte oral. Le crouth et la lyre sont ses instruments de prédilection, un peu moins la vielle à roue.
Avis sur la Chasse : Elle ne l’enchante pas vraiment. Il est intrigué, presque fasciné par l’existence de toutes les créatures Faëriques qu’il souhaite intégrer à de nouvelles ballades aussi les massacres à leur égard écœurent son âme de poète.

De plus, il lui est déjà arrivé lors de prestations de rues (par exemple) de faire la rencontre de certains membres des rebelles, dont les idéologies le rendent d’autant plus curieux maintenant que la Chasse a commencé. De là à dire qu’il serait prêt à les rejoindre…

Style de combat : La musique adoucit les mœurs, non ? Ou les meurtres...
Pseudo : Sieben
Posts : 31
Points : 20
DC : Eoh Tùrambar
Avatar : Illustrations originales de Loki
Crédits : shotsdearte (avatar) & Sceith-A (icône)

MessageSujet: The Poet and the Muse. |Kelda Clair-de-Lune  Dim 22 Avr - 11:38
The magic lake which gave a life
to the words the poet used

 
Depuis son entrée au Chant du Paon, rien n’avait plus fasciné Fearghas que le folklore local aux Highlands. Il en connaissait déjà certains mythes parmi les plus connus bien sûr, notamment parce que certaines domestiques du bordel où il avait grandi continuaient à croire au Petit-Peuple malgré la menace que représentait le christianisme pour leur foi, mais ses études lui avaient fait découvrir de telles merveilles qu’il ne passait pas un jour sans lequel il cherche à en apprendre plus sur la Faërie. Fascination qui, bien sûr, n’avait fait que s’accroître depuis le lancement de la Chasse et donc la nouvelle que ces mythes n’en sont en fait pas. La Grande Chasse aux Monstres… quelle incroyable erreur. Pourquoi craindre de si sublimes créatures ? Non pas qu’il en ait déjà vu, à son grand dam elfes et autres nymphes n’avaient croisé sa route (du moins qu’il en soit au courant) même lors de ses longues balades en forêt.

Mais cela viendrait, il n’en doutait pas. En attendant, il continuerait de vanter leur beauté dans les ballades qu’il lui arrivait de composer.
Ces derniers temps, l’une de ces légendes en particulier avait retenu son attention et afin de mieux la comprendre il avait passé toute la semaine passée à l’auberge de Bruyval. Il s’agissait bien évidemment du conte de Kelda Clair-de-Lune, dont il était plus curieux que jamais d’en savoir plus et, par excitation personnelle certes, découvrir jusqu’à quel point elle était fondée. Qui a dit réelle ?
Il avait donc passé de longues journées à écouter tout ce qu’avaient à en dire les anciens et les pêcheurs, pour qui à en entendre l’affection avec laquelle ils en parlaient elle aurait presque pu être leur Patronne. Ce n’avait fait que l’attendrir d’autant plus sur ce mythe. De jour comme de nuit il s’était ainsi rendu aux abords de l’étang jusqu’à finalement se jeter à l’eau (au sens figuré, bien sûr) lui aussi puisqu’il s’était finalement décidé à déposer un hameçon sur la rive la veille au soir ne dérogeant à la tradition que parce qu’il était fraîchement acheté.

Il était par la suite retourné en ville, où pour payer une partie de son loyer à l’auberge il avait chanté une grande partie de la nuit, l’excitation de savoir ce qu’il adviendrait de son présent ne le quittant pas une seule seconde. Il avait déjà prévu d’y retourner au clair de lune la nuit suivante et jouer certains de ses meilleurs sonnets, pourvu que l’hameçon ait disparu. Mais il aurait disparu, il ne pouvait simplement pas le concevoir autrement.
La journée fut encore plus longue qu’il l’avait craint mais finalement, finalement le soleil daigna enfin retourner se cacher de l’autre côté des terres. Il avala à la hâte un dîner, attrapa d’une main sa vieille à roue et de l’autre sa lyre et s’en fut presque en courant de l’auberge. En ne trouvant pas le morceau de métal il poussa un glapissement de joie, sans même penser une seule seconde qu’une infinité d’autres choses auraient pu s’en emparer ou même le déplacer. Tandis qu’il sortait ses instruments de leurs étuis il oscillait entre éclats de rires et raclements de gorge pour essayer de se calmer, automatiquement suivis de rires plus frénétiques encore. On aurait dit un enfant qui pour la première fois allait charmer une dame.

Il prit d’abord sa lyre, car si l’instrument était plus simple il lui permettrait de s’échauffer avant d’utiliser la vielle dont il ne maîtrisait pas encore parfaitement toutes les nuances. Ce n’est qu’une fois positionné comme pour ses spectacles qu’il se calma et devint soudainement bien sérieux. Après une profonde inspiration, ses doigts commencèrent à se mouvoir sur les cordes tendues et rapidement une mélodie prit forme. Pour commencer, le ménestrel avait choisi d’interpréter une chanson plutôt calme, dont la mélancolie latente ne faisait que sublimer la beauté du texte… soigneusement choisi car il y trouvait une certaine ressemblance avec le mythe de Kelda. L’histoire tragique d’une Dame dont le Seigneur voit impuissant son cœur s’assombrir.
Enfin sa voix commença à accompagner les notes, étonnamment claire, oscillant gracieusement entre aiguës et graves, les mots se détachant de sa bouche comme pour prendre vie devant lui, l’air se mouvant dans un ballet extatique jusqu’à prendre forme, consistance, et pour le plaisir de son auditoire changer selon leur humeur de forme et de couleur.
Comme chaque fois qu’il contait une histoire, ses mots faisaient appel à une magie qu’il n’avait pas même conscience de posséder.

Emprisonnée comme par les bras froids d'un rêve,
Une prophétie légendaire,
Une ombre est passée dans le coeur de la dame,
Au souvenir de sa liberté passée.

A l'abri des murailles aux mille étendards
Le Seigneur voit s'obscurcir son coeur,
Les arbres ont annoncé
Que sa Dame pleurait.

Dans une nuée, venus du ciel dans des parfums d'encens,
L'armée salvatrice des anges
Ainsi que mille fontaines se jetant dans la mer
Viennent rendre hommage à la Dame en pleurs.
Le Seigneur entend alors s'élever un chant
Une voix qui s'offre et fait don de son cantique
Qui vient de la mer
Et retourne à la mer.

Le Seigneur entend alors s'élever un chant


Une voix qui s'offre comme un cri de liberté
Une douceur perdue
Une joie perdue

Ligoté dans la solitude de son armée
Ses pleurs douloureux s'élèvent dans la nuit.
Prisonnier de ses campagnes solitaires,
Il a éteint sa flamme d'humanité

 
propulsed by VANKA


[Pour te donner une idée, si tu connais Luc Arbogast c’est le genre de voix qu’a Fearghas lorsqu’il chante. Et les paroles sont justement celles de Nausicaa (La Moldau) ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t115-lifa http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t135-carnival-of-rust http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t136-my-tongue-shall-become-iron
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Race : Ashray
Magie : /
Age : 174 ans
Statut : Bannie
Avis sur la Chasse : A assisté à quelques massacres nocturnes depuis l'étang où elle vit, mais ne comprends pas bien les sociétés de la surface et n'a donc pas d'avis sur ces événements qu'elle ne comprends pas

Style de combat : Elle n'a jamais eu à se battre mais pourrait sans problème noyer un habitant de la surface qui l'aurait agressé.
Pseudo : Tunglskin
Posts : 160
Points : 0
Avatar : Illustration originale par Emily Hare
Crédits : /

MessageSujet: Re: The Poet and the Muse. |Kelda Clair-de-Lune  Dim 22 Avr - 22:01
The magic lake which gave a life
to the words the poet used

 

A nouveau, Kelda avait le vague à l'âme. Son combat contre le chat ne l'avait pas laissée indemne: elle était écorchée et percluse de douleur, mais ce n'était pas le pire. Les écailles de sa queue, brillantes comme des gemmes avaient toujours fait sa fierté, mais l'immonde bête en avait irrémédiablement abîmées. Quand Brad reviendrait, et depuis quand n'était il pas venu? Est ce qu'elle lui plairait toujours, ainsi défigurée, avec ces quelques écailles, cabossées et rayées qui brillaient par leur ternissement au milieu des autres?

Il n'y avait rien à faire, ces joyaux étaient morts et ne retrouveraient jamais leur éclat. L'ashray avait cru que toute la joie du monde était partie avec son étranger, mais ce n'était rien en comparaison de l'angoisse de le repousser quand il reviendrait. Si il revenait toutefois: Kelda était à l'abri, mais lui, était il en sûreté? Cette question revenait éternellement dans son esprit et sitôt qu'elle était inoccupée, l'interrogation se remettait à raisonner éternellement dans son esprit. Mais l'étang n'offrait pas une source infinie de distractions: une fois ses collections minutieusement nettoyées et rangées, les hameçons ramassés, ses cheveux brossés et ses repas prit, Kelda se retrouvait oisive.

Elle qui passait l'essentiel de ses nuits à rêver ne pouvait plus se permettre ce luxe, sous peine de tomber dans la mélancolie. Mais finalement, une soirée lui avait apporté de quoi s'occuper l'esprit: quelqu'un avait déposé au bord de son étang un hameçon flambant neuf. Il était presque aussi brillant que ceux que Dunstan avait rénovés. Était ce lui qui lui faisait un clin d’œil? Assise en tailleur sur le fond de l'étang, Kelda examinait l'objet, interloquée. On lui offrait le plus souvent des hameçons qui avaient bien vécu, c'était surprenant d'en trouver aussi neuf.

Et puis soudain, elle entendit rire au dessus d'elle, sur la berge. Quand elle avait trouvé l'objet, elle s'était laissée couler à pic sans s'éloigner de l'endroit de sa trouvaille. Sans bouger du fond, Kelda tendit l'oreille. Ces rires étaient nerveux, comme particulièrement enthousiasmée par quelque chose. Par mimétisme, elle se mit à sourire elle aussi. Était ce un amant, plus chanceux qu'elle, qui attendait sa dulcinée? Et puis, une mélodie se fraya un chemin jusqu'à elle, à travers l'air et l'eau.

Les ashrays étaient un peuple de musiciens, dans son clan natal, ils chantaient beaucoup et à toutes les occasions. Et Kelda adorait la musique. Il était rare que quelqu'un vienne jouer près de son étang, cela faisait si longtemps qu'elle n'en avait pas entendu. Elle ferma les yeux quand le musicien se mit à chanter. La chanson était si belle et si triste, qu'elle sentit son cœur se serrer encore un peu plus mais d'une tristesse si superbe qu'elle était proche de l'extase. Pour mieux entendre, elle remonta jusqu'à la surface, crevant sans même s'en rendre compte la surface.

Kelda était envahie par une chaleur étrange, semblable à l'idée qu'elle se faisait des rayons du soleil. Une sensation douce, réconfortante comme si son étranger l'avait soudain prise dans ses bras. Mais dans le même temps, déchirante, comme si c'était la dernière fois qu'il la serrait contre lui. Elle n'avait même pas regardé le musicien, ses yeux avaient immédiatement été magnétisés par la lune gibbeuse qui se montrait timidement au dessus des arbres. Kelda se mit à fredonner la mélodie entre ses lèvres mi-close, suivant indistinctement la chanson faute de pouvoir entonner les paroles.

Le morceau prit fin, de même que l'extase musicale de l'ashray. Ses yeux quittèrent le ciel et se posèrent sur le musicien. Soudain embarrassée de s'être montrée dans un tel moment de vulnérabilité, Kelda disparu sous la surface avec un petit cri aigu.

 
propulsed by VANKA

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t115-lifa http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t135-carnival-of-rust http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t136-my-tongue-shall-become-iron
Le Chant du Paon
Gif : Too fab for ya
Race : Humain
Magie : Illusionniste
Age : 26 ans
Statut : Ménestrel, se complaît particulièrement dans le conte oral. Le crouth et la lyre sont ses instruments de prédilection, un peu moins la vielle à roue.
Avis sur la Chasse : Elle ne l’enchante pas vraiment. Il est intrigué, presque fasciné par l’existence de toutes les créatures Faëriques qu’il souhaite intégrer à de nouvelles ballades aussi les massacres à leur égard écœurent son âme de poète.

De plus, il lui est déjà arrivé lors de prestations de rues (par exemple) de faire la rencontre de certains membres des rebelles, dont les idéologies le rendent d’autant plus curieux maintenant que la Chasse a commencé. De là à dire qu’il serait prêt à les rejoindre…

Style de combat : La musique adoucit les mœurs, non ? Ou les meurtres...
Pseudo : Sieben
Posts : 31
Points : 20
DC : Eoh Tùrambar
Avatar : Illustrations originales de Loki
Crédits : shotsdearte (avatar) & Sceith-A (icône)

MessageSujet: Re: The Poet and the Muse. |Kelda Clair-de-Lune  Jeu 3 Mai - 17:16
The magic lake which gave a life
to the words the poet used

 
Là ! Dans l’eau ! Il l’avait vue, il aurait pu en jurer ! Il y avait eu du mouvement proche de la surface et puis quelque chose en était sorti, complètement baigné dans les rayons de la lune. Il avait été trop loin et l’obscurité ambiante restait trop importante pour ses simples pupilles humaines, mais c’était magnifique. De cela, il en était sûr. Une pâleur semblable à celle de l’astre nocturne, terrible et froid… pourtant tellement beau. Tellement calme sous celui qu’elle portait dans son nom.

Le ménestrel en avait presque perdu le fil de sa chanson, pour peu il se serait jeté à l’eau et sans hésiter une seule seconde serait partit la rejoindre dans l’étreinte glacée du lac. L’instant avait pourtant été si court, bien trop bref ! Il voulait la revoir, une fois encore, pouvoir la détailler de plus près et au monde entier vanter sa superbe !
A peine la note finale achevée pourtant, elle s’en était retournée dans les sombres profondeurs de l’étang dont il lui était impossible de percer les secrets. Si dans le silence sa timidité était trop pressante, alors il continuerait à faire ce à quoi il excellait : chanter. Tout pour la contempler quelques instants encore.

Sa lyre toujours à la main, il choisit cette fois un registre de son répertoire bien plus entraînant, un chant venu des contrées du nord, celles s’étendant par-delà la mer où peut-être son inconnu de père vivait-il encore. Se rapprochant lentement du rebord de l’eau, comme s’il avait craint qu’à son approche toute l’étendue sauvage ne prenne la fuite, ses doigts se mirent une fois encore à se mouvoir gracilement sur l’instrument.

L’air était cette fois plus proche d’une ballade, quelque peu plus lancinant aussi. Il n’y avait que du calme et de l’apaisement à l’écouter, la retrouvaille de deux camarades d’enfance sous la douce chaleur printanière d’un soleil crépusculaire.


Et dehors dans le vert bosquet, là dansait un couple.
Et dehors dans le vert bosquet, là dansait un couple.
L’un était l’ami, l’autre était moi.
L’un était l’ami, l’autre était moi.

 
propulsed by VANKA


[Musique : Gröne Lunden – Omnia
Damn j'espère que tu as matière à répondre, mes confuses]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t115-lifa http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t135-carnival-of-rust http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t136-my-tongue-shall-become-iron
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Race : Ashray
Magie : /
Age : 174 ans
Statut : Bannie
Avis sur la Chasse : A assisté à quelques massacres nocturnes depuis l'étang où elle vit, mais ne comprends pas bien les sociétés de la surface et n'a donc pas d'avis sur ces événements qu'elle ne comprends pas

Style de combat : Elle n'a jamais eu à se battre mais pourrait sans problème noyer un habitant de la surface qui l'aurait agressé.
Pseudo : Tunglskin
Posts : 160
Points : 0
Avatar : Illustration originale par Emily Hare
Crédits : /

MessageSujet: Re: The Poet and the Muse. |Kelda Clair-de-Lune  Ven 4 Mai - 13:34
The magic lake which gave a life
to the words the poet used

 

Kelda ne s'était pas descendu très profond. Cachée juste sous la surface, tapie contre la berge raide, elle ne voyait pas le musicien mais ne manquerait pas de l'entendre si d'aventure il recommençait à jouer. L'ashray était encore bouleversée par l'intensité de ce qu'elle avait entendu, malgré les sonorités surprenantes de la musique. L'émotion qu'elle véhiculait était si palpable que Kelda en était toujours fébrile.

Finalement, une nouvelle chanson plus douce vint calmer son émoi, comme une suite apaisée à la précédente. Celle-là était moins tragique, l'ashray ne craignait plus de se noyer dans sa propre tristesse, entraînée vers le fond par la musique. Les notes lui parvenaient étouffées, comme très lointaines, renforçant l'invitation à la rêverie portée par la mélodie. Mais si Kelda voulait profiter pleinement de la beauté de l'air, il lui fallait quitter son refuge aquatique. Et cette fois, faire preuve de prudence.

Elle ne savait pas si le musicien l'avait vue quand elle s'était montrée, mais elle devait être discrète malgré tout. Si il ne devait pas être bien dangereux, Brad lui avait bien dit d'être prudente et Kelda lui faisait confiance. Les temps légers étaient terminés, mais cela ne l’empêcherait pas de trouver un moment d'oubli dans ces chansons. Elle avait besoin de ce petit moment hors du temps, elle avait besoin du plaisir sans conséquence d'apprécier de la musique.

L'ashray émergea dans un des bosquets de roseaux qui constituaient sa cachette favorite. A présent, Kelda était à quelques mètres du musicien, mais elle entendait sa chanson beaucoup plus nettement. Il lui tournait pratiquement le dos, lui cachant son visage et l'instrument avec lequel il accompagnait son chant, mais cela ne gâchait en rien la musique. La brise agita les roseaux et fit frissonner la peau mouillée de l'ashray.

La chanson fini par prendre fin, à la grande déception de Kelda. Elle aurait voulu en entendre encore, mais craignait que la représentation prenne fin. Elle se surprit à pousser un petit cri d'encouragement pour pousser le musicien à entonner une nouvelle chanson. Elle se tapit plus étroitement dans les roseaux, pour être certaine d'être invisible, la main plaquée sur sa grande bouche trop bavarde.

 
propulsed by VANKA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t115-lifa http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t135-carnival-of-rust http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t136-my-tongue-shall-become-iron
Le Chant du Paon
Gif : Too fab for ya
Race : Humain
Magie : Illusionniste
Age : 26 ans
Statut : Ménestrel, se complaît particulièrement dans le conte oral. Le crouth et la lyre sont ses instruments de prédilection, un peu moins la vielle à roue.
Avis sur la Chasse : Elle ne l’enchante pas vraiment. Il est intrigué, presque fasciné par l’existence de toutes les créatures Faëriques qu’il souhaite intégrer à de nouvelles ballades aussi les massacres à leur égard écœurent son âme de poète.

De plus, il lui est déjà arrivé lors de prestations de rues (par exemple) de faire la rencontre de certains membres des rebelles, dont les idéologies le rendent d’autant plus curieux maintenant que la Chasse a commencé. De là à dire qu’il serait prêt à les rejoindre…

Style de combat : La musique adoucit les mœurs, non ? Ou les meurtres...
Pseudo : Sieben
Posts : 31
Points : 20
DC : Eoh Tùrambar
Avatar : Illustrations originales de Loki
Crédits : shotsdearte (avatar) & Sceith-A (icône)

MessageSujet: Re: The Poet and the Muse. |Kelda Clair-de-Lune  Mar 8 Mai - 0:08
The magic lake which gave a life
to the words the poet used

 
Tout en entonnant son morceau, Fearghas ne quittait pas l’étendue sombre face à lui des yeux. Il lui était tout bonnement impossible de discerner où se trouvait sa fascination des semaines passées, mais il comptait bien ne pas la manquer si elle osait une fois de plus émerger à la surface. Ses pensées n’étaient focalisées que sur elles, et il profitait du sentiment qu’elle lui inspirait pour les insuffler à son chant.

Malheureusement la dernière phrase prit fin, et aucun mouvement n’était venu trahir l’impeccable netteté de l’étang. Ses épaules s’abaissèrent furtivement de déception. Il n’avait pas rêvé, de cela il en était certain alors cela signifiait-il qu’il l’avait trop effrayée pour avoir la chance de la contempler une fois encore ? Ou pire… peut-être n’aimait-elle pas sa musique en fin de compte ?

Une exclamation venue de son dos chassa en l’instant toutes ses pensées négatives et le fit se retourner dans un bond, un immense sourire étirant les traits de son visage pâle. Non, elle était bel et bien toujours membre de son auditoire ! Le tout était maintenant de ne pas la faire fuir une fois encore et, surtout, ne pas la décevoir. Au moins maintenant, même s’il ne parvenait toujours pas à la discerner dans l’obscurité ambiante, il avait une brève idée de sa position.

Après quelques secondes d’hésitation, il se redirigea finalement vers la lisière de la forêt, déposant sa lyre au pied d’un des arbres et récupérant avec nombres précautions la vielle à roue qu’il avait ramenée pour l’occasion. Le ménestrel prit une profonde inspiration. Autant dire que c’était maintenant que les choses sérieuses commençaient… S’il adorait jouer de cet instrument, cela n’en rendait pas la tâche moins ardue et il ne pouvait décemment pas se vanter en être un maître. Le morceau à venir lui demanderait beaucoup plus de concentration, mais s’il parvenait à le jouer sans fausse note il savait que le jeu en vaudrait la chandelle.

Il reprit donc sa position d’origine ; le dos parfaitement droit, les épaules rejetées en arrière, comme lors de chacune de ses prestations officielles. Les arbres dans son dos, il faisait face à l’étang bien qu’il sut sa spectatrice quelque peu sur sa droite. Son visage, affichant un sérieux qui n’était réservé qu’à ces instants-là, baissé sur son instrument était caché par quelques unes des mèches folles de sa chevelure rousse.
Enfin, il redressa la tête, rabattant au passage les quelques récalcitrantes derrière ses épaules, puis entama enfin son morceau.

C’était désormais bien plus solennel, il ne chanterait pas pour l’accompagner car il se savait encore incapable d’assumer de jouer les deux lignes à la fois. Tandis que les notes coulaient dans l’air, il entama lui-même un très lent ballet, se rapprochant du bord de l’eau puis dérivant de son chemin afin de se diriger vers son unique auditoire.
Calmement, sans la moindre précipitation, chaque pas battant au rythme de la musique. C’était une invitation qu’il lui envoyait de la sorte, une proposition à se montrer à lui et, d’une certaine manière, le rejoindre dans la danse.

 
propulsed by VANKA


[Musique : Medieval Tune - Andrey Vinogradov]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t115-lifa http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t135-carnival-of-rust http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t136-my-tongue-shall-become-iron
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Race : Ashray
Magie : /
Age : 174 ans
Statut : Bannie
Avis sur la Chasse : A assisté à quelques massacres nocturnes depuis l'étang où elle vit, mais ne comprends pas bien les sociétés de la surface et n'a donc pas d'avis sur ces événements qu'elle ne comprends pas

Style de combat : Elle n'a jamais eu à se battre mais pourrait sans problème noyer un habitant de la surface qui l'aurait agressé.
Pseudo : Tunglskin
Posts : 160
Points : 0
Avatar : Illustration originale par Emily Hare
Crédits : /

MessageSujet: Re: The Poet and the Muse. |Kelda Clair-de-Lune  Mar 8 Mai - 12:23
The magic lake which gave a life
to the words the poet used

 

Ce léger bruit paru suffisant pour la faire repérer. Le musicien s'était soudain retourné vers Kelda et regardait à présent dans sa direction avec une impressionnante précision. Il souriait, ne semblant même pas surprit d'entendre un auditoire se manifester dans les buissons. Consternée de s'être trahie aussi bêtement, l'ashray se cacha de plus belle mais trop curieuse, cela finirait par la perdre, elle ne voulu pas replonger. Elle voulait savoir ce qu'allait à présent faire le musicien et surtout ne pas perdre une miette de musique.

Alors depuis sa cachette, Kelda guetta ses faits et gestes intriguée par le musicien mais inquiète de s'être trahie. Elle tentait de contrôler sa respiration et de la rendre silencieuse, mais plus elle essayait, plus il lui semblait qu'elle faisait un bruit de soufflet à chaque inspiration. La main plaquée sur la gorge, elle s'enfonça finalement dans l'eau jusqu'au cou. Le musicien s'était levé pour échanger son instrument contre un autre objet. Le premier lui avait déjà paru insolite, mais le second était réellement loin de tout ce qu'elle pouvait imaginer.

Le musicien fit jaillir des notes du nouvel objet, c'était donc également un instrument de musique, aux sonorités encore une fois tout à fait inédites pour l'oreille de Kelda. Il semblait cette fois plus concentré sur son jeu et ne chantait pas. Très droit, son visage affichait un sérieux qui contrastait avec le sourire immense qu'elle avait vu sur son visage quelques instants plus tôt. L'air était puissant, solennel et le musicien se déplaçait en harmonie avec lui.

L'ashray était si fascinée qu'elle ne remarqua pas immédiatement que c'était vers elle qu'il allait. Mais sa musique était trop belle pour qu'elle puisse imaginer que cet homme lui veuille du mal. Ses yeux furent attirés vers le mouvement répétitif de la manivelle de l'instrument, puis revinrent sur le visage du musicien. Prudemment, Kelda se glissa hors de sa cachette et fendit les eaux sans bruit, suivant la berge pour venir à sa rencontre, puis le dépasser avant de s'arrêter quelques pas derrière lui. Elle s'était remise à fredonner sur l'air, qui du fait vibrait à présent jusque dans sa poitrine.

 
propulsed by VANKA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t115-lifa http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t135-carnival-of-rust http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t136-my-tongue-shall-become-iron
Le Chant du Paon
Gif : Too fab for ya
Race : Humain
Magie : Illusionniste
Age : 26 ans
Statut : Ménestrel, se complaît particulièrement dans le conte oral. Le crouth et la lyre sont ses instruments de prédilection, un peu moins la vielle à roue.
Avis sur la Chasse : Elle ne l’enchante pas vraiment. Il est intrigué, presque fasciné par l’existence de toutes les créatures Faëriques qu’il souhaite intégrer à de nouvelles ballades aussi les massacres à leur égard écœurent son âme de poète.

De plus, il lui est déjà arrivé lors de prestations de rues (par exemple) de faire la rencontre de certains membres des rebelles, dont les idéologies le rendent d’autant plus curieux maintenant que la Chasse a commencé. De là à dire qu’il serait prêt à les rejoindre…

Style de combat : La musique adoucit les mœurs, non ? Ou les meurtres...
Pseudo : Sieben
Posts : 31
Points : 20
DC : Eoh Tùrambar
Avatar : Illustrations originales de Loki
Crédits : shotsdearte (avatar) & Sceith-A (icône)

MessageSujet: Re: The Poet and the Muse. |Kelda Clair-de-Lune  Mar 8 Mai - 19:07
The magic lake which gave a life
to the words the poet used

Il fallut faire preuve de toute la volonté dont était capable Fearghas pour ne pas s’arrêter, là, en plein milieu de son morceau. Il avait fait une fausse note bien sûr, la surprise avait coupé court à son geste, juste assez pour écraser la mauvaise touche, mais il parvint à se ressaisir assez tôt pour ne pas perturber plus encore son jeu.

Tandis qu’elle s’approchait du ménestrel, il lui était tout bonnement impossible de la quitter des yeux. Elle était magnifique, plus encore que tout ce qu’il aurait pu imaginer par le bref aperçu qu’il en avait eu plus tôt. Elancée, souple, se déplaçant tout en douceur et en volupté, sa queue fendant l’air au rythme de la musique.

Parfaite.

Il ne s’en émut pas lorsqu’elle le dépassa, continuant sa paisible avancée jusqu’à la berge, désormais accompagné dans sa mélopée par son étrange auditrice. Lorsqu’il ne lui fut plus permis d’aller plus loin, il s’arrêta quelques instants le temps pour lui de se remettre de ses émotions, puis se retourna à nouveau. Il était question de ne pas être trop brusque, il ne voulait pas l’effrayer. Surtout pas ça.

Elle lui tournait le dos et il eut tout le loisir de l’observer tandis que les dernières notes coulaient hors de la vielle. Elle semblait si calme, baignant dans la douce lumière lunaire. Elle était resplendissante.
La manivelle roula pour la dernière fois. Il n’eut pas le cœur à la relancer de sitôt, ne souhaitait pas que cet instant presque hors du temps prenne fin si vite. Il était fasciné par la vision presque onirique face à lui, tout son être semblant magnétisé par tant de perfection.

Le temps lui paraissait comme suspendu, une bulle s’était formée autour de l’étang dans laquelle seulement à eux il leur était permis de naviguer. Par la solennité de l’instant, un nouvel air s’imposa à son esprit… Pas un qu’il lui était déjà arrivé de jouer face à un auditoire tant il lui était complexe d’y ajouter son chant, mais si pareille prouesse il devait accomplir il avait l’intime conviction que c’était pour elle seulement.


Loin dans la vallée étaient deux compagnons,
Deux jeunes compagnons, deux frères de sang.

Demandez à l’un puis l’autre frère, qui compte le plus de blessures,
L’un était mutilé, l’autre blessé par flèche.

Gerbes de sang séché qui atteignent le cœur,
Oh mon frère, mon cher frère, qui prendra soin de nous ?

Oh mon frère, mon cher frère, qui prendra soin de nous ?
Qui veillera sur nous, nos plaies pansera ?

Répondit l’aigle gris, je veillerai sur vous,
Je veillerai sur vous, de mes deux yeux veillerai.

Oh, aigle, gris aigle, patiente une heure ou sa moitié,
Qu’avertissent notre père et mère les cloches qui tintent.

Qu’avertissent notre père et mère les cloches qui tintent,
Et les cloches qui tintent, et les allées qui pleurent.

propulsed by VANKA


[Musique : Psalm About Two Brothers – Andrey Vinogradov]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t115-lifa http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t135-carnival-of-rust http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t136-my-tongue-shall-become-iron
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Race : Ashray
Magie : /
Age : 174 ans
Statut : Bannie
Avis sur la Chasse : A assisté à quelques massacres nocturnes depuis l'étang où elle vit, mais ne comprends pas bien les sociétés de la surface et n'a donc pas d'avis sur ces événements qu'elle ne comprends pas

Style de combat : Elle n'a jamais eu à se battre mais pourrait sans problème noyer un habitant de la surface qui l'aurait agressé.
Pseudo : Tunglskin
Posts : 160
Points : 0
Avatar : Illustration originale par Emily Hare
Crédits : /

MessageSujet: Re: The Poet and the Muse. |Kelda Clair-de-Lune  Mer 9 Mai - 0:26
The magic lake which gave a life
to the words the poet used

 

Kelda continuait à chantonner à voix basse sur l'air complexe porté par l'instrument. Ecouter ces notes était comme avoir la nostalgie d'une époque jamais connue, porter le deuil d'une personne jamais rencontrée, d'un lieu jamais visité. Ses pensées s'envolaient une nouvelle fois à Brad, qui était repartit au loin. Cette mutilation terrifiante avec laquelle il lui était apparu pour la dernière fois lui avait prouvé qu'il n'était pas à l'abri des folies du monde. Pensait-il à elle autant qu'elle pensait à lui?

Si la musique humaine était toujours si déchirante, elle pensait que oui. Cela le ferait peut être revenir plus vite? Bien que profondément perdue dans ses pensées, Kelda sentait le regard du musicien planté dans sa nuque. Il semblait doux et curieux, elle avait besoin de partager sa douleur, de chasser un moment sa solitude. Alors que le morceau prenait fin, elle osa finalement se retourner pour le regarder à nouveau. Timidement, elle ramena une mèche de ses cheveux, rebelles quand ils n'étaient pas détrempés, derrière son oreille, épiant l'inconnu par en dessous.

Le silence fit office de troisième convive quelques instants, puis le musicien paru prit d'une nouvelle inspiration. Il saisit à nouveau la manivelle de son instrument et entonna une nouvelle chanson plus touchante, plus envoûtante que jamais. Plus aimantée encore qu'elle ne l'avait été par les morceaux précédents, l'ashray s'approcha lentement. Elle disparu une seconde sous l'eau, pour réapparaître bien plus près, presque aux pieds du musicien.

Kelda croisa les bras sur la berge et posa sa tête par dessus, visage tourné vers l'artiste, le contemplant sans le voir. Elle n'avait jamais cessé de l'accompagner en fredonnant d'autant plus dans cette posture confortable, propice à la rêverie. Elle trempait dans l'étang jusqu'au dessous des seins et sa queue en s'agitant de gauche à droite au rythme de la chanson faisait ondoyer l'eau. Il était insensé qu'une mélancolie aussi puissante puisse être aussi douce. Elle aurait pu passer la nuit accoudée à ce rivage pour profiter de cet agréable chagrin.

 
propulsed by VANKA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t115-lifa http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t135-carnival-of-rust http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t136-my-tongue-shall-become-iron
Le Chant du Paon
Gif : Too fab for ya
Race : Humain
Magie : Illusionniste
Age : 26 ans
Statut : Ménestrel, se complaît particulièrement dans le conte oral. Le crouth et la lyre sont ses instruments de prédilection, un peu moins la vielle à roue.
Avis sur la Chasse : Elle ne l’enchante pas vraiment. Il est intrigué, presque fasciné par l’existence de toutes les créatures Faëriques qu’il souhaite intégrer à de nouvelles ballades aussi les massacres à leur égard écœurent son âme de poète.

De plus, il lui est déjà arrivé lors de prestations de rues (par exemple) de faire la rencontre de certains membres des rebelles, dont les idéologies le rendent d’autant plus curieux maintenant que la Chasse a commencé. De là à dire qu’il serait prêt à les rejoindre…

Style de combat : La musique adoucit les mœurs, non ? Ou les meurtres...
Pseudo : Sieben
Posts : 31
Points : 20
DC : Eoh Tùrambar
Avatar : Illustrations originales de Loki
Crédits : shotsdearte (avatar) & Sceith-A (icône)

MessageSujet: Re: The Poet and the Muse. |Kelda Clair-de-Lune  Jeu 10 Mai - 17:42
The magic lake which gave a life
to the words the poet used

Fearghas était hypnotisé par sa spectatrice –désormais sa compagne musicale. A l’observer seulement il se sentait capable des plus grandes prouesses musicales, savait d’ores et déjà qu’il composerait maints et maints sonnets qui jamais ne parviendraient à capturer la superbe de son essence.

Son aspect pourtant ne lui était pas totalement inconnu. Non pas qu’il ait déjà eu le privilège de la rencontrer par le passé, cela lui faisait plus l’effet d’un songe revisité duquel jaillirait Clair-de-Lune, représentation ultime de tout ce que son imaginaire n’avait été en mesure de restituer.
Elle restait cependant baignée dans les brumes, trouble, fugace, trop inconsistante encore pour qu’il parvienne à en retrouver les origines. Si proche et tellement lointaine à la fois…

Il avait arrêté de se déplacer désormais, restait prostré à quelques centimètres à peine de là où sa muse reposait. Quelque chose dans ce tableau nocturne le perturbait sans qu’il soit en mesure de dire quoi, un élément sur lequel il n’arrivait pas à mettre le doigt mais étant, il le sentait, la clef de tout. C’était la lumière qu’il lui manquait à travers les ténèbres de ses souvenirs.

Qui pouvait bien être Kelda Clair-de-Lune, cette jeune noyée condamnée à une éternité de silence ? Quels secrets se dissimulaient derrière le mythe ?

Oh ça il le découvrirait bien assez tôt, il s’en faisait la promesse. Tout pour la belle.

Dans l’immédiat pourtant il lui fallait continuer de la charmer, jouer pour elle jusqu’à ce que le Lune ne cède sa place à la malheureuse Soleil et puis revenir la voir, autant qu’il lui siérait. Revenir la voir oui, il ne pouvait plus concevoir jouer pour d’autres oreilles que les siennes. Dusse-t-il s’écorcher les doigts du frottement des cordes ou épuiser sa voix, il ne tarirait jamais d’inspiration lorsqu’il en viendrait à elle.

Lorsque le morceau prit fin, il décida finalement de s’asseoir en tailleur (tirant au passage sur son kilt pour qu’il lui recouvre les jambes) afin d’avoir une meilleure prise sur son instrument. La musique à venir s’avérait plus complexe encore, aussi il ne serait pas en mesure de l’accompagner au chant mais plus il jouait plus il était confiant en l’habileté de ses doigts et persuadé que des passages uniquement instrumentaux permettaient au contraire de varier les plaisirs.

Il choisit donc cette fois un air plus entraînant, un sur lequel il espérait bientôt voir des foules de villageois danser et recouvrir d’éclats de joie les sons qu’il tirait de la vielle à un rythme tantôt lancinant tantôt exalté. De la langueur qu’émettait cet instrument, parfaite rencontre entre le violon et la cornemuse, il avait su sublimer les accents d’espoir qu’il était possible d’en tirer. C’était la promesse des jours meilleurs à venir, un feu au milieu des ténèbres qui appelle à lui le voyageur égaré.

Cette fois son visage n’arborait plus le sérieux de ses prestations mais un sourire de pur bonheur, des mèches rousses se dégageant de l’emprise de ses oreilles tandis qu’il penchait légèrement la tête dans sa concentration.

propulsed by VANKA


[Musique : Uzh Kak Po Mostu, Mostochiku – Andrey Vinogradov]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t115-lifa http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t135-carnival-of-rust http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t136-my-tongue-shall-become-iron
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Race : Ashray
Magie : /
Age : 174 ans
Statut : Bannie
Avis sur la Chasse : A assisté à quelques massacres nocturnes depuis l'étang où elle vit, mais ne comprends pas bien les sociétés de la surface et n'a donc pas d'avis sur ces événements qu'elle ne comprends pas

Style de combat : Elle n'a jamais eu à se battre mais pourrait sans problème noyer un habitant de la surface qui l'aurait agressé.
Pseudo : Tunglskin
Posts : 160
Points : 0
Avatar : Illustration originale par Emily Hare
Crédits : /

MessageSujet: Re: The Poet and the Muse. |Kelda Clair-de-Lune  Sam 12 Mai - 14:16
The magic lake which gave a life
to the words the poet used

 

La voix de Kelda se brisa finalement dans sa gorge: elle n'était plus entraînée et les airs du musicien étaient bien différents de ceux qu'elle entonnait pour elle même. Elle fini donc par rester silencieuse, plutôt que de gâcher par des fausses notes ces airs qui semblaient demander tellement de concentration à son visiteur. Son attention se reporta sur l'instrument qu'il utilisait pour faire naître ses mélodies. Ceux des ashrays étaient souvent simples, percussions ou flûtes. Kelda n'avait donc jamais vu un objet d'une telle complexité simplement destiné à faire de la musique.

Elle était fascinée par le jeu complexe des doigts du musicien sur son instrument, à tel point qu'elle prenait parfois l'aval sur la mélancolie que faisait naître la musique. Kelda n'était pas certaine qu'il ait eu conscience de sa présence au départ, mais à présent il semblait évident qu'il jouait pour elle. Il s'était approché d'elle jusqu'à un point qu'elle ne tolérait pas de la part de la plupart des gens et elle l'avait regardé faire sans vraiment le voir, toujours partagée entre sa curiosité pour l'instrument et la beauté de l'air.

Finalement, quand les dernières notes moururent, dissoutes dans le silence, le musicien s'assit près de l'ashray. Elle appuya son menton dans ses mains, l'esprit éclaircit par le silence et leva timidement le regard pour le regarder dans les yeux. Elle était curieuse d'entendre sa prochaine chanson et cette fois de le voir jouer de très près, à sa hauteur. Les premières notes prirent enfin leur envol depuis l'étrange instrument et Kelda sourit: la joie du musicien était contagieuse. Pour la première fois, l'air lui rappelait une chanson de son peuple.

Certes les sonorités de l'instrument étaient très différentes de celles que produisaient les chants des ashrays mais elle lisait la joie entre les accents déchirants, l'espoir dans les accords mélancoliques. Le sourire de Kelda prit un visage plus rêveur. Pour la première fois depuis des dizaines d'années elle se remémorait le loch qui l'avait vue naître avec précision, le visage de sa mère et la splendeur des paysages aquatiques sous la lumière argentée du Lune. Et si elle y retournait? Après un siècle et demi, les siens lui auraient peut être pardonnés. Quand l'air prit fin, Kelda exalta un profond soupir: évidemment c'était impossible, sa place était désormais ici.

 
propulsed by VANKA

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Contenu sponsorisé ❞

MessageSujet: Re: The Poet and the Muse. |Kelda Clair-de-Lune  
Revenir en haut Aller en bas
 
The Poet and the Muse. |Kelda Clair-de-Lune
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Edition Clair de Lune
» Un rendez-vous au clair de Lune [PV Melody]
» Pratiquant la magie au clair de lune...
» [UploadHero] La Septième compagnie au clair de lune [DVDRiP]
» Un pique-nique au clair de lune [Livre 1 - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Corvus Corax RPG :: DUCHE D'EAGLESHAM :: Bruyval :: Etang-
Sauter vers: