Partagez | 
 

 [/!\] À un fil |Eoh Tùrambar [FINI]

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t60-be-who-i-want-you-to-be-terminee http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t61-love-me-or-love-me http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t62-lets-play-i-m-gonna-win
Brad Murdoch
Gif :
Race : Humain
Age : 48 ans
Statut : Comte
Avis sur la Chasse : Un excellent moyen pour lui de détruire. Quoi, il fallait préciser son camp ?

Style de combat : L'utilisation des mots. Parfois ça peut être plus efficace qu'un poignard acéré. Mais il a aussi un poignard acéré dans sa manche et quelques fioles de poison, on ne sait jamais.
Pseudo : Megumi
Posts : 530
Points : 169
DC : Dunstan - Alak - Lobhach
Avatar : Aidan Gillen
Crédits : Solosand

MessageSujet: [/!] À un fil |Eoh Tùrambar [FINI]  Lun 2 Avr - 17:05
À un fil.
Parfois il faut savoir ravaler sa fierté, ou la faire avaler aux autres.

 
  Personne n'était mort cette fois. Sauf lui.

  Il fallait bien que cette connasse le rattrape un jour, mais il ne l'avait pas imaginé dans ces circonstances là. Après le nombre de fois où il avait emporté une escorte qui s'était fait décimer sans qu'on ne le prenne pour cible, il fallait que, cette fois il où il se déplace seul, il se fasse avoir. En toute honnêteté il n'avait pas spécialement compris ce qui lui était arrivé. Enfin si, il s'était fait tirer dessus, c'était évident puisqu'il avait une flèche plantée à l’avant de son épaule gauche. Elle n'était pas très longue...Brad hésitait, ça ressemblait bien plus à un carreau qu'à une flèche. Alors qu'est-ce que c'était ? Les arbalètes, c'était les humains qui les magnaient. Ni les elfes, ni les Drows. Donc c'est un humain qui l'avait attaqué. Mais...

  Rien. Pas de tentative de vol, pas de présence, même pas on avait eu la courtoisie de l'achever. Non. Rien qu'un bruissement, un sifflement, une déchirure et un voile blanc posé sur les yeux. Le choc l'avait propulsé en arrière et il s'était retrouvé là, allongé au pied d'un arbre dans la forêt, à quelque mètres du chemin. Un mince sourire étira ses lèvres. Pas assez rapide, pas assez...Il poussa un petit soupir. Au moins il voyait l'aube pointer le bout de son nez. C'est dommage, pourtant, à quelques minutes près il ne passait pas par là...Il avait fait un détour. Et pourquoi était il toujours allongé là sans que le tireur n'ait encore pointé le bout de son nez ? Non. Dans sa chute il avait entendu des bruits de pas précipités et des bruissements. On avait pris la fuite après lui avoir tiré dessus ? Etait-il la cible ? Et puis ses pensés se firent de moins en moins précises tandis que le sang coulait. Noir. Mais la douleur était là. Elle le rappelait à l'ordre, elle affolait son cerveau. Un regain d'énergie le frappa tandis qu'il percevait les rayons de soleil monter dans les arbres. Avec un grognement et un effort considérable, il se redressa en position assise. Ses méninges tournaient à plein régime. Un abris, un endroit, il devait retirer le carreau, ou plutôt non, il ne devait pas le faire, il ne savait pas. Mais ça faisait mal, ça faisait trop mal. Alors il serra sa main droite, tremblante et maculée de sang, autour du bois et tira d'un coup sec. Il hurla. Mais c'était un mal pour un bien. Enfin, niveau douleur du moins. Presque fasciné il observa son sang couler à flot. C'était une mauvaise idée, il s'en souvenait maintenant. Mais il était tenace. La faucheuse n'aurait pas besoin de quitter ses chaussons ni de laisser son tricot de coté.

  Quelque chose lui revint brusquement en mémoire. Une petite cabane, dans les bois. La tanière d'un ours sauvage. Il était nul en orientation, mais ça, il n'avait pas oublié. Même sous la douleur il n'avait pas oublié. Un petit rire totalement venu de nul part lui échappa. Ça faisait presqu'un mois qu'il n'y avait pas repensé. Presque quatre semaines qu'il s'était fait jeter dehors, il avait dû dire quelque chose qu'il ne fallait pas...Enfin, quoi qu'il avait du simplement dire. Quoi qu'il en soit, il s'était juré d'y retourner. On pouvait dire que Lady Luck avait posé sa carte. Dans un effort qui lui parut surhumain, Brad s'appuya à l'arbre pour se relever dans un grognement de courage et d'effort puis une plainte de douleur. Légèrement amusé -c'était sûrement la souffrance qui le faisait délirer- il s'imaginait quel pourrait être la réaction de l'autre homme dont il ne connaissait toujours pas le nom. Il n'y avait aucun scénario possible où il ne voyait réagir positivement. Avec un nouveau rire, il se dit qu'au moins s'il l'achevait il aurait moins mal. Se traîner jusqu'au sentier, pourtant à quelques mètres à peine de là, lui parut presque insurmontable et une fois dessus, il dodelina légèrement en regardant dans toutes les direction. Laquelle déjà ?

  Heureusement, l'aube l'aida à trouver l'est, il n'avait plus qu'à faire un petit tour et...Normalement c'était par-là. C'était drôle qu'il se souvienne avec autant de précision d'une direction à suivre à partir d'un point précis qu'il avait apprise totalement par hasard un mois plus tôt alors qu'il avait un sens de l'orientation déplorable et qu'il était infoutu de se souvenir de ce qu'il faisait là tant la douleur était insupportable.

  Un pas après l'autre, ne pas tomber, ne pas se tromper. Un pas après l'autre. C'était loin ou non ? Il ne savait pas quelle distance il avait parcouru ni depuis combien de temps il se traînait comme ça, si ça se trouve il avait parcouru cinq mètres en deux heures, difficile à dire.

  Lorsque la maisonnette/cabane/antre se dessina dans son champ de vision, Brad haussa un sourcil. Il l'avait trouvée ? Il ne se souvenait même pas d'avoir marché dans la même direction tout le long, il avait même eu l'impression de voir le soleil qui tournait autour de lui. Peut être était-ce à cause des lumières qui dansaient devant ses yeux. Mais non, il y était arrivé. Enfin, il avait trouvé une maison, si ça se trouve ce n'était pas la bonne. Peu importe. Il n'irait pas plus loin. Ou il trouvait refuge et aide ici, ou c'était la dernière aube qu'il voyait.

  Avec un dernier effort, il frappa plutôt faiblement à la porte avant de s'appuyer contre le montant, du coté droit évidement. C'était drôle, le destin, quand même.   

 
propulsed by VANKA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t60-be-who-i-want-you-to-be-terminee http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t61-love-me-or-love-me http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t62-lets-play-i-m-gonna-win
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t30-un-demi-elfe-n-est-plus-un-elfe http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t51-all-those-friendly-faces http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t52-keep-the-streets-empty-for-me
Gif : Admin pas content being like...
Race : Demi-aik
Age : 132 ans
Statut : Chasseur / Ermite
Avis sur la Chasse : Il hait aussi bien les hommes que la Faërie, mais ce n'est pas pour autant qu'il cautionne ces massacres.
De fait, il ne prendra les armes contre aucun de ces peuples et se sent bien mieux à l'écart de leurs querelles.

Style de combat : N'est pas un combattant, autant qu'il le peut se contente d'utiliser ses armes pour la chasse. Arc / Dague
Pseudo : Sieben
Posts : 453
Points : 151
DC : Fearghas McCóigreach / Daerrion'lyr Tsadeer
Avatar : Alexandre Astier
Crédits : Nekorse (dessin)

MessageSujet: Re: [/!\] À un fil |Eoh Tùrambar [FINI]  Lun 2 Avr - 18:49
À un fil.
Parfois il faut savoir ravaler sa fierté, ou la faire avaler aux autres.

/!\ Description graphique de "l'opération" de Brad. /!\
 
Un faible bruit perturba le sommeil déjà léger d’Eoh. L’esprit encore embrumé par les limbes du sommeil, il lui fallut quelques instants pour comprendre de quoi il pouvait bien s’agir. Une série de coups. Chez lui. Frappée à sa porte.  Un rapide coup d’œil à la fenêtre lui confirma l’heure indécemment matinale qu’il était même pour ses habitudes dictées par sa vie de solitude. Avec maints grognements il s’extirpa de sous ses peaux et, après avoir eu le simple mouvement machinal de vérifier la position de ses cheveux sur ses oreilles, se dirigea vers la porte. Après réflexion, il attrapa un couteau qui traînait sur une des tables au passage. Très peu de personnes connaissaient l’emplacement de sa cabane, et encore moins prenaient la peine d’y toquer avant d’entrer ou de venir si tôt –c’était par exemple le cas d’Yggdral, qui semblait ne pas connaître le principe d’une porte fermée. En même temps, personne à part elle ne venait tout court. Et on ne peut pas vraiment dire qu’un malfrat se serait donné la peine d’annoncer sa venue.
Bon. Qu’un seul moyen de le savoir.

Il ouvrit la porte et un poids mort s’affalât sur lui dans le même mouvement. Il en fallut de peu que ses réflexes parviennent à le rattraper, faisant tomber le couteau de surprise.

« Qu’est-ce que- ?! »

Tout à coup parfaitement éveillé, il ne lui fallut pas plus de temps pour remarquer la large plaie béate de laquelle coulait suffisamment de liquide carmin pour reteindre entièrement sa tunique en lin. Un humain à moitié mort, donc. Tant pis pour les questions, il se demanderait comment il était arrivé ici plus tard, pour l’heure il était question de le sauver.

« Restez conscient ! »

Le soutenant fermement de son bras droit enroulé autour de sa taille, il l’amena péniblement jusqu’à la plus longue de ses tables de travail qu’il dégagea d’un vif mouvement de son bras disponible, sur laquelle il installa le blessé.

« Qu’est-ce qui vous est arrivé ? Vous vous êtes fait attaquer ? »

Tenta-t-il sans trop d’espoir d’obtenir une réponse lucide, si seulement l’autre était encore suffisamment conscient pour l’entendre car il ne prononçait d’autres sons que des gémissements et autres plaintes de douleur. Une rapide inspection de la plaie le fit grimacer, c’était moche et clairement au-delà de ses quelques connaissances médicales.
Tout d’abord, il alla raviver le tison au-dessus duquel il installa une casserole en fonte après l’avoir préalablement remplie d’un peu de l’eau qu’il conservait. Le temps que l’eau ne porte à ébullition, il alla examiner plus en profondeur son patient. Située juste au-dessus de la clavicule, la chair avait été arrachée et un trou moins large que deux doigts était visible, vide bien que la plaie soit trop peu nette pour être le fait d’une lame.

« On vous a poignardé ? »

Encore une fois, seuls des râles pour réponse, bien qu’il lui parle surtout pour avoir une idée de son stade de conscience. Autant dire, pas grand chose. Mais l’imprécision de la plaie lui posait un véritable problème car il craignait que… merde. Un éclat métallique scintilla presque comme la lumière d’un phare pour sa vision elfique. S’il s’était pris une flèche et qu’il avait essayé de l’enlever, pas étonnant qu’il soit encore plus mal en point que s’il avait préféré la garder. Et pour lui, beaucoup plus compliqué.
Accompagné d’une ô combien gracieuse succession de jurons, il fouilla dans tout son atelier pour trouver les ustensiles dont il aurait besoin, entre pinces et objets tranchants pour lui permettre d’élargir le trou et récupérer la pointe de flèche. Il balança le tout dans l’eau en train de chauffer puis s’enquit des dernières médecines elfiques qu’il avait récupéré pour ses propes contusions suite à son escarmouche avec les elfes noirs. Au final, l’humain avait joué de chance sur ce point-là. Enfin, il attrapa une bouteille de vinaigre et un bol. Surveillant d’un œil anxieux l’humain qui semblait de plus en plus délirer, il attrapa finalement une des barres de fer qu’il avait troqué avec les nains et la mit au-dessus du foyer… Rien de tout ceci n’allait être agréable, pour l’un comme pour l’autre.

L’eau se mit enfin à bouillir et Eoh en versa une partie dans le bol qu’il avait récupéré afin de la laisser refroidir, puis aligna ses outils sur un linge propre posé à côté de l’humain. Une sueur froide remonta lentement tout le long de sa colonne vertébrale, il prit une profonde inspiration. L’état de l’humain était critique, mais il lui fallait calmer son propre stress avant de pouvoir commencer à faire quoi que ce soit. Il souffla. Ferma les yeux. Prit une autre inspiration. Bloque. Relâche. Ses mains tremblaient moins, déjà. Presque religieusement il attrapa la paire de pinces la plus fine et une sorte de petit couteau de l’autre.

« Ca va faire mal… »

Plaida-t-il presque comme une excuse pour ce qu’il s’apprêtait à faire, juste avant de plonger les pinces dans la plaie et de commencer à y "creuser" pour atteindre le morceau de métal, jouant des pinces pour élargir les chairs et de la lame pour en libérer l’accès. Les suppliques de douleur s’étaient maintenant transformées en cris d’agonie que l’ouïe elfique était incapable d’ignorer et le forçait à redoubler de prudence dans ses mouvements dont il craignait qu’un tremblement ou un soudain soubresaut viendrait empirer l’état de l’humain. Respirer. Souffle tremblant. Continuer, calmement, tranquillement, s’isoler, se concentrer sur sa respiration, l’empêcher de s’emballer, s’isoler de toute nuisance sonore externe. Calme…
Pourvu que l’humain résiste à la douleur. C’était peut-être la chose sur laquelle il avait le moins d’influence mais il ne pouvait définitivement pas aller trop vite non plus.
Bien évidemment les saignements avaient repris, et il fut obligé de retirer la main tenant les pinces un instant afin d’appliquer tout autour du linge propre et tenter quoique vainement d’endiguer le saignement. Plus d’autre choix que se dépêcher.

« J’ai trouvé la pointe, je vais devoir… élargir la plaie pour la faire sortir. Ce qui… ce qui risque d’être pire. »

Une énième inspiration et il fallait repartir. Il n’attendait même plus de réponses de l’humain dont il doutait même qu’il soit encore conscient.

 
propulsed by VANKA



Présence réduite pour une durée indéterminée.

Out into the darkness peering, long I stood there wondering, fearing,
Doubting, dreaming dreams no mortal ever dared to dream before
©️ FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t30-un-demi-elfe-n-est-plus-un-elfe http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t51-all-those-friendly-faces http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t52-keep-the-streets-empty-for-me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t60-be-who-i-want-you-to-be-terminee http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t61-love-me-or-love-me http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t62-lets-play-i-m-gonna-win
Brad Murdoch
Gif :
Race : Humain
Age : 48 ans
Statut : Comte
Avis sur la Chasse : Un excellent moyen pour lui de détruire. Quoi, il fallait préciser son camp ?

Style de combat : L'utilisation des mots. Parfois ça peut être plus efficace qu'un poignard acéré. Mais il a aussi un poignard acéré dans sa manche et quelques fioles de poison, on ne sait jamais.
Pseudo : Megumi
Posts : 530
Points : 169
DC : Dunstan - Alak - Lobhach
Avatar : Aidan Gillen
Crédits : Solosand

MessageSujet: Re: [/!\] À un fil |Eoh Tùrambar [FINI]  Mar 3 Avr - 17:28
À un fil.
Parfois il faut savoir ravaler sa fierté, ou la faire avaler aux autres.

 
C'était confus. Peut être était-il plus appuyé contre la porte qu'il le croyait, car lorsqu'elle s'ouvrit enfin, il s'effondra. Dans son délire, il se demanda même un instant pourquoi elle s'était ouverte, celle là. Puis il se souvint.

Il se représentait la douleur comme quelque chose qui prenait toute la place dans son corps et continuait à grossir pour qu'il ne voit qu'elle. Incapable de tenir debout, il se laissa manipuler sans la moindre résistance, ne devenant qu'un pantin, quelque chose de lourd et désarticulé, ça ne devait pas aider son sauveur. Son sauveur. Le mot résonnait dans sa tête. Encore ? Il fonça les sourcils lorsque quelque chose le ramena à lui. On lui avait parlé, mais dans une langue qu'il ne connaissait pas, il ne saisissait rien de ce qu'on essayait de lui dire. Cet état de conscience ne lui plaisait pas, ça faisait trop mal. Alors il essaya de dire quelque chose, n'importe quoi pourvu que l'on arrête de lui parler.

Mais ça ne devait pas être trop compréhensible, puisqu'un temps plus tard une nouvelle altercation raisonna à ses oreilles au moment où il basculait en arrière. Il eut l'impression de tomber dans un gouffre sans fond, mais non, une surface dure avait été là pour le rattraper. Le sol, peut être. Ou plus haut. Ce n'était pas vraiment froid. Mais c'était dur. Il crut pendant un moment distinguer un visage au dessus de lui. Paniqué, le visage. Normal. Brad se souvint soudain de ce qu'il avait. Mal. Il avait mal. Avec un grognement de douleur, il ferma les yeux. C'était un rêve sûrement, s'il tentait de s'endormir un peu mieux ça passerait...Il ouvrit de nouveau les yeux lorsqu'il entendit parler. Cette fois-ci il avait vaguement le sens, non on ne l'avait pas poignarder. Si on lui laissait cinq minutes il n'aurait qu'à expliquer ce qui lui était arrivé et ça ira bien. Mais tout tournait autour de lui, impossible de se concentrer mieux que ça. Il devait répondre. Non. Rien que ça ça suffirait. Pendant un moment il crut qu'il allait y parvenir, mais un sifflement de douleur sortir de sa bouche à la place du mot. Conscient qu'il n'arriverait à rien de plus, il ne chercha pas à faire plus d'effort et replongea dans la léthargie. Maintenant il voyait flou, alors inutile de continuer à regarder. Il se laissa glisser...

Mal. Ce qu'il ressentit soudainement était au delà de la compréhension humaine. Il avait l'impression qu'on l'avait soudainement plongé dans une baignoire remplie d'huile bouillante dont le fond serait recouvert d'aiguilles. Tandis qu'un hurlement déchirant s'échappait de sa bouche, son cerveau se déconnecta pour éviter d'avoir à gérer tout ça. Il se retrouva alors dans un état de semi conscience pendant lequel il songea qu'il n'avait jamais rien ressenti de pareil...Ou peut être que si en fait...Ça lui disait étrangement quelque chose maintenant qu'il y pensait...Le voile brumeux qui était tombé sur ses yeux s'obscurcit encore et il exhala profondément comme pour vider complètement ses poumons. Il tourna alors très légèrement la tête et adressa un regard dans la direction où il pensait voir une silhouette, un regard qu'il n'imaginait pas vraiment expressif, mais qui n'avait qu'une signification : sauvez-moi. Et là dessus, ses yeux roulèrent dans leurs orbites et sa tête retomba. C'était bien plus que ce qu'on cerveau pouvait endurer. Il avait plongé dans l’inconscience.

 
propulsed by VANKA



Don't mind me, let me fool you so soon you'll be mine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t60-be-who-i-want-you-to-be-terminee http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t61-love-me-or-love-me http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t62-lets-play-i-m-gonna-win
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t30-un-demi-elfe-n-est-plus-un-elfe http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t51-all-those-friendly-faces http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t52-keep-the-streets-empty-for-me
Gif : Admin pas content being like...
Race : Demi-aik
Age : 132 ans
Statut : Chasseur / Ermite
Avis sur la Chasse : Il hait aussi bien les hommes que la Faërie, mais ce n'est pas pour autant qu'il cautionne ces massacres.
De fait, il ne prendra les armes contre aucun de ces peuples et se sent bien mieux à l'écart de leurs querelles.

Style de combat : N'est pas un combattant, autant qu'il le peut se contente d'utiliser ses armes pour la chasse. Arc / Dague
Pseudo : Sieben
Posts : 453
Points : 151
DC : Fearghas McCóigreach / Daerrion'lyr Tsadeer
Avatar : Alexandre Astier
Crédits : Nekorse (dessin)

MessageSujet: Re: [/!\] À un fil |Eoh Tùrambar [FINI]  Jeu 5 Avr - 18:29
À un fil.
Parfois il faut savoir ravaler sa fierté, ou la faire avaler aux autres.

/!\ Description graphique de "l'opération" de Brad. /!\
 
Lorsqu’Eoh recommença à manier de la pince et du couteau, sa cahutte resta étonnamment silencieuse. Se risquant à quitter son ouvrage des yeux un instant, il put constater que l’homme s’était bel et bien évanoui, ce qui le laissa très mitigé. D’un côté ses respirations gémissantes étaient un bon indicateur qu’il était encore vivant, de l’autre il pouvait se produire quoi que ce soit il serait, de fait, encore moins en mesure de le prévenir. Ne lui restait qu’à redoubler d’espoir que tout se passe bien, au moins ne se rendrait-il plus compte de ses souffrances. En même temps, s’il en était arrivé à l’inconscience c’était que… Non. Mieux valait ne pas y songer.
Dan s l’obscurité de la caverne aux parois de chair, Eoh bénit sa vision acérée d’elfe qui lui permettait sans trop de contraintes de discerner la tête de flèche de son hôte. Il avait suffisamment dégagé le chemin pour parvenir à l’atteindre de ses pines et… merde, quiconque lui avait tiré dessus ne l’avait vraiment pas en bonnes grâces ! Plutôt qu’un simple cône qu’il lui aurait été plus aisé de dégager, il avait eu droit au modèle de chasse, plus large, et dont les ailettes recourbées sur les côtés étaient prévues pour s’accrocher à la chair au cas où on tenterait de l’extraire en se contentant de tirer dessus.

Pas étonnant que l’humain soit arrivé en si mauvais état, par instinct de survie à essayer de retirer le corps étranger il s’était aggravé son cas. En effet, si jusque-là le semi-elfe avait eu une telle difficulté à la déloger ç’avait bien été la faute des ailettes qui avaient un peu trop bien rempli leur rôle. Peut-être n’était-ce pas plus mal qu’il se soit évanoui en fait. Pas le choix, il fallait déloger le métal, à cette fin il commença à repousser de sa pince et trancher précautionneusement de l’autre. Le sang rafluait de la plaie et coulait le long de ses bras nus, délaissant son coude seulement pour aller s’écraser sur le sol en bois. Il ne s’en rendait pas compte. Proche, trop proche du but, bientôt il allait… Oui ! Avec une exclamation il porta enfin à hauteur de ses yeux le demi-losange écarlate. Mais quelque chose clochait.

Un faible gémissement le sortit de sa contemplation –son patient improvisé n’était pas encore tout à fait sauf. Le bol d’eau qu’il avait réservé plus tôt était encore tiède mais tant pis, ça ferait l’affaire. Afin d’éviter que l’acidité du vinaigre n’achève de trop blesser l’humain, il en versa une bonne rasade avant de renverser doucement la mixture sur la plaie, ce qui devrait suffire à désinfecter. Il allait se rincer les mains afin de retirer le surplus de sang pour appliquer onguents et bandes, lorsque ses yeux se posèrent sur le fer qui continuait de chauffer dans le foyer… c’était l’étape qu’il avait oublié. Probablement même celle qui l’enchantait le moins, peut-être y avait-il moyen de faire l’impasse dessus ?
Une brève œillade sur le corps se lamentant à ses côtés lui retira bien vite un espoir déjà mince. Quoique toujours inconscient, il ne cessait de se lamenter et les saignements ne semblaient pas prêts de se calmer de si tôt. Pas le choix…
Sans grande conviction, Eoh enroula sa main dans maints torchons puis empoigna l’extrémité de la barre. Pas le choix… D’un pas mécanique il alla se placer aux côtés de son patient une fois encore mais marqua un nouveau temps d’arrêt avant d’esquisser le moindre mouvement. Il ne pouvait pas se permettre de perdre trop de temps car le métal ne devait pas avoir l’opportunité de refroidir. Ca n’en rendait pas les choses beaucoup plus aisées.

« Je suis désolé… »

Souffla-t-il à mi-voix avant de poser le presque-instrument de torture sur l’humain. En un instant, tous ses sens furent attaqués ; son corps se cabra dans un arc à l’orée de l’inhumain, l’odeur de peau brûlée attaqua son odeur pourtant habitué aux odeurs de mort… mais pire encore fut le hurlement qu’il poussa. Long, puissant, atroce. Mais surtout qui ne perdait pas en puissance. C’est ce qui, finalement, poussa Eoh à écourter sa torture bien qu’il ne fut pas certain que la cautérisation ait totalement pris. Il ne pouvait juste pas… continuer.
L’humain émettait des sons à mi-chemin entre le sanglot et le râle, à dire vrai le médecin improvisé n’était même pas sûr de s’il était toujours inconscient ou délirant à cause de la douleur. Il n’était pas vraiment à l’aise. Pas du tout, même. S’il apparaissait assez souvent comme un rustre, ce n’était pas un mauvais bougre et il était même plus récalcitrant à l’idée de blesser autrui –en général. Il aurait aimé être à l’aise avec les mots et savoir parler, prononcer des paroles réconfortantes qu’importe qu’elles soient comprises ou non mais tous les sons restaient serrés dans sa poitrine. C’était étrange, pas vraiment une sensation qu’il était habitué à ressentir, loin de là même habituellement seule Yggdral était capable de révéler ces facettes trop profondément enterrées de sa personnalité. Pourtant, tandis qu’il appliquait l’un des onguents elfiques en sa possession sur la peau calcinée un souvenir d’un autre âge lui revint en mémoire. Une comptine elfe que leur chantait leur mère, au sujet d’un ours endormi dans sa tanière, d’un elfe vivant dans un arbre isolé en forêt et d’un lapin venu lui demander secours… Les paroles lui revenaient naturellement, à mesure qu’il les chantait sans trop s’en rendre compte. Car il chantait, ou plus exactement fredonnait, espérant ainsi apaiser l’homme.

Il continua ainsi de masser son épaule plusieurs minutes durant, car si même le baume elfique ne permettrait pas des miracles il aiderait au moins à sa bonne cicatrisation. Pour autant, la marque et surtout le sillon creusé par la flèche resterait à vie. Enfin, il le banda précautionneusement puis le porta jusque dans son lit. Il eut enfin le loisir de détailler à qui il venait de sauver la vie, et bien qu’il ne sut dire d’où ce visage lui était familier. Mais il avait encore les mains rouges de sang et sa salle de vie était dans un état plus effroyable encore que d’accoutumée… si la deuxième pouvait attendre, ce n’était pas le cas du sang qu’il fallait se hâter de nettoyer. Pour plus tard les questions.

Qui se firent plus nombreuses qu’il ne l’avait cru, tandis qu’il tournait et retournait la pointe de métal entre ses mains, assis sur une chaise aux côtés de l’homme qu’il veillait (il avait présenté un peu de fièvre et s’était empressé de lui poser un linge humide sur le front, mais cela mis à part il semblait enfin assoupi dans un réel sommeil). Ce n’était pas une tête de flèche, de cela il était certain. Depuis le temps qu’il maniait l’arc, il avait appris à en connaître toutes les déclinaisons que ce soit dans les contrées humaines, naines ou elfes. Une arbalète alors ? C’était une arme parfaitement humaine, quoi que les nains prétendaient que la paternité du premier prototype leur revenait, mais qu’il n’avait aucunement coutume de manier. Il avait cru comprendre qu’il n’était pas trop rare que les hommes s’entretuent mais… non, c’était un principe qu’il avait toujours du mal à comprendre.
Laissant de côté la question pour un instant, Eoh reposa la tête et reporta son attention sur son protégé dont il devait changer les pansements et rappliquer l’onguent. Le mouvement de s’abaisser à sa hauteur le fit grimacer, car si ses côtes fêlées s’étaient plutôt bien ressoudées son incapacité à rester en place trop longtemps avait quelque peu ralenti le processus. C’est ce qui le stoppa net dans son mouvement car un souvenir, désagréable, des semaines peut-être un mois plus tôt, lui était revenu en mémoire. Bien sûr qu’il connaissait cet homme, c’était pour, ou à cause, de lui qu’il avait lesdites blessures !
Cette révélation fit l’effet d’un choc pour Eoh. On ne pouvait pas dire qu’ils s’étaient quittés en bons termes, à dire vrai il ne connaissait pas même son prénom. Il était d’autant plus curieux désormais de savoir ce qui avait bien lui arriver, et plus encore le conduire jusque dans sa cabane dont il était déjà suffisamment surpris qu’il se soit souvenu le chemin. Des questions qu’il se posait, parfois à voix haute puisqu’il savait qu’il n’avait pas d’interlocuteur direct qui risquât de lui répondre, et puis finalement une qui se fit plus importante que les autres…

« Qui êtes-vous… ? »

 
propulsed by VANKA



Présence réduite pour une durée indéterminée.

Out into the darkness peering, long I stood there wondering, fearing,
Doubting, dreaming dreams no mortal ever dared to dream before
©️ FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t30-un-demi-elfe-n-est-plus-un-elfe http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t51-all-those-friendly-faces http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t52-keep-the-streets-empty-for-me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t60-be-who-i-want-you-to-be-terminee http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t61-love-me-or-love-me http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t62-lets-play-i-m-gonna-win
Brad Murdoch
Gif :
Race : Humain
Age : 48 ans
Statut : Comte
Avis sur la Chasse : Un excellent moyen pour lui de détruire. Quoi, il fallait préciser son camp ?

Style de combat : L'utilisation des mots. Parfois ça peut être plus efficace qu'un poignard acéré. Mais il a aussi un poignard acéré dans sa manche et quelques fioles de poison, on ne sait jamais.
Pseudo : Megumi
Posts : 530
Points : 169
DC : Dunstan - Alak - Lobhach
Avatar : Aidan Gillen
Crédits : Solosand

MessageSujet: Re: [/!\] À un fil |Eoh Tùrambar [FINI]  Jeu 5 Avr - 23:26
À un fil.
Parfois il faut savoir ravaler sa fierté, ou la faire avaler aux autres.

 
Maintenant il flottait. Indifférent de tout et de rien en même temps, là il était calme, pas tout à fait inconscient peut être, seulement à moitié. Il ne ressentait rien, il ne voyait rien, il ne sentait rien. Pour la première fois de sa vie, il avait l'impression de flotter sans que ça lui paraisse désagréable, il était simplement là où il devait être et rien n'aurait pu lui donner envie de sortir de cet état de transe catatonique. Mais visiblement ce n'est pas là qu'on l'attendait. Quelque chose le tira sans qu'il ne puisse lutter, quelque chose d'inimaginable le ramena brusquement à lui dans un hurlement déchirant qui lui sembla venir d'autre part tant il était puissant.

C'était bien pire que la souffrance. Impossible de décrire l'état dans lequel il se sentit l'espace de quelques secondes, encore un peu plus et il en serait devenu fou, ou il en serait mort. Tout se bousculait beaucoup trop dans son esprit et, à l'instant même où le tourment s'acheva, son cerveau lâcha de nouveau, le faisant plonger dans une profonde inconscience cette fois. Plus de flottaison, plus de douceur, plus de bulle, plus rien. C'était ça ou la mort. Peut être qu'en fait, il l'était pour de bon ?

Noir complet.

Le songe dura un peu plus de trois jours, trois jours dans la totale obscurité sans la moindre sensation, mais tout s'interrompit aussi brusquement que Brad avait ouvert les yeux. Comme tiré d'un mauvais rêve, il se redressa brusquement, le souffle court.

Très. Très. Très, très, très, très, très mauvaise idée.

Sa respiration se bloqua dans sa poitrine alors qu'il entrouvrait la bouche, criant en silence, et que son visage devait passer par toutes les couleurs de l'arc-en-ciel. Une violente douleur venait de lui vriller les nerfs du bras gauche, suffisamment puissante pour se propager dans tout son corps comme une onde après un ricochet. Le corps tremblant, il se laissa retomber sur la couche où il semblait se trouver, puis il déglutit avant de lentement tourner la tête. Il ne voyait qu'un bandage, selon ce qu'il ressentait, la blessure était trop proche de son cou pour qu'il puisse la voir comme ça, mais il eut envie de toucher et avança une main tremblante pour tâter la zone. Impossible de se souvenir de ce qui lui faisait si mal, ni de pourquoi il était là d'ailleurs. Une fois qu'il put user à nouveau de ses sens, il constata rapidement qu'il n'était pas du tout dans un endroit qu'il avait l'habitude de fréquenter.

« Qu'est-ce que... »

Marmonna-t-il, la voix un peu éraillée. Pourquoi avait-il si mal à la gorge ?

 
propulsed by VANKA



Don't mind me, let me fool you so soon you'll be mine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t60-be-who-i-want-you-to-be-terminee http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t61-love-me-or-love-me http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t62-lets-play-i-m-gonna-win
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t30-un-demi-elfe-n-est-plus-un-elfe http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t51-all-those-friendly-faces http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t52-keep-the-streets-empty-for-me
Gif : Admin pas content being like...
Race : Demi-aik
Age : 132 ans
Statut : Chasseur / Ermite
Avis sur la Chasse : Il hait aussi bien les hommes que la Faërie, mais ce n'est pas pour autant qu'il cautionne ces massacres.
De fait, il ne prendra les armes contre aucun de ces peuples et se sent bien mieux à l'écart de leurs querelles.

Style de combat : N'est pas un combattant, autant qu'il le peut se contente d'utiliser ses armes pour la chasse. Arc / Dague
Pseudo : Sieben
Posts : 453
Points : 151
DC : Fearghas McCóigreach / Daerrion'lyr Tsadeer
Avatar : Alexandre Astier
Crédits : Nekorse (dessin)

MessageSujet: Re: [/!\] À un fil |Eoh Tùrambar [FINI]  Sam 21 Avr - 17:41
À un fil.
Parfois il faut savoir ravaler sa fierté, ou la faire avaler aux autres.

 
Au départ, il n’avait pas vraiment osé quitter le chevet de son blessé de peur qu’il ne se réveille pendant son absence et fasse quelque chose de stupide. Comme paniquer et aggraver son cas, par exemple. Ou plus grave encore, que sa fièvre empire et son état rechute. La plaie n’avait plus de raisons de se rouvrir mais le plus dur était encore à venir… Qu’il survive aux jours à venir tiendrait déjà du miracle. Les remèdes elfiques devraient y aider mais la constitution humaine étant ce qu’elle est, et celui-ci ne semblait pas particulièrement robuste. A dire vrai, Eoh n’était même pas certain que, à supposer qu’il s’en sorte, son bras gauche soit toujours utilisable. Pas besoin d’être médecin pour se rendre compte que le carreau s’était fiché dans une zone particulièrement sensible du corps.
Les premières vingt-quatre heures avaient été les pires, c’était à prévoir. La fièvre était si intense qu’il avait passé son temps à délirer et gesticuler dans tous les sens… ce qui, bien évidemment, ne faisait qu’empirer son délire jusqu’au point qu’Eoh avait même songé à l’attacher à un moment. Changer ses bandages avait particulièrement été un calvaire, outre sa peau brûlante ses jérémiades et autres débattements avaient plusieurs fois failli avoir raison de sa patience.

Au beau milieu de la nuit il avait cependant été forcé de le laisser à lui-même pour plusieurs heures, car son état parvenait encore à empirer. Il avait donc fallu au semi-elfe se rendre dans la forêt afin d’y récupérer des plantes qu’il savait régulièrement utilisées par ses confrères bien qu’il n’était pas certain de la manière de les préparer. Il avait donc opté pour l’infusion… qui fut atroce à lui faire ingurgiter. Son lit en avait même plus profité que l’humain. Soit.

Cela faisait donc environ trois jours qu’il n’avait presque pas fermé l’œil, moins par crainte pour son patient que parce que les bruits qui en émanaient étaient aussi assourdissants que s’il s’était trouvé dans un clocher annonçant la messe. Et il avait très vite compris qu’il lui fallait à tout prix éviter les villes humaines le dimanche.
Bref, autant dire qu’il était d’humeur à composer de somptueux bouquets floraux. Tellement qu’il était en train de massacrer la peau qu’il devait initialement tanner (de toute manière elle était déjà foutue à cause du sang humain). Trop concentré dans son carnage, il n’entendit pas du bruit venir de sa chambre.
Par contre il se figea en entendant une voix… pour relâcher son souffle une fois le souvenir de son hôte revenu. Dans un grognement tout à fait Eohien, il reposa ses instruments et laissa son siège racler contre le sol tandis qu’il se levait. Sur le chemin il lança ses dernières herbes médicinales dans un bol d’eau et en attrapa un second. Sans trop de surprise, l’homme s’était redressé et avait l’air de souffrir le martyre. Sûrement parce que c’était bel et bien le cas.

« J’éviterais de trop bouger à votre place. »

Finie la douceur de la berceuse, sa légendaire chaleur d’ours dérangé en pleine hibernation reprenait le dessus. Chassez le naturel. D’un mouvement sec il lui tendit le bol d’eau, à bout de bras comme si s’approcher trop près de lui risquait de le rendre souffrant à son tour.

« Tenez. Buvez. »

Aussi loquace qu’un ours, aussi.

 
propulsed by VANKA



Présence réduite pour une durée indéterminée.

Out into the darkness peering, long I stood there wondering, fearing,
Doubting, dreaming dreams no mortal ever dared to dream before
©️ FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t30-un-demi-elfe-n-est-plus-un-elfe http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t51-all-those-friendly-faces http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t52-keep-the-streets-empty-for-me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t60-be-who-i-want-you-to-be-terminee http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t61-love-me-or-love-me http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t62-lets-play-i-m-gonna-win
Brad Murdoch
Gif :
Race : Humain
Age : 48 ans
Statut : Comte
Avis sur la Chasse : Un excellent moyen pour lui de détruire. Quoi, il fallait préciser son camp ?

Style de combat : L'utilisation des mots. Parfois ça peut être plus efficace qu'un poignard acéré. Mais il a aussi un poignard acéré dans sa manche et quelques fioles de poison, on ne sait jamais.
Pseudo : Megumi
Posts : 530
Points : 169
DC : Dunstan - Alak - Lobhach
Avatar : Aidan Gillen
Crédits : Solosand

MessageSujet: Re: [/!\] À un fil |Eoh Tùrambar [FINI]  Sam 21 Avr - 22:47
À un fil.
Parfois il faut savoir ravaler sa fierté, ou la faire avaler aux autres.

 
Brad s'amusait à compter les petites étoiles qui dansaient devant ses yeux -seule alternative qu'il avait trouvé pour détourner son attention de la douleur lancinante de son bras- lorsqu'il entendit une voix, un ton bourru et particulièrement agaçant de bête sauvage, qui lui conseillait de ne pas bouger. Non ? Sans blague ? Brad retourna un regard agacé vers le propriétaire de la dite voix. Il s'en était bien rendu compte tout seul, pas la peine de préciser. Mais il ne jugea pas nécessaire de formuler à haute voix le fond de sa pensée, déjà parce qu'il n'avait pas envie de parler, sa tête lui faisait mal et il sentait que s'il desserrait les lèvres il allait vomir, et ensuite parce que l'inconnu -dont la tête lui disait fortement quelque chose- était déjà passé à autre chose puisqu'il lui tendait un bol, d'aussi loin qu'il le pouvait comme s'il ne voulait surtout pas s'approcher. Brad grimaça. Il avait soif, certes, mais également une très fort nausée. Il inclina la tête de l'autre coté alors qu'il repoussait le bol de sa main droite.

« Éloignez ça de mon visage ou je vous vomis dessus... »

Menaça/Le mit-il en garde entre ses dents serrées. Il tenta ensuite d'oublier la présence de l'autre pour se reconcentrer sur lui même. Où était-il, que s'était-il passé ? Deux question qui flottaient dans son esprit entre deux pensées beaucoup moins lucides et claires. Sa tête était vrillée par une vicieuse migraine, mais ce n'était rien à coté de la douleur de son bras. Puis il se souvint. Le carreau, la chute...C'est pour ça qu'il avait si mal. Ce souvenir était tellement éloigné qu'il lui paraissait s'être écoulé une vie entière entre lui et l'instant présent. Par contre il ne s'expliquait pas encore ce qu'il faisait là. Du moins, comme il y était arrivé. Était-ce l'homme qui se tenait à son chevet qui l'avait sauvé et ramené chez lui ? Un rapide coup d’œil à la maison, ou plutôt ce qui se trouvait dans son champ de vision, lui fit prendre conscience de pourquoi il avait ce sentiment de familiarité, c'était cet homme là, celui qui vivait dans la forêt dans une maison miteuse qui tenait plus de la caverne que de l’habitation, celui qui l'avait sauvé des Drows...C'était donc la deuxième fois qu'il lui sauvait la vie. Enfin, du moins qu'il essayait, pour être franc, le noble n'était pas tout à fait sûr d'être sorti d'affaire, si ça se trouve il allait finir par y passer. Dans ce cas il aurait encore préféré ne jamais se réveiller. Il détestait souffrir. En tout cas, on pouvait dire qu'il avait eu de la chance de tomber sur son hôte à chaque fois et qu'il l'ai aidé autant qu'il en avait besoin, tant d'altruisme surprenait Brad, simplement parce que, lui, il en était incapable, bien au contraire.

Alors qu'il se laissait plus ou moins sombrer de nouveau dans ses divagation, quelque chose d'autre le frappa. Un autre souvenir, quoi que celui-ci tenait plutôt du rêve ou de l'hallucination, si bien qu'il se senti obligé de demander des précisions à l'homme. Il aurait eu plein de questions à lui poser, mais celle-ci lui semblait bien plus importante que toutes les autres à l'instant présent. Il rouvrit les yeux, les lançant dans le vague, ne regardant pas du tout dans la direction de son interlocuteur.

« C'était vous... ? Qui chantiez... ? »

Une vague mélodie remontait dans son esprit, et il voulait se convaincre qu'il n'avait pas rêvé parce que...Il ne savait pas pourquoi. Ça l'avait apaisé sur le moment, enfin c'est la sensation qu'il en retirait en y repensant maintenant. Il tourna légèrement la tête -chaque mouvement était une torture- pour regarder son hôte. Pourtant, il ne correspondait pas à l'idée qu'il se faisait d'un chanteur de berceuse. Vraiment pas. Non, encore une fois, comme la première fois qu'il avait franchit la porte de cette maison et lorsqu'il en avait observé son propriétaire, alors inconscient, il lui donnait l'impression d'être une bête sauvage. Et, comme toutes les bêtes sauvages, il le trouvait terriblement attirant. Mais c'était sans doute les restes de fièvre qui lui faisait penser quelque chose comme ça.

 
propulsed by VANKA



Don't mind me, let me fool you so soon you'll be mine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t60-be-who-i-want-you-to-be-terminee http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t61-love-me-or-love-me http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t62-lets-play-i-m-gonna-win
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t30-un-demi-elfe-n-est-plus-un-elfe http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t51-all-those-friendly-faces http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t52-keep-the-streets-empty-for-me
Gif : Admin pas content being like...
Race : Demi-aik
Age : 132 ans
Statut : Chasseur / Ermite
Avis sur la Chasse : Il hait aussi bien les hommes que la Faërie, mais ce n'est pas pour autant qu'il cautionne ces massacres.
De fait, il ne prendra les armes contre aucun de ces peuples et se sent bien mieux à l'écart de leurs querelles.

Style de combat : N'est pas un combattant, autant qu'il le peut se contente d'utiliser ses armes pour la chasse. Arc / Dague
Pseudo : Sieben
Posts : 453
Points : 151
DC : Fearghas McCóigreach / Daerrion'lyr Tsadeer
Avatar : Alexandre Astier
Crédits : Nekorse (dessin)

MessageSujet: Re: [/!\] À un fil |Eoh Tùrambar [FINI]  Dim 22 Avr - 21:12
À un fil.
Parfois il faut savoir ravaler sa fierté, ou la faire avaler aux autres.

Très bien, donc, on partait sur une bonne ambiance. Génial, sauvez les gens qu’ils disaient, ils seront reconnaissants qu’il disait. Alors oui, d’accord, se réveiller après un tel traumatisme et sûrement très hébété ne devait pas être le genre d’expérience qui vous rendent très enclin à la politesse suprême, mais un minimum de bienséance pouvait tout de même s’appliquer, non ? Et puis il avait déjà suffisamment répandu ses fluides dans sa salle de vie comme ça, merci.
Pendant un instant, l’idée de le laisser en plan et retourner déchiqueter sa peau (ou, mieux encore, aller en chasser une nouvelle) se fit incroyablement tentante. Par quel prodige cet humain était-il donc capable d’être aussi insupportable si rapidement et dans son état ? Malheureusement pour le semi-elfe, et heureusement pour lui, il avait bien trop de conscience pour s’y tenir. Il regrettait déjà son altruisme à dire vrai.

Tant pis pour l’eau. Dans un mouvement brusque (non il n’était pas facilement irritable) il posa le bol sur la table de chevet à côté du lit, renversant au passage une petite partie de son eau.

« Quand sa Seigneurerie s’en sentira disposé, son gosier l’en remerciera. »

Il ne cherchait même pas à camoufler ses sentiments (non pas qu’il en soit capable dans tous les cas) et l’agacement qu’il éprouvait au simple contact de son indésirable hôte. Il était même rare qu’il aligne autant de mots à la suite, si ça ce n’en était pas un signe…
Se doutant qu’il n’en tirerait rien de plus (et ne le désirant pas spécialement non plus), il vit le regard de l’humain se perdre dans le vague pour une raison qui ne l’intéressait même pas et en profita pour tourner les talons, comptant retourner à son ouvrage. Il fut cependant brusquement arrêté dans son mouvement par la question qu’il lui posa. Non non non non non non, impossible, il était complètement délirant il ne pouvait pas s’en rappeler… Il ne DEVAIT pas s’en rappeler ! Et quoi d’autre encore ? Cela voulait-il dire qu’il s’était également rendu compte qu’aucun mot en langage commun n’avait été prononcé ?
Cette idée ébranla plus encore Eoh qui était soudainement bien reconnaissant de lui être de dos tant son visage était un condensé d’angoisse pure. Non, il ne pouvait pas avoir demeuré caché toutes ces années pour être découvert aussi bêtement…

« Non. »

Fut la seule réponse qu’il parvint finalement à articuler, avec le peu d’aplomb dont il était capable et que sa nature quelque peu rustre lui permettait d’avoir au naturel, avant de reprendre sa route d’un pas pressé. De l’autre côté du mur, il commença erratiquement à arpenter la salle de long en large, s’arrachant presque les cheveux tandis qu’il ressassait inlassablement la question. C’allait être louche, il fallait qu’il se calme.
Son regard se posa sur l’infusion qu’il avait préparée quelques minutes auparavant et, complètement à contrecœur, retourna dans la chambre avec le second bol en main. Qu’il parvint à lui tendre encore plus à bout de bras si c’était possible, le corps aussi tendu que la corde de son arc.

« Tenez. Buvez. » Lui, redondant ? « Ca calmera la nausée. »


propulsed by VANKA



Présence réduite pour une durée indéterminée.

Out into the darkness peering, long I stood there wondering, fearing,
Doubting, dreaming dreams no mortal ever dared to dream before
©️ FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t30-un-demi-elfe-n-est-plus-un-elfe http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t51-all-those-friendly-faces http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t52-keep-the-streets-empty-for-me
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t60-be-who-i-want-you-to-be-terminee http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t61-love-me-or-love-me http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t62-lets-play-i-m-gonna-win
Brad Murdoch
Gif :
Race : Humain
Age : 48 ans
Statut : Comte
Avis sur la Chasse : Un excellent moyen pour lui de détruire. Quoi, il fallait préciser son camp ?

Style de combat : L'utilisation des mots. Parfois ça peut être plus efficace qu'un poignard acéré. Mais il a aussi un poignard acéré dans sa manche et quelques fioles de poison, on ne sait jamais.
Pseudo : Megumi
Posts : 530
Points : 169
DC : Dunstan - Alak - Lobhach
Avatar : Aidan Gillen
Crédits : Solosand

MessageSujet: Re: [/!\] À un fil |Eoh Tùrambar [FINI]  Lun 23 Avr - 19:34
À un fil.
Parfois il faut savoir ravaler sa fierté, ou la faire avaler aux autres.

 
Rustre. C'est le mot qui raisonnait dans la tête de Brad depuis que l'autre avait ouvert la bouche. C'était déjà la première impression qu'il lui avait fait lorsqu'ils s'étaient rencontré. Le noble se demandait ce qui pouvait pousser un homme à être si altruiste tout en restant désagréable. Il leva les yeux au moment où il quitta la « pièce », qui n'était séparée de l'autre de par une fine cloison. Il l'entendit faire les cent pas, remuer des choses, de toute évidence il était particulièrement tendu. Et finalement revenir. Revenir à la charge, même, on pouvait dire, puisqu'il était armé d'un autre bol qu'il lui tendit d'encore plus loin que la première fois. Brad, agacé, s'apprêtait à le refuser de nouveau, sauf que cette fois, l'homme justifia son geste. En effet, en regardant dans le bol, le comte put constater que ce n'était pas de l'eau. Du moins il n'y avait pas que ça. Donc il poussa un soupir pour se donner du courage et se redressa avec toutes les précautions possible. Il grimaça lorsqu'il dut bouger son bras gauche, mais il remarqua au moins avec satisfaction qu'il pouvait encore le bouger. Perdre l'usage de la main gauche aurait été particulièrement problématique dans son cas. C'est d'ailleurs celle qu'il tendit par réflexe avant de se souvenir que...Euh...Non. Il étouffa un juron et reposa délicatement le bras avant de tendre la droite. Il fronça un peu les sourcils en voyant qu'elle était sale, enfin sûrement pleine de sang mais il préféra ignorer ce détail, bien que ça aurait pu le faire vomir, et attrapa plutôt le bol.

Encore une fois il hésita, mais finit par pousser un soupir d'encouragement et vider d'un trait le récipient. Il grimaça. C'était d'une amertume telle que s'il n'avait pas été parfaitement maître de son corps en toute circonstance il aurait probablement tout recraché au visage de son hôte, ce qui aurait été dommage vu toute l'amabilité dont il avait fait preuve jusque là. Il eut toute les peines du monde mais il finit par parvenir à déglutir et avaler le contenu du bol. Étrangement, alors qu'il pensait que ça allait augmenter drastiquement ses nausées, la mixture eut un effet presque instantané pour les soulager. Brad adressa un regard à son hôte. Ce n'était pas la première fois qu'il remarquait que les traitements qu'il lui prodiguait étaient d'une efficacité assez impressionnante, peut être un peu trop, mais la dernière fois qu'il lui avait posé la question, ça ne s'était pas tellement bien terminé. Cette fois il n'était pas tellement en état de se faire mettre à la porte, alors il n'aborda même pas le sujet. À la place il se mordit légèrement la lèvre, hésitant sur comment tourner sa phrase. De toute façon il avait vite compris que quoi qu'il dise, il avait 90% de chances d'agacer son hôte, alors il ne se perdit pas en phrase alambiquée.

« Merci. Pour tout. »

Se contenta-t-il alors de dire, d'un air sincère ou du moins qui lui semblait, c'est qu'il avait perdu l'habitude de l'être, peut-être qu'il ne l'avait d'ailleurs jamais été. Après quoi il perdit de nouveau son regard dans le vide. Il avait un peu de mal à rester concentré. Soudain il sursauta alors que son corps lui envoyait une petite décharge et il se redressa encore un peu plus.

« Est-ce que...Est-ce que vous savez comment je suis arrivé ici ? »

Finit-il par demander, comme avec du mal à réorganiser ses idées.

 
propulsed by VANKA



Don't mind me, let me fool you so soon you'll be mine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t60-be-who-i-want-you-to-be-terminee http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t61-love-me-or-love-me http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t62-lets-play-i-m-gonna-win
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t30-un-demi-elfe-n-est-plus-un-elfe http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t51-all-those-friendly-faces http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t52-keep-the-streets-empty-for-me
Gif : Admin pas content being like...
Race : Demi-aik
Age : 132 ans
Statut : Chasseur / Ermite
Avis sur la Chasse : Il hait aussi bien les hommes que la Faërie, mais ce n'est pas pour autant qu'il cautionne ces massacres.
De fait, il ne prendra les armes contre aucun de ces peuples et se sent bien mieux à l'écart de leurs querelles.

Style de combat : N'est pas un combattant, autant qu'il le peut se contente d'utiliser ses armes pour la chasse. Arc / Dague
Pseudo : Sieben
Posts : 453
Points : 151
DC : Fearghas McCóigreach / Daerrion'lyr Tsadeer
Avatar : Alexandre Astier
Crédits : Nekorse (dessin)

MessageSujet: Re: [/!\] À un fil |Eoh Tùrambar [FINI]  Jeu 3 Mai - 19:37
À un fil.
Parfois il faut savoir ravaler sa fierté, ou la faire avaler aux autres.

Les mots de l’humain sonnèrent plus Eoh que n’importe quel combat contre des drows ne l’avaient probablement jamais fait. Même celui de leur improbable rencontre, où il n’était pourtant pas passé loin de finir dans leurs marmites.
Il ne savait pas en revanche si c’était plus de surprise ou par manque d’habitude. Sûrement des deux. Etant donné leurs rapports… particuliers depuis qu’ils avaient passé leur temps à se sauver la vie, et leur très certaine propension à s’envoyer balader et se tenir le plus éloigné possible l’un de l’autre… c’était très certainement inattendu.
Quand l’avait-on remercié pour la dernière fois ? Yggdral très certainement. Quoi que, c’était plus généralement l’inverse qui arrivait.

Oh, non. Il savait. Linë. C’était Linë la dernière personne à lui avoir été témoin d’une réelle gratitude. Au souvenir de feu son amante, le semi-elfe se rembrunit quelque peu. Ce n’était certainement pas le moment de repenser à la défunte.

Mais il ne répondit pas pour autant, se contentant de rester figé sur place d’un air ballot, incapable de trouver quoi dire ou faire d’autre qu’être de plus en plus gêné à mesure que les secondes passaient.
Il commençait à se dire que s’enfuir en direction de son atelier était une possibilité ma foi très attrayante lorsque l’humain décida de sortir de sa torpeur et lui adresser une question. Elle eut au moins le mérite de tirer Eoh de ses sombres pensées. Ce qui ne voulait pas dire qu’il avait plus de réponses à lui donner pour autant. Pas faute d’y avoir réfléchi et retourné le problème dans tous les sens les jours passés.

Finalement, il tira le tabouret au pied du lit dans un soupire et s’assit dessus.

« Aucune idée. »

Il aurait pu s’en tenir à ça. Oui. Il a même failli le faire. Et le silence qu’il laissa planer après ces deux courts mots le laissait complètement songer aussi, oui. Mais cette pause dramatique tout à fait involontaire ne lui servait en réalité qu’à récupérer la pointe de carreau qu’il avait conservé dans l’une de ses poches, afin de la présenter à son hôte.

« Vous aviez ça fiché dans le torse quand vous êtes arrivé. A moitié mort. Et ce n’est ni une arme drow, ni elfe. Je… J’ignore à quel point votre bras sera fonctionnel. » Il parlait avec une certaine lenteur, hésitant sur les bons mots à employer et peinant quelque peu à maintenir un semblant de cohérence entre ses phrases. Cherchant aussi à dissimuler au mieux ses intonations elfiques, trop chantantes pour le langage humain, qu’il répugnait à laisser transparaître et cherchait à remplacer, faute de mieux, par une diction plus bourrue. Finalement, il ajouta : « Vous dormez depuis trois jours. »

propulsed by VANKA




Présence réduite pour une durée indéterminée.

Out into the darkness peering, long I stood there wondering, fearing,
Doubting, dreaming dreams no mortal ever dared to dream before
©️ FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t30-un-demi-elfe-n-est-plus-un-elfe http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t51-all-those-friendly-faces http://corvuscorax-rpg.forumactif.org/t52-keep-the-streets-empty-for-me
❝ Contenu sponsorisé ❞

MessageSujet: Re: [/!\] À un fil |Eoh Tùrambar [FINI]  
Revenir en haut Aller en bas
 
[/!\] À un fil |Eoh Tùrambar [FINI]
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Validée]Godwrath D. Alexander [Fini]
» Petite tornade [fini]
» [fini]Baptème d'Azurely
» Sarkozy ap fè rondomon lè Obama fini pale
» Ohoh, voici Liana ! [Fini.]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Corvus Corax RPG :: HIGHLANDS, ECOSSE :: Forêts-
Sauter vers: